La confédération syndicale Dynamique unitaire annonce une grève générale de l’ensemble des travailleurs du secteur public, parapublic et privé à compter de ce 12 mars 2018, sur l’ensemble du territoire.

Dynamique unitaire lance une grève générale de l’ensemble des travailleurs du secteur public, parapublic et privé à compter de ce 12 mars 2018, sur l’ensemble du territoire national (image d’illustration). © D.R.

 

Dynamique unitaire décrète, dès ce lundi 12 mars, une grève générale illimitée dans tous les secteurs d’activités. Cette décision, explique la confédération syndicale, est une réponse appropriée au «mutisme et mépris», du gouvernement face à leurs revendications.

En effet, le préavis de grève déposé le 1er mars sur la table du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, a expiré sans le moindre signe du chef du gouvernement. C’est l’atonie du gouvernement dans ce dossier, perçue par les syndicats comme une marque de mépris, qui a poussé la confédération syndicale Dynamique unitaire à appeler l’ensemble des travailleurs gabonais à observer une grève générale illimitée, à compter de ce 12 mars 2018, sur l’ensemble du territoire national.

Cette initiative de protestation vise à secouer le gouvernement pour trouver des solutions aux difficultés qui assombrissent le quotidien du travailleur gabonais. Dans cette perspective, Dynamique unitaire souhaite l’ouverture «sans conditions» de véritables négociations avec le gouvernement.

Les membres des syndicats réunis au sein de la Dynamique unitaire revendiquent l’annulation des mesures prises par le gouvernement lors du Conseil de ministres du 23 février 2018. Il s’agit notamment des mesures relatives à la suppression du paiement des services rendus aux fonctionnaires et la non législation des éléments de rémunération par le parlement, le  paiement au trentième des salaires des fonctionnaires, l’avancement exclusif au mérite des agents publics de l’Etat.

Dynamique unitaire revendique également le respect des libertés et des droits syndicaux, notamment la réhabilitation administrative de la Conasysed, la renégociation des nouveaux paramètres de la pension retraite, ainsi que la révision à la baisse du taux de prélèvement de la CNAMGS.

A cela s’ajoute la régularisation de toutes les situations administratives, le paiement de toutes les sommes dues aux travailleurs. Il s’agit principalement de rappels solde, la prime d’incitation à la performance (P.I.P) du 2e trimestre 2015 pour les agents de la Santé, des Affaires sociales, des Travaux publics, les vacations aux examens 2017 et  les droits des déflatés de la CNSS.

 
 

7 Commentaires

  1. Ndong dit :

    Quel pays maudit! Avec les dirigeants incompétents que nous avons, ca va chauffer.

  2. Tarek dit :

    De ce point, je vous demande de trouver une solution, une grève illimité est trop fort de peur de paralysé le pays. Cher Gouvernement, parfois il faut apprendre à dire à la population la vérité, on nous savons que la crise est partout et non seulement au Gabon. Nous pouvons trouver de solution. La faute revient au gouvernement pour un manque de longue réflexion…

    • Ndong dit :

      De quelle crise parlez-vous? Ces mêmes personnes qui crient haut et fort que le pays est en crise savent très bien pourquoi les caisses sont vides et tout le monde fait grève. Un pays en crise doit apprendre des erreurs du passé afin que celles-ci ne se répètent plus, qu’ils arrêtent de voler l’argent public et les choses rentreront dans l’ordre.

    • Ari dit :

      Le FMI n’arretera pas de preter de l’argent au Gabon tant que son sous-sol produise toujours des matieres premieres. Les compagnies petrolieres continuent de decouvrir l’or noire sur les cotes offshore du pays.
      Alor de quelle crise parlez-vous? Notre pays le Gabon est toujours riche, mais ce sont ces mecreants qu’on a a la tete de l’Etat qui pillent le pays sans foi ni loi. Les richesses du Gabon se ramassent a la pele, raison pour laquelle la famille Bongo ne veut pas laisser tomber l’affaire.

  3. Francis dit :

    On est fatigué des grèves!!!! ça ne rapporte plus rien. Ce n’est pas le seul moyen!!!

    comment on paye la PIP si tout le pays est bloqué? ils suivent un peu l’actualité pour constater que le pays est pratiquement en défaut de payement?

    des blagueurs….

  4. la maison dit :

    encore eux. à quand la grève pour les écoles sans toilettes ?

  5. Ndong dit :

    Le pays est en défaut de paiements? Lorsque nos heureux honorables et vénérables votent le budget de l’année en cours c’est pour les cons ou bien? Arrêtez de compatir à ce genre de bêtises et mensonges, la réalité est toute autre, l’argent est bien au pays mais détourné ou bloqué à d’autres fins.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW