Déçus de ne pas avoir été nommés comme d’autres au gouvernement, conformément aux arrangements du dialogue politique d’Angondjé, une coalition de partis et de personnalités politiques de l’opposition y ayant pris part ont exprimé leur frustration.

Gérard Ella Nguema, porte-parole, en compagnie des membres de la coalition, le 25 août 2017 à Libreville. © timesinfos.com

 

Trois mois après la clôture du dialogue politique d’Angondjé, 30 des 54 partis politiques de l’opposition qui y avaient participé ont le sentiment de s’être fait avoir. Ayant accordé leur confiance au président de la République, initiateur de ces assises, ainsi qu’au Premier ministre, premier responsable de l’organisation de celles-ci, les opposants dits «modérés» disent s’être faits rouler. Vendredi 25 août au siège du Conseil national de la démocratie (CND) à Libreville, ils ont décidé de donner de la voix pour dénoncer les nominations effectuées pour la formation du gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet 2.

Conduite par Gérard Ella Nguema, ancien candidat à la présidentielle d’août 2016, la coalition a notamment déploré les nominations issues, pour certains, dans le giron familial. Allusion faite à l’entrée au gouvernement de Carmen Ndaot, fille de Séraphin Ndaot Rembogo, le président du PDS ayant soutenu la candidature d’Ali Bongo à la dernière présidentielle, ainsi que le maintien de Biendi Manganga Moussouvou, dont le père, Pierre-Claver Maganga Moussavou, lui aussi, récompensé pour sa participation aux assises d’Angondjé.

Frustrés, les membres de la coalition, parmi lesquels Bonaventure Nzigou Mamfoumbi du Front d’égalité républicaine (FER), n’y voient qu’une parodie d’ouverture à l’opposition. L’ouverture offerte par Ali Bongo «concerne essentiellement les ascendants et les descendants de quelques leaders politiques issus de l’opposition triés sur le volet». Ils y voient une «déchéance du pacte républicain et du principe de l’égalité de droit censé surclasser, en démocratie, le nombrilisme politique».

Les choix du chef de l’Etat et du Premier ministre, jugent-ils, «consacrent pernicieusement le pouvoir des baronnies et le diktat de certaines dynasties au détriment des citoyens valeureux, méritants et compétents dont l’opposition peut se prévaloir, au regard de sa contribution aux travaux du dialogue politique». Comme quoi, pour leur gouvernement, Ali Bongo et Emmanuel Issoze Ngondet auraient pu trouver mieux que les Maganga Moussavou et les Ndaot, par exemple.

Mis à l’écart, Gérard Ella Nguema et ses compagnons d’infortune tentent désormais de mettre la pression sur les autorités, en annonçant des mesures qui, ils l’espèrent, feront que les 30 partis de l’opposition oubliés soient enfin récompensés eux aussi. La coalition envisage d’abord de «mettre fin aux mandats de représentation accordés aux coprésidents de l’opposition lors des assises». Après avoir écarté Pierre-Claver Maganga Moussavou et René Ndemezo’o Obiang, elle entend s’opposer «à toute tentative des partis associés au gouvernement de voir figurer d’autres de leurs militants au sein du comité de suivi-évaluation des actes du dialogue politique», qui reste à mettre en place par le nouveau ministre en charge des actes dudit dialogue, Blaise Louembe.

 

 
 

17 Commentaires

  1. VERITE dit :

    Pitié de mon pays le Gabon, personne ne lui apporte de l’amour. Vous étiez allés au dialogue pour des postes et non pour le bien du Gabon.

  2. LeGambanais dit :

    Mdr!!!

    Donc la promesse faite, pour participer au truc d’angodjé, était d’entrer au gouvernement? Raison pour laquelle vous avez plongé à pieds joints, dans la bêtises?

    Vous venez maintenant pleurer comme des filles pour réclamer on ne sait quoi.

    Juste des minables. Désolant au plus haut point.

    J’ai encore plus mal pour les pauvres adhérents de ces fameux partis ‘poltik’.

  3. Le penseur dit :

    Arrêtons avec ça! Même vous même c’est quoi cette attitude de mendiants. Le pays ne pourra jamais se construire ou être construit avec ce type de comportement. Aka. Changeons de mentality. Bravo même que vous ne soyez pas rentré, pensez vous que vous ne pouvez pas aidé le pays si vous ne faite pas partie du gouvernement. Pourtant vous avez fait des propositions sur un certain nombre de point. Qui devront être appliqué. Ou bien l’ensemble des débats reposaient sur la structuration des membres du gouvernement et les directeurs des agences voir même les proviseurs et général d armé.
    Enfin. Il faut nous dire hein. Ah leyomba!!! A kiee.

  4. AGORA dit :

    Vous êtes méprisable. …vous les pseudo dialogueur là !

  5. L' Illettré du Littré dit :

    Tous ces beaux costumes et cravates payées à crédit ou avec leurs dernières économies pour la cérémonie de passation de service ou d’installation dans le fauteuil ministériel; les parents et amis à qui ils ont promis des postes dans leur cabinet et dans leur département ministériel.. tout cela pour à rien, voila leur vrai drame. Un peu de compassion, vous aussi.

  6. L' Illettré du Littré dit :

    Suite du précédent: ajoutez les postes dans l’intendance de la maison privée du ministre : jardinier, cuisinier, chauffeur, boys et bonnes etc.. Pensez aux oncles et tantes qui attendent d’arriver du village s’ils ne sont pas déjà dans la capitale, promis auxdits postes payés par l’état.
    Donc, ce n’est pas seulement un drame personnel, mais de toute une famille, tout un clan, tout un village, avec la honte et l’humiliation en prime pour le “Vendeur de Vent” qu’on appelle maintenant tous ces échoués, derrière leur dos évidement:) Pitié !

  7. Heinz-Levi dit :

    Désolé les gars, mais ici je ne vois aucun opposant au sens strict du terme. Opposant à qui et à quoi ?
    Faites valoir vos preoccupations oui, mais cessez d’utiliser l’opposition comme tremplin.

  8. ka ghissoniiiiii ghi la honte, bande de leche botte et voila une bonne recompense pour vous.

  9. Le Fléau dit :

    C’est malheureux!!!les masques sont tombés…

  10. le sage dit :

    les joueurs en méforme restent au banc de touche.Les jaloux vont maigrir.kiakiakia Où est passée la bande à Bon-aventure N.des vrais aventuriers!

  11. jean jacques dit :

    la solution c`est une bombe programmable avec les noms de tous ceux qui pensent que pour vivre ou servir son pays il faut être au gouvernement, les gens pensent qu`a eux même que gagne le peuple dans tout même ce que ce rêveur ping et sa bande nous raconte c`est tjrs dans leur propre intérêt ils feront quoi s`ils venaient au pouvoir rien.

  12. MBIRE dit :

    Pitié..NGUEMA ELLA peut avoir quel poste au gouvernement, sois quand même sérieux toi aussi..même si AMO était président, tu ne serais jamais ministre…

  13. ADN dit :

    Tout le monde ne peut pas être membre du gouvernement. Ils seront certainement important ailleurs pour le Gabon

  14. LE VRAI dit :

    ELLA NGUEMA et les 30 affamés!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW