Un recours vient d’être introduit à la Commission des recours, dans le cadre de l’élection du président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), ayant consacré la victoire de Pierre-Alain Mounguengui. En cas de validation de ce recours, le scrutin sera recommencé.

L’actuel président de la Fégafoot dont la victoire est contestée. © Gabonreview

 

Nouveau rebondissement dans la réélection du président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), avec le dépôt de recours par l’un des adversaires de Pierre-Alain Mounguengui. Selon certaines indiscrétions, en effet, un recours a été introduit à la Commission dédiée par Bosco Alaba Fall. «Le recours porte sur le défaut de légitimité de certains délégués des ligues et de trois associations (arbitres, footballeurs et entraineurs, ndlr) ayant pris part au vote», a révélé une source proche du dossier ayant requis l’anonymat.

S’agissant des ligues, par exemple, les dispositions statutaires de la Fégafoot (article 22) désignent comme délégués le président, l’un des vices président par ordre de préséance avec une voix chacun. Or, lors de l’assemblée générale élective du 21 avril à Lambaréné, des trésoriers et secrétaires généraux de ligue ont semble-t-il été élevés au rang de délégué, à un mois de l’élection remportée par Pierre-Alain Mounguengui. Et ce, sans la moindre assemblée générale. Selon les adversaires du président réélu de la Fegafoot, cette situation a été constatée au sein des ligues de l’Ogooué-Lolo, la Ngounié et la Nyanga.

Autre argument brandi par Bosco Alba Fall, le cas de l’association des arbitres dont le mandat de l’actuel bureau est arrivé à terme en 2017. Au niveau de l’association des entraineurs, aucune n’était censée prendre part au scrutin du 21 avril. D’autant qu’elles n’avaient pas pris part au congrès électif de 2013, à l’issue duquel Pierre-Alain Mounguengui a été élu pour son premier mandat, pour non-conformité de statuts. Or, les associations étaient de la partie au dernier scrutin, sans que leurs statuts aient été mis à jour.

De sources concordantes, le recours est actuellement sur la table de la Commission des recours qui le passe en revue. Selon les mêmes sources, «en cas de validation de ce recours, l’élection sera recommencée». Un rebondissement sur lequel ne s’est pas encore prononcé Pierre-Alain Mounguengui, actuellement hors du pays.

 
 

5 Commentaires

  1. Benjamin dit :

    Ekieeeee… Quel pays!??? Tout le monde veut être président de quelque chose. Qu’en sera-t-il lors de l’élection de la présidente des putes du GABON ?

  2. gabonais dit :

    Ali Bongo de grâce, le gabon trop de problèmes. Tu mets ton nez dans tout ce qui n’essentiel pour les gabonais. Tes amis et toi aviez diabolisé Iwangou puis fabriquez votre président fédéral en la personne de Mounguengui. Pendant ses 4 ans vous pris le foot en otage, Mounguengui avait les mains liées,le foot a été dirigé par la présidence de la république. Suite à l’échec enregistré, vous voulez montrer aux gabonais que mounguengui est le mal du foot gabonais. Et vous décidez de lancer une autre marionnette en la personne de Fall Alaba. Mon Dieu, ayez pitié de ce pays. Ali Bongo occupe toi des routes, du social des gabonais. Laisse le foot aux footballeurs, tu ne connais rien du foot. Ce que tu fais là c’est le banditisme. Tu es bandit Ali Bongo. Déco coûte combien à l’état gabonais? Et pour quels résultats?

  3. Nkembo dit :

    Mounguengui a été utilisé pour débarquer Iwangou, Alaba va être utilisé pour débarquer mounguengui. Comme quoi, celui qui tue par l’épée.
    C’est le foot gabonais qui perd malheureusement.

  4. MOIMEME dit :

    Si Alain Mouguengui avait les mains liées pourquoi n’a t’il pas demissioné ? si tu es dans un system qui ne te convient pas tu parts.

  5. akata a tata dit :

    Alaba Fall, le ridicule ne tue plus au Gabon. Vous avez fait venir les experts de la FIFA pour audité la gouvernance du mandat passé de Pierre Alain MOUNGUENGUI. A votre grand désarroi, le rapport est clean. Celà a été décisif pour sa réélection sous la houlette de la FIFA. Le Gabon est en train de changer positivement. Transparence, transparence, transparence. Ce n’est plus comme lorsque tu as été parachuté procureur de la République est tordant le cou à tous les critères de sélection. On n’est plus à l’époque de Mathusalem. MOUNGUENGUI est président./ Même si tu vas pleurnicher chez la mama, il n’y a rien pour toi.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW