Hachem Lemami, entrepreneur Gabonais d’origine libanaise, serait-il un parfait bouc émissaire dans le dossier relatif aux fêtes tournantes ? Tout porte à le croire, au regard de la tournure des événements depuis son incarcération à la maison d’arrêt de Libreville en 2013.

© theprogressivecynic.com
© theprogressivecynic.com

 

Suite à la publication du rapport de la Cour des comptes sur la passation des marchés et les travaux inachevés des fêtes tournantes éditions 2005-2008, le patron de l’entreprise ETAB-E, est écroué à la prison centrale de Libreville. Il est notamment reproché à Hachem Lemami de n’avoir pas livré les chantiers pour lesquels il a été payé pour un montant total de 501,97 millions de francs CFA. Une somme qui correspond au coût estimatif de 2 chantiers dans la province du Haut-Ogooué, à savoir : la construction d’un centre commercial et la réfection de l’internat du Collège Saint Dominique de Franceville. Selon l’accusation, l’entrepreneur n’aurait pas achevé son travail : les bâtiments et annexes seraient inachevés. Dans la Ngounié, ETAB-E devait réfectionner le centre médical de Mimongo, la préfecture et le logement du préfet pour un montant de 90 millions de francs CFA. Or, seuls les travaux de peinture ont été réalisés pour 43 828 400 francs et 29 352 500 francs.

Seulement, aux dires de personnes proches du dossier, il semble que les chantiers soient bien visibles et que les ouvrages aient bel et bien été livrés. Qu’à cela ne tienne, prenant sur lui le préjudice moral et financier, Hachem Lémami aurait, via sa famille, tenté de restituer à l’Etat lesdits fonds. Une tentative qui se serait heurtée au refus catégorique du palais présidentiel. Il se dit qu’au regard de l’implication, dans cette affaire, de certains barrons du Haut-Ogooué, plus précisément de Ngouoni, le tribunal aurait refusé toute négociation au motif que le sort de ce denier ne dépendait pas l’institution judiciaire mais du sommet de l’Etat. Que reproche-t-on donc exactement à Hachem Lemami ?

L’affaire prend une autre tournure quand des magistrats s’en mêlent. Aux dernières nouvelles, Hachem Lemami aurait été victime d’escroquerie : de hauts magistrats et des agents de la gendarmerie auraient soufflé la bagatelle de 200 millions de francs à l’entrepreneur, en échange de sa liberté. Des noms circulent, parmi lesquels un très proche du procureur de la République, un vice-président du tribunal et un avocat. L’entrepreneur, qui n’a jamais été jugé depuis son incarcération il y a un an, et dont la santé se dégrade depuis lors, demeure toujours incarcéré.

 

 
 

10 Commentaires

  1. bonjean dit :

    Attend cet article dit tout et son contraire, donc selon vous on doit le relacher sans jugement juste parce qu’il est pret a rembourser le travail qu’il n’a pas effectuer et les interets de la somme decaisser par l’Etat Gabonais vous en faites quoi ? et vous croyez vraiment que c’est la premiere fois qu’il fait ca ?comme par hasard il a eu plusieurs contrat vraiment cet article est d’une naivete afligeante.

  2. le gabonais d'en bas dit :

    Mais il faut nous donner les noms de tous ceux qui sont impliqués dans ce dossier, les magistrats et autres, sinon ça ne sert à rien d’en parler ici.

  3. témoin occulaire dit :

    J’ai cru comprendre que la patronne d’idées 2000 s’est engagée à restituer l’argent au trésor public pour qu’elle ne soit pas poursuivie. Pourquoi ne pas appliquer cette jurisprudence à lemami? la sanction doit être la même pout tout le monde sinon on bascule dans l’injustice.
    Gabonreview veut simplement faire comprendre que derrière l’affaire des fêtes tournantes se cachent de véritables règlements de comptes.

  4. nnomdzi dit :

    on accorde la nationalité gabonaise au premier venu et on s’étonne que la situation soit celle que nous observons.Heureusement que le temps d’y mettre bon ordre approche…

  5. NEYF dit :

    Au regard de votre analyse, il y a bien anguille sous roche:travaux pas livrés demande tout simplement remboursement de la quote part des travaux restant à réaliser…Pourquoi cette incarcération stupide reservée aux uns et jamais aux autres? Il n’y a que des personnes qui ne craignent pas Dieu qui jugent plus utile de punir pour des travaux non livrés plutôt que punir pour des vies arrachées de la manière que nous connaissons tous(pièces détachées).Le Seigneur est miséricordieux mais il reste un Dieu sévère il domine dans les cieux et sur la terre, l’heure approche…

  6. Une justice à plusieurs vitesses. C’est quand ça arrange le pouvoir qu’on met untel ou untel autre en prison. Voilà Mayila le faussaire (comme nous vivons au pays des faussaires) qui a été mis en liberté provisoire. Quand on décide de sanctionner on ne va pas chercher 1 seule personne. C’est toute une chaîne de responbles qui doit être démantelés, gabonais de souche y compris. Ali Bongo a sa légion étrangère à lui qu’on ne touche jamais mais fait la guerre à certains compatriotes d’origines étrangères qui ne sont pas de son bord. On connaît ce jeu qui finira par se retourner conte lui.

  7. Lemami est d’abord l’ami d’Ali ils ont fait les 400 coups ensemble. Il doit le punir pour son soutient assez tiède lors de sa candidature à ,la présidentielle de 2009, le pragmatisme de ce pauvre garçon l’a tué lui qui connait bien Ali savait qu’il était incapable de gérer le poste, il savait aussi que tôt ou tard son affaire d’acte de naissance fausse et ses origines Biafraises allaient finir par se savoir. le temps lui donne raison. Il sait au moins qu’il paye pour tout les détournements d’Ali qu’il a blanchi et couvert sous les gravats de ses entreprises. Qu’il parle! nous en tiendrons compte lors du proces

  8. larufe dit :

    Bien sûr que Hachem Lemmami est un bouc émissaire. Il a fait confiance aux dirigeants véreux de ce pays. Mais comme il sait un peu trop, il va payer pour s’être introduit dans les sphères sacrées de la magouille, de la tuerie et du terrorisme finacier gabonais. Dans la mafia, les témoins gênants doivent mourir: il mourra. Pauvre HACHEM LEMAMI. Quelle fin atroce?

  9. mwane tsiane dit :

    C’est asymptotique d’un pays sans valeurs morales.. l’impunité règne pour peut que l’on porte un nom ou que l’on fricote avec ceux qui sont aux affaires..la jeune sœur de l’ex roi d’espagne est poursuivi par la justice pour des faits presque similaires..le Gabon est quoi pour que des individus continu de se comporter comme ils veulent sans être inquiété de quoi que se soit..

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW