Pour revendiquer le respect de la Constitution et réclamer l’installation de Jean Ping au pouvoir, la Coalition pour la nouvelle République (CNR) annonce dès la semaine prochaine plusieurs manifestations à Libreville et à l’intérieur du pays.

La CNR et son président Jean Eyéghé Ndong, annonce des manifestations dans les prochains jours. © Gabonreview

 

La semaine qui vient risque d’être riche en activités pour l’aile dure de l’opposition réunie autour de Jean Ping. Rassemblés ce samedi 24 novembre à la permanence politique du sénateur Jean Eyéghé Ndong, à Nkembo dans le 2e arrondissement de la commune de Libreville, plusieurs membres et sympathisants de la CNR ont annoncé des manifestations dans la capitale qui, espèrent-ils, devraient gagner l’intérieur du pays.

Prévue le lundi 26 novembre prochain, la première manifestation présentée comme une «réunion politique», devrait avoir lieu au Marché-Banane au PK8 dans l’après-midi. Cette mobilisation vise deux principaux objectifs : exiger le respect strict de la Constitution «violée» selon la CNR par Marie Madeleine Mborantsuo, dont la Coalition demande le départ ; et revendiquer «l’installation de Jean Ping à la place qu’il faut», donc à la présidence de la République.

S’il s’est refusé d’évoquer plus longuement les ennuis de santé d’Ali Bongo, Jean Eyéghé Ndong a, en effet, affirmé qu’«avant d’invoquer l’application de l’article 13 de la Constitution, il y a un contentieux qui reste à vider depuis la présidentielle d’août 2016 : l’annulation sans explication des résultats de 21 bureaux de vote dans le 2e arrondissement de Libreville». Convaincu de ce que ces «11 000 voix» ou la reprise du scrutin dans cette circonscription auraient pu permettre à Jean Ping de l’emporter face à Ali Bongo déclaré vainqueur, le sénateur assure que tant que ce contentieux ne sera pas vidé, la situation de crise politique dans le pays restera en l’état.

Bien que déçu de la faible mobilisation de vendredi au carrefour Rio et de celle de ce samedi à son QG, le président du groupe parlementaire Front uni au Sénat appelle à plus d’implication des «Gabonais qui se plaignent chez eux, au bureau ou dans les bars». «Je ne vous demande pas de faire le fou dans la ville mais d’exprimer votre colère», précise-t-il, exhortant les jeunes, notamment «les étudiants en droit», à se pencher sur la décision prise le 14 novembre par la Cour constitutionnelle, ayant permis à Pierre-Claver Maganga Moussavou, «élu par le président de la République comme le serait un directeur général», de présider un Conseil des ministres. Jean Eyéghé Ndong exhorte précisément les jeunes à se mobiliser à travers toute la ville, y compris à l’intérieur du pays.

Dans le cadre de ces mobilisations à venir, qui prépareraient «un véritable rassemblement populaire à Rio», la CNR a lancé le Mouvement TGV, dont la destination est le palais du bord de mer à Libreville, avec l’installation de Jean Ping sur le fauteuil occupé actuellement par Ali Bongo, absent du pays depuis son malaise le 24 octobre dernier à Riyad en Arabie Saoudite.

 
 

9 Commentaires

  1. Moussavou Jacques dit :

    Eyeghe est un blagueur, un plouc, qui nomme son fils maire et installé l’hôtel heliconia.de Nzeng Àyong sur son terrain

  2. SERGE MAKAYA dit :

    “tant que ce contentieux ne sera pas vidé, la situation de crise politique dans le pays restera en l’état”. Mr Jean Eyéghé Ndong, je suis entièrement d’accord avec vous. Ce régime diabolique doit définitivement disparaître du Gabon. Sinon, le Gabon ne s’en sortira JAMAIS. Ils nous ont empêchés de rêver, nous allons les empêcher de dormir… Bande de CACAS…

  3. Yves dit :

    A MES FRERES ET SOEURS DU GABON ET A CEUX DE L’INTERNATIONAL.

    Je pense qu’il ne faut pas se disperser :

    1 – Mme Mborantsuo et la Cour Constitutionnelle crée la diversion en tripatouillant la Constitution ; Elle n’est pas autorisée, elle falsifie un acte constitutionnel ;

    2 – La constitution par l’article 13 dit clairement ceci : « En cas de vacance de la présidence de la République pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement définitif de son titulaire constatés par la Cour constitutionnelle saisie par le Gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres, ou à défaut, par les bureaux des deux chambres du Parlement statuant ensemble à la majorité de leurs membres, les fonctions du Président de la République, à l’exception de celles prévues aux articles 18,19 et 116, alinéa 1er, sont provisoirement exercées par le Président du Sénat ou, en cas d’empêchement de celui-ci dûment constaté par la Cour constitutionnelle saisie dans les mêmes conditions que ci-dessus, par le premier Vice-Président du Sénat (L. 1/97 du 22 avril 1997). »

    3 – Statuer sur l’acte de la falsification de la constitution par la Cour Constitutionnelle ;

    4 – Mme Le Président du Senat doit assurer l’intérim pour quelque cause que ce soit ;

    5 – Discussion sur la prise du pouvoir ou non par Mr Ping ;

    6 – Si Ping ne prend pas le pouvoir, il faut une réorganisation des élections présidentielles sous la supervision de Mme Le Président du Sénat.

    7 – Nous ne voulons plus des tripatouillages de 1967, de 1990 à 2016.

    Merci mes frères et sœurs, sauvons le Gabon.

  4. Nkembo dit :

    En vertu de quoi Ping doit prendre le pouvoir? Vous n’êtes que blagueurs.

  5. Nkembo dit :

    Il y’a un burkinabé qui a traité les gabonais de faux, faisant allusion à leur révolution. Si tu me lis, retiens ceci. Le Gabon et le burikina ne présentent pas les mêmes intérêts vis à vis des grandes puissances. Compaore vous a maltraités les années durant où étiez vous? Les fondations de votre révolution ont été posées hors du burikina. Chez nous au gabon malheureusement ces grandes puissances continuent à tenir via les dirigeants qu’ils choisissent, les rênes de l’armée. Les gabonais n’ont aucune leçon à recevoir de vous.

  6. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    ” LA DYNAMIQUE BWETE ”
    * ” TROIS CENT DIXIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD ” *
    « ” LA RESTITUTION EST AMORCÉE ” »
    ” L’APOCALYPSE NETTOYEUR BWETE ”
    En français facile :
    ” JEAN PING EST LE NOUVEAU GUIDE PRÉSIDENT D’IBOGA (GABON) ”
    « IBOGA (GABON) A TOTALEMENT RECOUVRÉ SON HONNEUR ET SA DIGNITÉ ».
    Ce dimanche, 25 novembre 2018 « SEPTIÈME JOUR DU REPOS », BWETE rappel que ce message dont le lien est ci-dessus indiqué a été transmis le, 25 juillet à Ali Bongo mais il n’a pas écouté. Pour ne l’avoir pas écouté, Ali Bongo a reçu ” La Gifle ” de MUANGA (DIEU). ALI BONGO EST MORT. C’EST FINI. FIN. TERMINER. En 2009, Marie Madeleine Mborantsuo a utilisé malhonnêtement dans un complot fomenté par la médiocre et moribonde franc-maçonnerie, le nom de BWETE Commissaire CENAP 2009 pour déclarer Ali Bongo vainqueur de cette élection présidentielle gagné en réalité par André Mba Obame, le choix de BWETE fait en présence Jean Eyeghé Ndong et de tous les autres candidats réuni le, 29 aout à la veille du scrutin au quartier London. En 2014, BWETE a de nouveau choisi et convaincu contre son gré Jean PING avec le soutien de Jacques ADIAHENOT, pour être candidat à l’élection présidentielle de 2016. Jean PING a été ” Élu à l’Unanimité ” par le Peuple Souverain d’IBOGA (Gabon). PERSONNE, BWETE DIT BIEN QUE PERSONNE NE CHANGERA LE CHOIX DES MIKOUKOU ET DE MUANGA (DIEU). BWETE prévient Marie Madeleine Mborantsuo, que 2016 ne sera pas 2009. Que si Marie Madeleine Mborantsuo tente quoi que ce soit, elle n’aura plus d’excuses et elle subira de MUANGA (DIEU) : Une sanction pire que celle d’Ali Bongo. Peuple souverain d’IBOGA (Gabon), BWETE a fait une brève communication hier à Nkembo chez L’Honorable ” Porte Flambeau ” Jean Eyeghé Ndong. BWETE commande au Peuple Souverain de n’avoir plus peur de qui que ce soit ou de quoi que ce soit et de soutenir toutes les actions pacifiques, sans violences menées par le ” Porte Flambeau ” Jean Eyeghé Ndong. Jean PING est le Guide Président d’IBOGA (Gabon) imposer par Le Choix des MIKOUKOU et de MUANGA (DIEU). BWETE DÉCLARE QUE JEAN PING DISPOSE DE TOUS LES POUVOIRS ET DE TOUS LES ATTRIBUTS DU POUVOIR DIVIN. AINSI ONT DÉCIDÉ LES MIKOUKOU D’IBOGA (GABON) ET MUANGA (DIEU). IBOGA (GABON) SERA DÉSORMAIS GÉRÉ ET ADMINISTRÉ RIEN QUE SELON NOS RICHES ET RESPECTUEUX PRINCIPES DIVINS ANCESTRAUX. CAR, AUCUN PEUPLE NE PEUT SE DÉVELOPPER SUR UNE CULTURE D’EMPRUNT DONT IL N’A NI LES TENANTS, NI LES ABOUTISSANTS. MUANGA (DIEU) QUI NE SE TROMPE PAS DONNE A CHACUN SA PART. BWETE. /
    Message transmis à : Ali Bongo le 25 juillet 2018 – https://plus.google.com/105710592183109539706/posts/78Guc3Nzn1G
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION EST AMORCÉE #
    “GABON D’ABORD”

  7. M. EYEGHE NDONG, vous êtes un monsieur que je respecte beaucoup, SOUTIEN…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW