Regrettant que les rumeurs aient pris le pas sur une communication officielle mal agencée et presqu’inexistante depuis plusieurs jours, la branche gabonaise du mouvement «Tournons la page» exige, entre autres, que l’ampleur exacte des ennuis de santé du président soit rendue publique par le gouvernement.  

© Gabonreview/Capture d’écran

 

Estimant qu’il s’agit «une préoccupation importante», qui «ne peut relever de sa vie privée ni du privilège de ses amis», Tournons la page exige, ce mercredi 7 novembre, de connaître la vérité sur l’état de santé exact d’Ali Bongo. Le mouvement dit regretter que des informations sur l’ampleur des ennuis de santé du président de la République ne proviennent désormais plus que des médias internationaux. La faute à «la cacophonie lexicale» d’une communication officielle «inaudible» qui, selon lui, «n’est pas faite pour rassurer l’opinion publique».

Aussi, le mouvement coordonné au Gabon par Marc Ona Essangui, appelle-t-il à «mettre un terme [au] déferlement de rumeurs qui s’empare de l’opinion» depuis l’annonce de l’hospitalisation du chef de l’Etat à Riyad, en Arabie Saoudite. Pour ce faire, il exige «qu’une délégation gouvernementale se rende, avec des représentants de l’opposition, de la société civile, du Senat et de la Cour constitutionnelle, au chevet du lit du chef de l’Etat, et rende compte à la Nation de l’état de santé du Président», et «qu’un compte rendu journalier de l’état de santé du président de la République soit fait par le gouvernement».

Le mouvement Tournons la page exige également «qu’en cas d’incapacité à exercer ses fonctions ou d’absence manifeste du chef de l’Etat, l’article 13 de la Constitution, portant sur la vacance temporaire ou définitive du pouvoir exécutif, soit activé pour permettre un fonctionnement régulier de l’Etat».

Pour Marc Ona Essangui et les siens, en accédant à leurs requêtes, les autorités gabonaises parviendront enfin à «rassurer l’opinion publique et éviter une psychose qui détériore la paix sociale déjà mise à mal par les événements post-électoraux violents d’août-septembre 2016, ainsi que par la politique d’austérité qui menace la qualité de vie des fonctionnaires et accentue le chômage des jeunes gabonais».

 
 

16 Commentaires

  1. Jean.jacques dit :

    Mémes les mourrants vivants parlent.quelle verité? Allez y en Arabie Saudite.

  2. itsiembou dit :

    Quoi, Marc ONA veut aussi se rendre à RIYAD mais en tant que qui s’il vous plaît ?

  3. espoir dit :

    Bonne proposition.que les membres du gouvernement et quelques opposants sy rendent pour nous dire de son etat de sante et cela mettra aussi fin a toutes ses rumeurs qui nous font battre le coeur.

  4. Quand une dent commence à faire pourrir toute la bouche, on se la fait arracher. C’est pourquoi pour ne pas perdre sa crédibilité, le mouvement “TOURNONS LA PAGE” devrait se séparer de Marc Ona Essangui.

    • Maganga Octave dit :

      Adolf Mossesse. Bien entendu que Tournons le page devrait se séparer de Marc pour y mettre Franck Ping, le fils de votre dieu, votre parangon de vertu, l’homme propre…. Vous faites pitié

      • @ Magnaga Octave,
        C’est plutôt le Conseil d’administration de OLAM qui remplecera Marc Ona au mouvement Tournons la Page. Votre Marc Ona est un danseur de tango argentin.

        • Maganga Octave dit :

          @Adolf Mossesse. N’est-ce pas que vous en savez beaucoup sur le tango. Quand on idolatre l’un des politiciens les plus corrompus de sa génération on en sait forcément beaucoup. Quand on idolatre un opportuniste qui s’est mis sous les jupons d’une dame juste pour faire carrière on en sait toujours beaucoup

  5. Le peuple veut savoir qu’est ce qu’il en est avec le Président de la République. Il serait donc souhaitable q’une délégation composée de quelques membres de l’opposition et de la majorité.

  6. DNA dit :

    l’activation de l’article 13 de la constitution est conditionnée par un préalable, celui de faire constater par le gouvernement à la cours constitutionnelle de l’incapacité définitve du chef de l’état à continuer d’exercer ses fonctions,cet article ne souffre d’aucune ambiguîté, à bon entenduer…..

  7. Denis dit :

    Pourquoi cherchez vous un vivant parmi les morts

  8. corto dit :

    Connaissant le pays et les gabonais, ceux qui demandent à aller sur place pour voir, c’est uniquement pour se faire payer un voyage aux frais de la princesse. la vérité sur l’état de Bongo, ils s’en contrefichent. Car vivant, le bordel va continuer et celui qui le remplacera, si cela arrive, entretiendra le même bordel donc pour le peuple rien ne changera. Tout le reste c’est du blabla

  9. Plutonium 241 dit :

    superbe dernière demeure pour les dictateurs replets genre Idi Amin & Co et surtout superbe destination touristique dont les consulats servent d’abattoir pour opposants même cadeau il faut vraiment en vouloir pour y aller

  10. tara dit :

    Bonne proposition,Mr Marc Ona Essangui

  11. On veut connaitre l’état de sante notre Président, on en a besoin et c’est normal car il est le président du peuple. Pourquoi nous le cacher? Arrêtez de nous embobiner dans la farine mon Dieu…

  12. IPANDY dit :

    J’avoue ne pas comprendre certains compatriotes sur cette plate-forme d’echange. Voilà une organisation qui propose quelque piste afin que nous sortions tous de cette psychose qui ne profite à personne et au lieux de contredire en proposant des pistes de solutions on ramène un débat de personne. Je trouve cela stupide. Vous vous reconnaîtrez chers compatriotes: vous êtes stupide par vos positions dans une période assez sensible comme celle là.
    Je salue le fait que ” tournons la page” ait proposé des pistes de solutions.

  13. Lipou Marita dit :

    Le Gabon ne ni pour les politique ni pour ces diriant mais pour le peuple .si dans une maison le père est absent plusieurs jours les enfants cherchent a savoir où ce trouve leur père en posant toute les questions possibles. Pour éviter les rumeurs c’est de nous donner les informations sur l’État de santé du président entant réel.voici ce que peuple réclame.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW