Ces dernières années, les recettes liées à la délivrance des différents documents afférents au transport terrestre ont connu d’importantes baisses successives estimées à plus de 1,1 milliard de francs entre 2013 et 2017.

Au Gabon, les documents de transport ne font plus recette. © Gabonreview

 

A Franceville où il a récemment tenu une réunion avec les responsables des entités placées sous sa tutelle, Justin Ndoundangoye n’a pas caché sa colère à ses interlocuteurs. Le ministre des Transports et de la Logistique n’apprécie que très peu les chiffres qui lui parviennent des services chargés notamment de la délivrance des documents relatifs au transport terrestre. Ces chiffres font état de la baisse de plus de 1,1 milliard de francs de recettes dans le secteur depuis 2013.

Selon Justin Ndoundangoye, «les recettes en matière de production de documents de transport sont passés, de 2013 à 2017, de 1,4 milliard à 2,3 millions de francs». Pour l’année 2018 dont il ne reste que 4 mois, les chiffres ne sont pas plus reluisants. «Aujourd’hui, nous sommes encore à 146 millions», a informé le ministre des Transports et de la Logistique qui a estimé cette «baisse vertigineuse» à «près de 90%».

S’il a exprimé son étonnement face à cette incohérence qui, selon lui ne répond pas à l’ambition gouvernementale liée à l’optimisation des recettes fiscales, Justin Ndoundangoye a dit savoir que sur le terrain, les indicateurs sont plutôt positifs.

Pour le ministre, la production des documents afférents au transport terrestre aurait, en effet, dû permettre d’enregistrer une hausse des recettes ces 5 dernières années. Il en a voulu pour preuve que depuis 2013, «le marché automobile est croissant», au même titre que le nombre des automobilistes. Le ministre a également dit ne pas comprendre que «les demandes croissent alors que la production baisse».

 
 

7 Commentaires

  1. Peter NZAMBA dit :

    Que le gouvernement améliore la situation financière des agents du ministère des transports et de la logistique. Une fois la situation financière des agents améliorée, le ministre verra les recettes augmentées dans la foulée. C’est aussi simple que ça!

  2. Le gabonais dit :

    C’est la corruption devenue l’ADN des gabonais qui est à l’originede cette situation.Mr le ministre amuse la galerie dans son étonnement car il connait bien où vont les recettes de ce secteur qui est d’ailleurs l’image exacte de tous les secteurs dans notre pays. LES AGENTS DE CES DIFFERENTS SERVICES ONT TRANSFORMÉ LEURS POCHES EN CAISSES PERSONNELLES ILS ENCAISSENT L’ARGENT DES USAGERS TOUS LES JOURS SANS AUCUN REÇU, CELA EST CONNU DE TOUTE LEUR HIERARCHIE, de la voie publique jusqu’au ministère,tout est pourri…

  3. Azerty dit :

    Les fonctionnaires sont des voleurs. C connu.

  4. MOIMEME dit :

    Mr Peter Nzamba doit ton comprendre par vos propos que les agents du minister des transports se servent dans les caisses de l’etat? si c’est le cas alors ‘est du vol.

    • Peter NZAMBA dit :

      Ils ne volent pas. Ils essaient de survivre à la précarité qui est imposée au peuple Gabonais par le gouvernement. Ce gouvernement met toute en place pour rendre la vie des Gabonais un peu plus misérable de jour en jour.

  5. jones dit :

    Vous avez volontairement bloqué l’importation des véhicules d’occasion pour le gabonais moyens alors que c’est sur ce segment que les recettes étaient importantes. Aujourd’hui on s’étonne alors pourquoi ? Continuer à favoriser l’intérêt des lobbies des voitures neuves au détriment des recettes fiscales et les choses iront de mal en pire.

  6. BISSIE MEYO Vivien dit :

    Qu’est ce qui est difficile à comprendre? C’est la corruption qui est à l’origine de cette baisse. Entre les agents du ministère des transports qui octroient des documents de manière frauduleuse, privant ainsi le ministère de tutelle de recette mais aussi les différentes patrouilles (ministère, gendarmerie, police et PJ) qui ne daignent même plus vérifier les documents pour le fameux “COCA”.

    Evidemment que vous le savez monsieur le Ministre mais bon…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW