A 24 heures de la rencontre face au Burundi, le 8 septembre à Libreville, les Panthères du Gabon ont reçu la visite du ministre des Sports. «Apparemment, tout va bien», a confié Alain-Claude Bilie-By-Nzé.

Alain-Claude Bilie-By-Nzé échangeant avec Mario Lemina, le 7 septembre 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Actuellement en regroupement dans le cadre du match contre le Burundi, les Panthères du Gabon ont reçu la visite du ministre des Sports, le 7 septembre à Libreville. Une rencontre au cours de laquelle le staff et les joueurs ont partagé quelques moments avec Alain-Claude Bilie-By-Nzé.

Petit-déjeuner des Panthères avec le ministre des Sports. © Gabonreview

«Je suis venu prendre un petit-déjeuner avec eux, histoire de m’imprégner de leur état d’esprit. Apparemment, tout va bien. Le coach a retrouvé l’équipe presqu’au complet, c’est assez rare pour être souligné. En principe, avec l’aide du public, nous devrions faire un bon match et un bon résultat», a déclaré le ministre des Sports.

Le Gabon défie le Burundi le 8 septembre au Stade de l’Amitié, dans la commune d’Akanda, en match comptant pour la 2e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 prévue au Cameroun. Logé dans le groupe C, le Gabon compte 0 point, contre 3 pour son adversaire par ailleurs leader de la poule. Cette rencontre est décisive pour la suite des éliminatoires.

Face à l’enjeu de ce match, le ministre des Sports a appelé, une nouvelle fois, les populations à soutenir massivement les Panthères du Gabon. «Il faut juste rappeler que c’est l’équipe nationale : on ne la soutient pas parce qu’elle gagne, mais pour qu’elle gagne. Il faut qu’on aille au stade soutenir nos Panthères», a-t-il souligné.

«Il faut que nous soyons présents au Cameroun. Et le match contre le Burundi est décisif. En tant que citoyens et patriotes qui aimons notre pays, c’est notre rôle de soutenir massivement l’équipe nationale», a conclu Alain-Claude Bilie-By-Nzé.

 
 

4 Commentaires

  1. Fayo dit :

    Rien de plus démoralisant pour un peuple que d’avoir à sa tête des dirigeants dans lesquels ils ne se reconnaissent pas. Bilié l’un des principaux piliers de ce désamour ferait mieux de ne pas pointer son visage à la veille de telle rencontre. Es-t-il conscient pour un grand nombre de ces compatriotes sa visite est une insulte dont la frustration cauchemardesque aura une répercussion sur le jeu. Sachez chers putschiste que dans la plupart des occasions aujourd’hui vous mettre au milieu des gabonais casse l’ambiance et la dynamique quand il y a un objectif à atteindre.

    • OBAME dit :

      Je vais dans le sens de votre analyse.
      Ces “gens” qui ont fait et continuent de faire tant de mal aux gabonais et à l’image du Gabon devraient se tenir à l’écart lors de moments décisifs.
      Les joeurs et le staf technique sont des gabonais qui subissent directement eux même ou leurs proches les affres de ce regime affreux.
      On vous demande une seule chose, “liberer le plancher”

  2. Olsen dit :

    Il s’ennuyait chez lui certainement ce perroquet. Conséquence de sa viste: les panthères ont faillient perdre.

  3. BSerge Okogo dit :

    Tant que,Ali Bongo Ondimba et Billie Bi Nzé seront aux affaires, les panthères ne gagneront aucun trophée. Le Gabon peut déjà faire une croix sur la Can 2019.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW