Soutenu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Gabon a lancé ce 17 décembre une campagne de vaccination contre la poliomyélite sur l’ensemble du territoire national. Si le pays a été déclaré en décembre 2017 pays libre de polio, le risque demeure. Cette campagne veut donc maintenir l’interruption de la circulation de poliovirus sauvage et éradiquer la polio dans le monde

Le lancement de la campagne nationale de vaccination contre la polio s’est fait en présence du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet. © Gabonreview

 

Ce 17 décembre à l’école publique de Malibé dans la commune d’Akanda, a été lancée une campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite pour les enfants de 0 à 5 ans vivant au Gabon. La campagne se fera jusqu’au 21 décembre sur les 10 régions sanitaires que compte le pays et ambitionne de stimuler l’immunité des enfants. Pour ainsi dire, en décembre 2017 au Cameroun, le Gabon a été déclaré pays libre de polio. Cependant, a souligné la représentante résidente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Ghislaine Canombo Kafando, «le poliovirus sauvage circule encore dans nos régions, notamment la sous-région Afrique centrale». L’objectif de cette campagne est donc de permettre au pays de maintenir une immunité et une surveillance étroite de la maladie afin de minimiser les risques et les conséquences d’une éventuelle réinfection. «L’absence d’un traitement curatif fait de la prévention à travers un vaccin sûr, certain, efficace le seul moyen d’empêcher nos enfants de contracter la maladie», a-t-elle indiqué.

L’assistance lors du lancement de la campagne et, en bas, le ministre de la Santé administrant le vaccin à un bébé, le 17 décembre à Malibé. © D.R.

Selon Ghislaine Canombo Kafando, l’antigène qui sera utilisé au cours de cette campagne sera un vaccin anti poliomyélite oral. «La stratégie retenue dans le cadre de la vaccination est d’atteindre chaque enfant dans chaque village, canton, district, arrondissement, département et région. Surtout ceux situés dans les zones d’accès difficiles pour s’assurer que tous les enfants soient vaccinés. Cela nécessite une mobilisation» a-t-elle déclaré invitant les parents à recevoir les agents vaccinateurs. «Le monde est à deux doigts de se débarrasser à jamais de la poliomyélite. Nous devons absolument finir ce combat et le Gabon doit prendre sa part», a-t-elle poursuivi mettant en exergue l’enjeu de cette nouvelle campagne de vaccination au Gabon.

En effet, comme l’a souligné le ministre de la Santé, Denise Mekam’ne, le Gabon s’est engagé à lutter contre cette maladie invalidante en 1988. Depuis lors, des campagnes de vaccination se sont succédées pour atteindre les objectifs fixés par l’OMS. Soit, l’interruption de la circulation du poliovirus sauvage mais également, l’éradication de la polio dans le monde. Si la représentante de l’OMS a félicité les efforts du Gabon en la matière, elle a indiqué que l’OMS, l’UNICEF et le Rotary international mettent à disposition du gouvernement gabonais les ressources humaines et financières dans le domaine de la communication, de la mobilisation sociale, de l’achat des vaccins et certains coûts opérationnels pour réaliser une campagne nationale de qualité.

«Nous pouvons éviter à nos enfants les séquelles de la poliomyélite en les faisant vacciner», a insisté Denise Mekam’ne, précisant que 323.153 enfants de 0 à 5 ans sont ciblés par cette nouvelle campagne et ce, «quelque soit leur statut vaccinal antérieur». 2000 agents de santé et volontaires ont été recrutés et formés pour atteindre l’objectif d’au moins 95% d’enfants vaccinés.

Auteur Alix-Ida Mussavu

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW