La vidéo de la visite, le 4 décembre 2018, à Rabat, du vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou, du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, et de la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mbourantsuo, au président Ali Bongo en convalescence à au Maroc, montre bel et bien le chef de l’État vivant, esquissant quelques mouvements.

Emmanuel Issoze Ngondet, Pierre Claver Maganga Moussavou et Marie-Madeleine Mbourantsuo, (debout) devant le président de la République. © D.R.

 

Annoncée dans la mi-journée à Rabat au Maroc, la délégation gabonaise rendue au chevet du chef de l’État a été montrée au journal de 20 heures sur les principales chaînes de télévision publique nationales, en l’occurrence Gabon 1ere et Gabon 24. Dans ces images commentées par la présentatrice du 20 heures, on voit Ali Bongo assis. À côté de lui, Pierre Claver Maganga Moussavou,  Emmanuel Issoze Ngondet, tandis que Marie Madeleine Mbourantsuo, debout, s’adresse au président de la République.

Après la photo et la courte vidéo de l’Agence France-presse (AFP), la veille, montrant la visite du Roi du Maroc à Ali Bongo à l’hôpital militaire de Rabat, cette nouvelle vidéo vient confirmer que «le président gabonais est bien vivant». Toutefois, des questions restent en suspens. Notamment, dispose-t-il de toutes ses facultés ? Les Gabonais aimeraient en avoir une réponse.

Sur la vidéo largement diffusée, le vice-président de la République a déclaré que «tout se passe bien». «Et nous espérons que nous, à notre niveau, nous serons à la hauteur pour montrer au monde entier la continuité de l’État. Et notre loyauté vis-à-vis du président de la République doit se manifester par notre ardeur au travail, par notre détermination pour lui laisser le temps de recouvrer correctement sa santé avant de nous retrouver», a déclaré Pierre Claver Maganga Moussavou. S’il ne dit pas à quel moment Ali Bongo regagnera le bercail, il précise que «le président est bien en vie et que sa rééducation se fait correctement».

Emmanuel Issoze Ngondet parle, lui, d’«apaisement et le soulagement». Des sentiments qui, selon lui, vont encourager le gouvernement «à redoubler d’efforts pour accélérer la mission : maintenir l’État en fonctionnement». Autrement dit, le chef de l’Etat est bel et bien vivant. Cependant, on ignore toujours le mal dont souffre Ali Bongo, de même que l’on ne sait nullement combien de temps durera sa rééducation. Mieux, la question d’un quelconque intérim ne serait pas à l’ordre du jour.

 
 

26 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    On vous l’avez dit !
    Que pensez de tous ces oiseaux de malheur qui annonçaient mordicus
    la mort de notre bien-aimé Président ?
    Tous ceux qui se réjouissaient de la mort “inventée” d’un homme! quelle bassesse !
    Voilà le visage de ces lâches “résistants” qui ont pour pseudo :
    Makaya, Fayo…et j’en passe et des meilleurs, ils n’ont comme arguments que les fakes news de complots par-ci, complots par-là.

    Votre lutte continue, je le connais déjà le film que vous nous avez concocté : “BOA est un mort-vivant…”, “BOA est l’otage de…”.
    Messieurs, vous êtes bien minables !

  2. Mimbo dit :

    Le vice-président Maganga Moussavou,disait d’Ali Bongo:”il n’y a pas pire paresseux que lui …”.Maintenant qu’il est dans un tel état,on devrait déduire la situation du pays en ce moment ,livré à des nouveaux pilleurs,puisque certains de ses amis d’hier ont prit la clé des champs.

  3. Ntokis dit :

    Why not the usual kongossa today ?

  4. Le gaucher dit :

    Moi aussi J’ai bu mon lait de ma main gauche ce matin.

  5. Observez bien les attitudes de Maganga Moussavou et d’Issoze Ngondet; ils ne sont pas sereins; ils viennent de se rendre à l’évidence qu’on les a roulé dans la farine; mais ils sont obligés de faire le jeu moyennant quelques milliards de franc cfa.
    D’autre part pourquoi la conversation entre Mbourantso et son fils adoptif ,Ali Bongo, est inaudible ? on voit bien sur cette vidéo qu’il ya échange entre les deux personnages… Enfin, pourquoi Ali Bongo ne prononce pas cette COURTE phrase que tout le monde aimerait entendre de lui même :” JE VAIS MIEUX”
    jE PERSISTE ET JE SIGNE, les deux représentants du gouvernement de l’émergence avaient froid aux yeux, et personne n’a vu Issoze Ngondet remettre sa démission au dictateur.

  6. Paul Mba dit :

    Vivant ou pas, elle n’a pas le droit de toucher à la constitution SVP. Le Gabon n’est pas une monarchie. Et puis, s’il est bien vivant comme vous voulez nous faire avaler un tel mensonge, il n’est plus capable de diriger ce pays. Mais moi je crois que TOUT EST POSSIBLE AVEC CETTE FAMILLE SATANIQUE DES BONGO.

  7. Julien dit :

    PATHÉTIQUE. LE DÉMON (BOA) DEVIENT L’ANGE. ET L’ANGE (LA RÉSISTANCE GABONAISE ET TOUS CEUX QUI ONT PERDUS DES PARENTS AVEC LES ASSASSINATS DE BOA) DEVIENT LE DÉMON. AVEC LES BONGO, TOUT EST POSSIBLE. QUEL CINÉMA !!!

  8. Didier dit :

    Lol !Si je te comprends, même s’il est vivant (ce dont je doute toujours), tu me demande d’avoir de la compassion pour celui qui a tué mon parent au QG de Jean Ping ? JAMAIS !!! BOA est un ASSASSIN !!! Et je souhaite même qu’il soit dans cet état pour de longues années encore. La mort aurait été trop douce pour lui.

    • Ikobey dit :

      Je comprends votre malheur. Les forces de police ne sont pas aussi efficaces qu’il le faudrait. Les événements ne méritaient pas la mort d’un seul gabonais! c’est regrettable, triste, désolant ! comme je vous comprends ! malgré tout, que penser de ceux qui ont envoyé nos jeunes au casse-pipe ? L’honnêteté doit vous faire reconnaître qu’Ali n’y est pas coupable, ni même responsable.

    • Komilfo dit :

      votre “innocent aux mains toujours sales” était une catastrophe, sans la moindre consistance intellectuelle, sans éthique,versatile, ne maîtrisant aucun dossier, sans vision car arrêté par le court terme( bcp d’argent vite,des biens clinquants vite et à tout prix). Et de plus, très mal conseillé et entouré par des menteurs dans votre genre, ce qui aurait été indispensable à compenser vues les énormes faiblesses intellectuelles et même physiques qu ‘avait cet homme.Heureusement la justice divine l’a bien vu autrement il n’en serait pas là comme disent les Américains il n’y a pas de hasard..

  9. Jones dit :

    Bon rétablissement à Ali Bongo. Il est temps que les gabonais comprennent qu’il n’ont pas d’autre pays que le Gabon, développons notre pays, œuvrons tous pour le bien-être des gabonais, renforçons l’unité nationale autour des valeurs de solidarité, de paix, de partage, de justice, d’équité… Personne ne devrait se réjouir du malheur d’un concitoyens. Le spectacle que les gabonais ont offert au monde suite à la maladie du chef de l’État est révélateur d’une société profondément divisée. Or, dans une telle position, aucune nation, un état ne peut prétendre au développement. Ne dirigeons pas le Gabon pour nous même, pensons d’abord et avant tout au gabonais.

  10. Hamed Lecka dit :

    Magangmoussav, vous qui revenez de Rabat, une seule chose nous rassure. Son aptitude à assurer ses fonctions sans intermédiaire. Sinon lisons la constitution. La constitution actuelle n’est pas celle de l’époque Léon Mba, ni celle du Nigeria, pour dire à Issoze Ngondet, qu’il ne connait pas plus que quiconque. En cette période on doit éviter des réponses à la presse qui fâchent les autres. On ne peut souhaiter la mort à notre président que souhaitons d’ailleurs prompt rétablissement. Cet état de convalescence va durer combien de temps. Il vous a salué avec quelle main?

  11. Paul Mba dit :

    Et le démon devient un ange. Lol !

  12. Serge Makaya dit :

    Moi j’aimerai le voir avec sa “mère” Patience Dabany. Et on attend son discours du 31 décembre. Quel cinéma !

  13. Serge Makaya dit :

    Si vous voulez VRAIMENT rendre CRÉDIBLE que BOA est bien vivant, qu’est ce qui vous empêche de faire venir une délégation de 5 ou 6 personnes de l’opposition gabonaise au chevet d’Ali Bongo ? Voilà une initiative qui fera taire pour toujours les suspicions. Tant qu’une délégation de l’opposition gabonaise ne sera pas au chevet d’Ali Bongo, soi disant vivant, le doute demeurera chez beaucoup de gabonais.

  14. FINE BOUCHE dit :

    Et si demain l’opposition descendait dans la rue. Qui devrait donner l’ordre de tirer sur la population MAGANGA MOUSSAVOU, en aurait-il le courage ? car il en faut dans ces extrèmes. Serait il capable de nous surprendre ?? ne tentons pas le diable. il n’y avait qu’Ali et Maxient Accrombessi aux commandes du Gabon qui pouvaient le faire du fait qu’ils ne sont pas gabonais selon les rumeurs. Alors qui osera, Mboranstuo je crois qu’elle n’aurait aucun scrupules, Opiangah ses états de services le lui permettent.

  15. KIEM dit :

    @ikobey,

    Bravo Ikobey, vous venez de découvrir qu’il existe en ce monde d’autres “minables”, car c’est un titre que vous vous êtes octroyé depuis la sortie du ventre de votre mère

  16. Ikobey dit :

    @kiem
    vous insultez, vous diffamez…
    Vos arguments sont toujours minables, comme vous, vous en déplaise !
    Vous êtes un perdant, tant pis pour vous ! moi je préfère avec le peuple gabonais du côté du progrès, du côté de l’avenir, de l’optimisme, Ali sera bientôt avec son peuple qui l’aime tant.

  17. brulons les pédémergents franc-macons dit :

    c’est un spectacle pitoyable!!! boa est mort. ces pédémergents font pitié, ils sont dans le même état d’esprit comme lors du jour de vote en aout 2016.Pendant que les opposants photographiaient et diffusaient les procès verbaux des résultats sur les réseaux sociaux,les pédémergents étaient complètement perdus.pour qu’ils retrouvent un semblant d’espoir,il aura fallu que les résultats du haut-ogooué soient honteusement truqués. c’est le même sentiment qui les anime avec la vidéo qui montre la marionnette, le patin becté d’ali bongo.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW