En dépit d’un bilan très défavorable depuis sa prise de fonction à la tête des Panthères, José Antonio Camacho est toujours en poste. Vu le silence de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) sur la question, tout semble indiquer que le technicien espagnol n’a pas à se faire de mauvais sang.

Le sélectionneur du Gabon. © D.R.

 

Nommé sélectionneur du Gabon en novembre 2016, José Antonio Camacho est loin d’avoir fait l’unanimité. Un constat renforcé par le bilan accablant du technicien espagnol à la tête des Panthères du Gabon. En 12 matchs, José Antonio Camacho a enregistré six défaites, cinq nuls et une seule petite victoire.

Au-delà de ce maigre bilan, d’autres récriminations sont faites au technicien de 62 ans. D’abord son attitude. «Il ne communique presque pas avec les joueurs et ne vient au Gabon que pour les matchs», a confié un proche du staff technique des Panthères. En effet, José Antonio Camacho ne réside pas au Gabon. Il ne s’y rend que dans le cadre des échéances de la sélection nationale. Juste après, il quitte le pays.

Autre source de discorde autour du sélectionneur national : son salaire. Avec un revenu mensuel estimé entre 46 et 56 millions de francs CFA (dont une partie est reversée à ses adjoints), José Antonio Camacho est le coach le mieux payé d’Afrique.

Il bénéficie en outre de primes et de billets d’avion (sept par an) en première classe entre Libreville et Madrid, d’une voiture avec chauffeur et d’hébergement dans les meilleurs hôtels de la capitale gabonaise. Avec une telle aisance financière et autant d’avantages, l’on est tout de même en droit d’attendre mieux de la sélection nationale.

En effet, au-delà du maigre bilan de José Antonio Camacho, c’est surtout l’absence de fond de jeu des Panthères qui déchaine les passions chez les férus du ballon rond. Un constat caractérisé par un milieu de terrain peinant à tenir le ballon et créer du jeu, l’abus de longs ballons vers les attaquants ou encore, une défense plus que fébrile. A cela s’ajoute le sentiment que beaucoup de joueurs convoqués n’ont pas leur place en sélection.

Sur ce dernier aspect cependant, les avis sont beaucoup plus partagés. D’aucuns estimant que le sélectionneur n’a pas les coudées franches en ce qui concerne la gestion du groupe. En témoigne le cas Pierre-Emerick Aubameyang. Dans ce contexte, difficile de faire passer ses idées et imposer son autorité. Toutefois, cette circonstance atténuante suffit-elle à dédouaner le technicien espagnol ? Pas sûr.

Avec son élimination précoce au premier tour de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017, à domicile, José Antonio Camacho a vu sa position se fragiliser à l’issue de la compétition. S’il a été conforté à son poste, sa position est redevenue tout aussi vacillante, après la campagne éliminatoire plus que moyenne du Mondial 2018. Si la Fégafoot ne s’est pas prononcée sur le sort du sélectionneur, des voix se sont déjà élevées pour réclamer le départ de José Antonio Camacho, dont le contrat court jusqu’à la fin 2018.

La Fégafoot attend peut être la fin de la campagne éliminatoire de la Can 2019, pour donner sa position. Dans tous les cas, José Antonio Camacho profite bien de ses «vacances» en Espagne jusqu’à la prochaine sortie des Panthères, prévue en mars 2018.

 
 

6 Commentaires

  1. eternite dit :

    Nous cultivons la bétise Humaine dans mon pays le Gabon et je m’en explique :

    – 100.000€ de revenus mensuels pour CAMACHO…n’est pas la une aberration ? à titre de comparaison, Fernando Santos ( selectionneur du Portugal Champion d’Europe 2016 est lui aussi payé 100.000€ )

    – Aucun résultat positif pour la selection depuis sa prise de poste et le monsieur ne peut pas etre viré car les occidentaux, connaissent leurs droits et le viré même pour faute professionnelle, nous amenerait devant le TAS avec un conclusion négative pour le Gabon.

    Mais bref, si avec 720.000.000 FCFA comme rémuration annuelle pour etre vraiment nul… donnez à n’importe quel coach gabonais 10% de ce salaire et les resultats seront au rendez-vous….( ps: coach Da Costa ).

  2. Milangmissi dit :

    Football : Quel sort pour José Antonio Camacho ? lol
    Si Opiangah rompt son contrat ses avocats feront raquer la fegafoot, s’il reste la fegafoot raquera dans tous les cas le Gabon l’a dans le baba.
    “Quand tu confies tes manettes à des incompétents t’étonnes pas de finir dans le ravin.” ICN
    Camacho a de très bons avocats pas la peine de licencier, a moins d’être prêt payer 1,2 millions d’euros

    “Malheureusement, les politiciens sont soit incompétents, soit corrompus. Au Gabon ils sont les deux en même temps, tous les jours.” M. woody Allen je me suis permis d’adapter votre phrase

  3. Le Bantou de "Makata ma ngoye" dit :

    L’équipe nationale “les Panthères” est à l’image de notre pays qui lui est un grand malade en souffrance dans tous ses aspects.S’il vous plait,je vous prie de me citer le nom d’un seul pays en crise dont l’équipe nationale ayant remporté un trophée majeur depuis que le football existe.Vous en trouverez pas.Car le climat socio-politique a une influence considérable sur les performances sportives d’un pays.Regardons nos contemporains,l’Allemagne championne du monde 2014 au moment où le pays jouissait d’un contexte socio-politique et économique stable (croissance à 2 chiffres),Espagne championne du monde 2010 et championne d’Europe 2008 et 2012 à des périodes où elle connaissait une embellie socio-politique et économique;en Afrique: Cote d’Ivoire championne d’Afrique 2015 au moment où le pays amorcé sa période de bonne croissance économique et une stabilité socio-politique…Les exemples en font légion.Quel est ce pays aussi troublé socio-politiquement et économiquement que le Gabon actuel a connu des embellies sur le plan sportif? Vous n’en trouverez pas et peut-être jamais dans l’histoire.Le sport est un investissement,une planification,une prévision et une organisation, et non de l’improvisation.

  4. Tarek dit :

    Rectification sur le numéro 04704282

  5. Elop dit :

    Franchement,que voulez-vous que le sélectionneur national fasse au Gabon en ce moment précis où il n’y a ni championnat de D1 ni celui de D2 (voir article “Football : La Linaf et l’énigme de la saison 2017-2018”) ?
    Rester à Libreville, dans un grand hôtel, à se tourner les pouces ou rester à côté de sa famille en Espagne, à sa place qu’auriez-vous fait?
    Le problème est ailleurs.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW