Le patron de la Direction générale de concurrence et de la consommation (DGCC) s’est récemment prononcé sur les prix des produits alimentaires. Dans une interview accordée à gabonactu.com, Ernest M’fa Obiang, a affirmé que les prix des produits alimentaires en perpétuelle augmentation ces dernières années ont enfin connu une baisse de 0,2% au mois d’octobre.

Si quelques produits alimentaires ont un peu, très peu, baissé, il n'en est rien pour le poisson - © Static/gabonreview.com

Si quelques produits alimentaires ont un peu, très peu, baissé, il n’en est rien pour le poisson – © Static/gabonreview.com

«Cette baisse est liée en grande partie à l’impact de la défiscalisation décidée par l’État», a déclaré Ernest M’fa Obiang, soulignant que cette légère détente concerne la volaille, la viande, les produits laitiers, les fruits et autres produits alimentaires. Selon ce dernier, la tendance actuelle devait être continuelle.

En réponse à la vie chère qui fragilise le pouvoir d’achat des Gabonais, le gouvernement avait pris le 15 août dernier, un arrêté pour plafonner les prix sur les produits alimentaires comme les poissons, les poulets, la viande, riz, fruits et légumes, ainsi que d’autres boissons alcoolisées ou non. Une mesure qui s’est accompagnée de la suspension des droits de douanes et de la TVA, pour la période allant de septembre à décembre 2012, sur neuf groupes de produits.

Il s’agit du poisson (frais et salé), de la viande (bovine et porcine), de la volaille (poule, poulet et dinde), du riz, du lait (poudre et concentré), des conserves de légumes (petits pois et tomates concentrées), des fruits et légumes, des pâtes alimentaires (spaghettis et macaronis) et des conserves de poisson (sardines et maquereaux). Deux décisions fortes puisque le manque à gagner pour l’État est estimé à 11 milliards de francs CFA. Un coût élevé pour aussi peu de résultats au final.

«Depuis que nous avons pris ces mesures, c’est pour la 1re fois que nous enregistrons des résultats positifs même si cela est encore timides», s’est réjouit le directeur général de la DGCC. Cependant, le patron de la DGCC reconnait que cette relative baisse ne touche pas les prix du poisson qui restent stables, soulignant au passage que l’inflation au Gabon au mois d’octobre est de 0,4%.

Par ailleurs, a souligné Ernest M’fa Obiang, «si la mesure relative à la baisse des prix sur les produits alimentaires a tardé à être effective, c’est à cause des anciens stocks qui s’écoulaient lentement». Avec la mise sur le marché des stocks défiscalisés, la surveillance des prix sur le marché doit être rude. Elle impliquera les représentants de l’administration publique, les importateurs et les ONG de défense des consommateurs.

Tous ces acteurs ont récemment signé un protocole relatif à ce contrôle du marché pour éviter de flouer les consommateurs et l’État, relève Gabonactu. «La DGCC s’apprête à mettre à la disposition des consommateurs un numéro vert pour dénoncer tout abus», a conclu le patron de la DGGC. Ces résultats en demi-teintes remettent au goût les questions sur la volonté effective du gouvernement à lutter contre la vie chère.

En effet, si ces mesures sont louables dans le fonds, elles s’étalent sur une période relativement courte, ce qui ne permet pas d’en mesure mesurer l’impact réel, en dépit de la baisse des prix évoquée. A moins que le gouvernement ait un autre tour caché dans son sac.

 
 

7 Commentaires

  1. demain un jour nouveau dit :

    Cela se resume a un coup d’epee dans l’eau. Mesure inappropriee et de nul effet. Fin de commentaire.

  2. ni lire ni écrire dit :

    Il y a trop de concentration au niveau de la distribution. Pour que la mesure soit efficace, il faudrait éviter les ententes entre la poignée de grands acteurs qui cartelisent le marché.

    Ou bien sévir contre eux, mais ça…

  3. moi makaya dit :

    ont veut faire avaler ça aux intellectuels ou aux gabonais moyens?
    bon sang qu’est ce qui ne va pas avec nos dirigeants? n’ont-ils pas des experts quelles études font-ils pour proposer des mesures aussi nulles?. en effet “demain un jour nouveau” vous avez raison c’est un coup d’épée dans l’eau on est même tenté de dire dans le sable. 0.2% pour deux moi!! si même les français avec la baisse du prix du carburent dont le pourcentage est casiment le même et qui est censé être permanent fustigent contre le gouvernement et sa faiblesse pour ne pas dire paresse et manque d’autorité dont il font preuve à l’égard des français comment nous gabonais pour deux mois allons nous réagir?. ya des familles qui en deux mois n’auront même pas le temps de s’acheter de la viande et même pourquoi pas du lait et quand ils se décidront à le faire les prix seront revenus à la normal si ont peut appeller ça normal car tout le monde se fait ….. dans l’histoire. à bon entendeurs salut quoi…makaya.

  4. Yves dit :

    Mort de rire. Les responsables gabonais doivent revoir leurs cours d’économétrie, s’ils ne les ont pas brûlés. Comment peut-on présenter une chute de prix de 0,2% comme étant significative quand les chiffres en question ne sont pas de l’ordre du million ou du milliard? Explication: une chute de 0,2% sur la base du million fait économiser au consommateur 2000 francs cfa, une somme négligeable quand on un million à dépenser. Mais si on a un milliard à dépenser, la même chute de prix fera économiser 2 millions, ce qui commence à être intéressant car 2 millions représente une somme avec laquelle on peut faire d’autres achats substantiels susceptibles d’avoir un effet dans les ménages. Mais la mesure qu’annonce les autorités gabonaise est sensée aider les gagne petit, c’est-à-dire ceux dont la popote tourne autour de 20000 francs cfa par semaine et une réduction de 0,2% leur fera économiser 40 francs cfa. Quelqu’un peut-il nous dire ce qu’on peut acheter avec 40 francs au Gabon? Votre émergence là va devoir inventer ses propres mécanismes économiques.

  5. Ze-Medang Mong ye Engong dit :

    Merci Yves pour ce petit d’economie. Comme si nous avions la même pensee. Effectivement les prix diminues sont de 40 fcfa. Nos mamans qui ont l’habitude de faire les courses vous le confirmerons. Mais avec cette reduction insignifiante je ne sais pas comment l’etat dit qu’il perd 11 milliards en 3 mois alors que la mesure est pour 1,5 mois. A moins que certaines personnes ont mis la main dessus sous une autre forme au frais de l’etat.

  6. CLG dit :

    Vraiment, les dirigeants gabonais n’ont même plus honte! Venir nous parler d’une baisse de 0.2% des prix des produits alimentaires pour justifier la décision de pilotage à vue d’Ali Bongo il y a plus de 3 mois, c’est vraiment d’un ridicule à mourir! Heureusement que la bêtise ne tue point! Quelle bande d’incompétents et de menteurs!

  7. GNINGONE Joâna dit :

    oh la la que l’état et ses décisions me font rire ah ah ah ah!!! ils disent que les 11milliard de budget affectés à ce projet creusent un trou dans les caisse de l’état, mais que penser des chantiers évalués à des centaines de milliards qui au trop, 6mois après sont cassés pour être améliorer par un budget dont j’ai peur d’estimer le montant… on s’est plaint de la taille des rond points édifiés dans la capitale( charbonnage, aéroport…)de l’étroitesse des routes, c’est après combien de travaux qu’ils se rendent comptent qu’ils avait mal estimé les travaux mais que heureusement le montant sera moins couteux pour l’état que supporter les frais de douanes pour alléger le coût du panier de la ménagère!! en plus, je pense que tant que dans mentalités de tous le monde, nationaux comme étrangers, le Gabon est un pays dont les lois sont édifiées pour les moutons, les chiens et autres animaux, il faudra jeuner, faire des neuvaine et autres rites chrétiens pour pouvoir observer une baisse éffecive des produits alimentaires cités par l’état.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW