Le Pozzo Di Borgo, l’hôtel particulier acquis en 2010 par le Gabon, dans le 7e arrondissement de Paris, pourrait être mis aux enchères. Cela se ferait à la demande de Frédéric Bérenger, titulaire d’une créance de 11 millions € (Plus de 7 milliards 215 millions de francs CFA) sur le Gabon.

Le Pozzo Di Borgo, l’hôtel particulier acquis en 2010 par le Gabon pour 65 milliards de francs CFA pourrait être mis aux enchères dans les prochains jours. © Flickr /Caroline et Louis Volant

 

La Lettre du Continent du mercredi 28 novembre affirme que l’hôtel Pozzo di Borgo, propriété de l’Etat gabonais situé dans le 7e arrondissement de Paris, devrait être vendu aux enchères. Selon ce confidentiel, cette vente interviendrait «à la demande de Frédéric Bérenger». Ce dernier, cité par le journal, est «titulaire d’une créance de 11 millions € (Plus de 7 milliards 215 millions de francs CFA) sur le Gabon».

«L’opération menée par l’avocate Julie Couturier (cabinet JCDAvocats) devrait être effective début 2019», précise la source, indiquant que la Société Kontinental conseil ingénierie de cet homme d’affaires est épaulée par Calunius Capital, société britannique spécialisée dans le financement de procès. Fréderic Bérenger «a instruit ses avocats pour lancer la procédure début octobre. Celle-ci est rendue possible par deux nantissements réalisés sur les parts sociales de la Société civile immobilière des numéros 49 et 51 rue de l’Université (SCI), où se situe le luxueux bâtiment du début du XVIIIe siècle», affirmait en septembre La Lettre du Continent.

Avant cette étape qui se profile, le patron du Groupement Santullo Sericom, Guido Santullo (Décédé), avait obtenu la saisie conservatoire de cet immeuble acquis en 2010 pour 65 milliards de francs CFA.

La démarche de Frédéric Bérenger vise à contraindre l‘État gabonais à payer ses créances vis-à-vis de KCI. Celles-ci sont estimées à près de 7 milliards de francs CFA en valeur nominale, soit le montant de la créance validée par la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye, en 2016.

 
 

17 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    Il y aura une belle plus-value pour l’Etat Gabonais !
    Belle opération qui arrive à point dans la politique de rigueur du
    gouvernement. Bien joué !

    • Gayo dit :

      Quelle bêteté. Tu reconnais que ton pseudo-président est un cancre qui ne peut rien mener à bout. Cet hôtel avait-il pour but être vendu pour rembourser les dettes d’un gouvernement de voyous.

      • Ikobey dit :

        @ Gayo
        Bien sûr le but de l’achat de l’hôtel n’était pas la plus-value immobilière mais la promotion de notre pays à l’étranger.
        Malheureusement, la crise est venue, et remettre à des temps meilleurs ce projet est raisonnable. Vendre un bien immobilier en ce moment à Paris permet souvent une belle plus-value.
        L’Etat gabonais n’a pas pu mener à bien son grand projet , il en tirera malgré tout un bénéfice, tel était le modeste but de mon intervention.

    • Eternité dit :

      @Ikobey, vraiment j’aime vous lire tellement votre devotion en ABO est le reflet d’une bêtise assumée… hotel particulier acheté 100M€ par le G abon et vendu 11M€…si vous voyez une plus pour le Gabon.. alors Toto est plus intelligent et futé que vous !!!

      je passais

      • Ikobey dit :

        @Eternité (moins 1 jour)
        1)merci pour votre jugement de valeur à mon endroit.C’est un argument (presque) comme un autre.
        2) l’hôtel particulier n’est pas vendu mais sera peut-être en vente.Vous avez dû manquer l’école le jour où le Maître a enseigné le conditionnel.
        3) 11M€ est le montant que réclame F.Béranger, et non pas ….

        Franchement, je préfère ma “bêtise assumée” à votre “brillante”intelligence !

        • Eternite dit :

          @Ikobey, je n’ai pas manqué l’école comme vous dites mais j’apprecie la tournure, car vous prenez votre cas pour une généralité !
          Expliquez moi comment faire une plus-value sur un bien immobilier mis sous sequestre par décision judiciaire internationale? expliquez moi comment ce bien de 100M€, pourra il etre vendu fusse t’il aux enchères au dessus de son prix d’achat?
          svp , eveillez ma conscience …merci pour votre retour

          • Ikobey dit :

            Par définition, un bien vendu aux enchères est vendu au prix du marché,( l’enchère étant le marché).
            L’immobilier dans les capitales d’Europe ayant fortement augmenté,
            ce serait bien le diable que l’hôtel ne trouve pas un acquéreur pour
            un prix supérieur au prix qu’il a été acheté par le Gabon.
            En outre, il faudrait que le Tribunal décide de la vente du bien, ce qui n’est pas gagné.

    • stevy dit :

      Ikobey

      LE GABON a payee 100 Millions D’euro pour un bien qui devait etre une Ambassade, ce projet n”AS JAMAIS eu lieu, sans compter les millions pour la renovation.
      On vas perder 100 Million d’EURO POUR une dette de 11 Million. et tu dit ” Il y aura une belle plus-value pour l’Etat Gabonais !
      Belle opération qui arrive à point dans la politique de rigueur du
      gouvernement. Bien joué !” Sois tu n’as pas fait d’etude , tu est just en france pour etre las bas avec l”argent que tes parent on volee sous Bongo pere.
      Te repondre ce une pert de temps , mais comme , on ne peut pas laisser le Gabon dans les mains des “maboule : comme vous on doit quand meme repondre.
      Comme tu est maboule prend cet example. Tu achete un telephone a 100000FCA et tu le revend a 10000fca , et tu dis ce une belle operation. je me demand comment tu geres tes finanace las bas en france. Tu dois certainmenment vivre dans des bien mal Aqui.

      • Ikobey dit :

        @stevy
        demande à quelqu’un de t’expliquer.
        Bon,je vais tenter une dernière fois.
        1) M.Béranger a une créance sur le Gabon de 11M€ .
        2) Comme il n’arrive pas à se faire payer , il demande à la justice de mettre en vente un bien du Gabon pour récupérer son argent.
        3) Si le tribunal accepte, le bien sera vendu aux enchères, par exemple pour 130M€ , M.Béranger touchera ses 11 M € et l’Etat gabonais 119M €.
        4) il y aura bien une plus-value de 30 M€ (dont 19M € pour le Trésor gabonais)
        C’est tout.
        Est-ce que le maboule ne te fait pas trop tourner la boule ?

        Ton exemple du téléphone n’est pas bon parce qu’un téléphone perd de sa valeur avec le temps alors que l’immobilier de qualité en Europe en prend avec le temps. Capito ?

  2. Eternité dit :

    Aux contempteurs de ABO et d’ACCROMBESSI, venez nous édifier sur la capacité de vos “mentors” à faire le bien du peuple gabonais ???

    100 M€ pour cet Hotel particulier acheté avec l’argent du gabon pour satisfaire le nombril de vos mentors, et aujourd’hui mis en vente…
    Ceux qui soutiennent encore de tes aberrations, vous n’êtes nullement des gabonais et surtout vous n’êtes rien sans ces fossoyeurs de la republique

  3. bassomba dit :

    J’ai envie de dire que les Biens Mal Acquis (BMA) ne proviennent au Gabon que de la famille Bongo? Certes celle ci a plus pillé, mais doit on dédouaner ceux des gabonais qui ont profité du régime pour acquérir indûment des biens mobiliers et immobiliers au titre qu’ils ne s’appellent pas ou n’appartiennent pas à la famille Bongo? Personnellement je dis non! car c’est INJUSTE! beaucoup d’entre ceux qui veulent remplacer les Bongo ont souillé les finances publiques et voudraient être blanchis!

    • Mboung dit :

      C’est l’hôpital qui se moque de la charité! Ce serait à mourir de rire si, les agissements que Vs excusez n’avaient pas précipité des milliers de Gabonais dans le chômage,la misère et la mort Le petit nombre qui s’enrichit est 1 phénomène systématique en dictature!(c’en est mm 1 caractéristique et 1 preuve) En démocratie cela dépend du niveau de redistribution et au moins (en principe en tout K) la possibilité de s’enrichir est, pour ceux que cela intéresse, ouverte à tous! Sinon bravos pour votre enquête de crassabilité Vs avancez beaucoup au bout de 50+ans….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW