Conformément aux instructions de la Cour constitutionnelle, l’élection du bureau de la 13e législature se fera le 11 janvier 2019. En grève pour non-paiement de leurs indemnités, le Syndicat du personnel de l’Assemblée nationale (Sypan) compte boycotter cette cérémonie censée avoir lieu au palais Léon Mba

Le Sypan compte boycotter l’élection du bureau de la 13e législature, le 11 janvier 2019. ©D.R.

 

Depuis le 28 décembre 2018, le Syndicat du personnel de l’Assemblé nationale (Sypan) observe un mouvement de grève. Le qualifiant d’illimité, les syndicalistes réclament le paiement de leurs arriérés d’indemnité. «Nous sommes rentrés en grève illimitée parce que depuis quelques mois nous n’avons pas été payés de toute la totalité de nos indemnités», a déclaré le 31 décembre 2018, le président Sypan, Eddy Mbadinga. Ce mouvement d’humeur est en réalité la reprise de celui suspendu le 17 décembre 2018 après une rencontre entre le président du Sénat, Lucie Milébou Aubusson qui assure actuellement la gestion de l’Assemblée nationale, et le Sypan.

La rencontre avait pour ainsi dire débouché sur la promesse de Lucie Milébou Aubusson de trouver des solutions aux revendications des syndicalistes. Les garanties de cette dernière n’ont pas suffi à contenir la patience des syndicalistes en période de fin d’année. D’où la rogne du Sypan. «Nous sommes allés au contact de madame le président qui nous avait bel et bien reçu. Elle a pu faire quelque chose à son niveau parce que nous étions à 6 mois d’impayés de la prime de session, plus l’arbre de Noël qui n’a pas eu lieu et la prime de session parlementaire. Donc à son niveau elle a pu décanter 4 mois, mais nous disons que c’est la fin de l’année», a signifié Eddy Mbadinga. «Donc, le budget étant pratiquement épuisé et la Cour constitutionnelle ayant rendu publics les résultats de l’élection législative, nous savons que le 11 janvier le bureau de l’Assemblée nationale sera composé. Pour nous, nous avons jugé opportun de rentrer en mouvement de grève pour se faire entendre parce que jusqu’à présent nous ne sommes pas rentrés en possession de nos dus. Nos familles passent les fêtes sous silence comme ça. Déjà, nos enfants n’ont pas eu leur arbre de Noël, donc nous trouvons qu’il n’y a pas une volonté manifeste», a-t-il poursuivi.

Le temps où le Sypan se satisfaisait des «preuves» données par le président du Sénat semble donc bien loin puisque le syndicat voit en l’élection du bureau de 13e législature, le 11 janvier, une aubaine pour se faire entendre voire obtenir gain de cause. «Nous appelons au boycott de l’élection du bureau de l’Assemblée nationale donc. Ça c’est sans ambages ! Nous resterons au portail tous les jours jusqu’à ce que nous soyons entendus», a martelé Eddy Mbadinga. À leur piquet de grève au portail du palais Léon Mba, les syndicalistes passent leurs journées au rythme de certains chants populaires.

Auteur : Alix-Ida Mussavu

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW