Le leader de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) a invité le peuple, le 4 novembre à Libreville, à s’opposer au projet de révision constitutionnelle qu’il considère comme une distraction, alors que la question du respect du résultat de l’élection présidentielle du 27 août 2016 demeure.

Jean Ping lors de son allocution solennelle du 4 novembre à Libreville. © Gabonreview

 

A l’instar de plusieurs leaders de l’opposition, le président de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) s’est dit défavorable au projet de révision constitutionnelle. A cet effet, le 4 novembre à Libreville, Jean Ping a appelé «les patriotes et démocrates de tous bords» à freiner le projet de révision constitutionnelle envisagé par le gouvernement.

Les alliés de Jean Ping, toujours mobilisés autour de lui. © Gabonreview

«C’est pourquoi, en même temps que le projet de révision constitutionnelle, cette loi inique ne rentrera jamais dans l’arsenal juridique de la nouvelle République», a promis Jean Ping. Il a toutefois appelé à une prise de conscience de tous les instants. «Si nous prenons conscience des dangers qui nous guettent, si nous nous mobilisons, nuit et jour, partout à travers le pays, cette révision constitutionnelle ne passera pas», a-t-il lancé.

Une prise de conscience d’autant plus justifiée que ce projet est jugé discriminatoire à l’égard de l’opposition, et adopté sans débat parlementaire. «Il viole tous les principes généraux du droit. Dans une République normale, une loi de cette nature a vocation plutôt à garantir l’exercice des libertés et non à les restreindre», a commenté Jean Ping.

Ce dernier a donc invité chacun à s’approprier le combat de la défense de la patrie, qu’il a estimé en danger. «Nous ne pouvons accepter la liquidation de la République pour la gloire d’un homme atteint par la folie des grandeurs et ses rêves démoniaques et permanents de monarchie», s’est-il offusqué.

Auteur : Alain Mouanda

 
 

17 Commentaires

  1. ADN dit :

    pour combattre la révision de la constitution gabonaise, il faut que les opposant au régime d’Ali Bongo lance une pétition en ligne que tous les gabonais qui sont contre cette idée signerons pour contrée ce pouvoir. ainsi, il verra que les gabonais sont contre le pouvoir de BOA.

  2. ADN dit :

    Il faut lancer une pétition en ligne. Sinon, cela passera.

  3. Akandais de seconde zone dit :

    Quand les Dieux souriront aux nègres, ils leurs apprendront à distinguer leurs véritables ennemis. Le pays est géré” c’est la phrase magique qu’on entend très souvent dans les rues de Libreville, la capitale-poubelle du Gabon. Géré, le Gabon l’est évidemment, depuis 1960 date de sa pseudo indépendance; mais pas par ceux qu’on croit. Un journal de l’opposition, Echos du nord (je ne le cite pas pour faire sa publicité, mais pour le courage de son équipe de rédaction et de publication) appelle au boycot des produits français. Cet appel doit être largement relayé et diffusé. Le Gabon, depuis 1960, est pris en otage par le lobby international des affaires à la tête duquel se retrouvent les français. Ce sont eux les véritables gestionnaires du Gabon. Normal, me rétorqueront certains: ils gèrent leurs propres affaires. Le Gabon tout entier est leur affaire. Les autres ne sont que des pantins insignifiants. On se sert d’eux pour préserver leurs intérèts colossaux. Ce sont les gardiens de leurs réserves: tout le Gabon est un parc national français. Voilà la véritable identité gabonaise. C’est la colonisation qui continue. Les françaus se contréfichent royalement que les indigènes gabonais soient parqués dans des réserves comme au bon vieux temps. Du moment que leurs affaires prospèrent!

  4. AIRBORNE dit :

    Il faut que tout les leaders radicaux mettent barrage a cette revision que les nullards et beni oui oui du gouvernement Issoset ont valide pour faire le beau devant BOA.mais Rosatanga grand constitutionnaliste redacteur de ce papier s’en fou tant qu’il prend son pognon, quand ca va cracher, il enleve son corps de cochon gratte avec Massard pour se refugier a l’etranger. Voila qui ont a Ali

  5. Issipock dit :

    Slt! Lancer une pétition en ligne? Moi je pense plutôt qu’il faut ajouter à cette idée, la décente sur le terrain des leaders de l’opposition pour l’expliquer aux Gabonais. Surtout ceux de l’hinterland. Car, à Mabanda, Minvoul, Medouneu, Onga, Mékambo ou à Iboundji, pour ne citer que ces localités, il n’y a pas internet. Même si le net existait dans ces localités, combien de Gabonais ont cette culture? Il faut aller sur le terrain. Au besoin faire le porte à porte comme en campagne électorale.

  6. espoir dit :

    Ce projet de revision de la constitution est vraiment une distraction comme le dit Ping alors que la question de l’election volee n’est pas bouclee.le pustchiste en chef pense que le peuple est pret a oublier les massacres perpetres sur les gabonais en aout 2016. on ne l’oubliera jamais encore moins lui accorde notre pardon jusqu’a son depart du bord de mer.

    • Nkembo dit :

      Je suis contre ce projet de révision de la constitution. J’avoue également que les élections sont derrière nous. Ali Bongo ira au terme de son deuxième mandat. Les compatriotes comme Michel Bouka Rabenkogo ont malheureusement privilégié leurs intérêts personnels en 2009 au de la misère du peuple.
      Maintenant que vous avez donné à Ali le moyen d’enraciner son pouvoir…

  7. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    “LA DYNAMIQUE BWETE”
    * LA RÉVOLUTION SE FERA… *
    Nous allons tous ensemble définitivement rompre avec l’aide de Nos Génies, LA CHAINE DE L’ESCLAVAGE PHYSIQUE, MENTAL ET SPIRITUEL DU SYSTEME SATANIQUE, LUCIFÉRIEN que la France à installé dans “Notre Divine Terre Sacrée de l’IBOGA”. Ali BONGO n’est qu’un pauvre outil de service. UN VALET IDIOT. La France et partant tous ceux qui ont conspiré contre le GABON recevrons les jours qui viennent LA SANCTION SUPRÊME. La Dynamique BWETE à reçu cinq sur cinq (5/5), Le Message de Jean EYEGHE NDONG qui rejoint celui Jean PING qui a accompli sa part de mission signée avec BWETE en 2014 en présence de Jacques ADIAHENO. La France subira pour avoir une énième fois par cupidité souillée “La Terre Sacrée De MUANGA (DIEU)”, LA PUNITION qu’Adolf Hitler ne lui a pas fait subir LE 10 MAI 1940. “TOUT A UNE FIN”. LA RÉVOLUTION DIVINE EST ENCLANCHÉE. BWETE.
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION #
    “GABON D’ABORD”

  8. eternite dit :

    Je ne donne de lecon à personne, mais à mon humble avis, la revision constitutionnelle se fera pour 4 raisons :

    – les politiques gabonais sont comptables de tous les maux du pays et des populations et ne veulent nullement perdre leurs fond de commerce ( opposition du ventre )

    – Les partenaires sociaux de notre pays sont mus par la recherche des perdiemes que par la necesssité d’offrir des conditiosn de travail acceptables aux gabonais ( dialogue PDG )

    – Les paroles restent vaines car aucune intention ne les rendent vivantes; monsieur PING, au lieu de rester dans votre Tour d’ivoir, faites le tour de Libreville pour expliquer pourquoi cela ne doit pas se faire; rencontrer les gabonais, mouiller la chemise au lieu de vous “cacher” chez vous !!

    – D’autres pays en afrique ont montré la voie de la resistance, au Gabon, seul le FCFA est le moteur des populations et tout le monde veut sa miette du Gateau.

    Nous accusons la France, et meme si c’etait exact, que faisons nous pour changer la donne? l’ANC et les sud-africains ont payé le prix fort pour arriver à la liberté malgré le soutien que le regime de l’APARTHEID avait des occidentaux… et je ne parle pas de rébellion armée mais juste de désobéissance civile.

    Vous faites du bruit messieurs les politiques…vous detruisez nos reves

  9. Olsen dit :

    Je pense que le temps des discours est terminé le soulèvement populaire s’impose dans la situation actuelle dans le cas contraire cette constitution sera votée par ce parlement aux ordres.

  10. Akandais de seconde zone dit :

    Quand les Dieux souriront aux nègres, ils enseigneront l’histoire tourmentée des nègres aux nègres. Une histoire dont le maître mot est “résistance” depuis sa rencontre accidentelle avec l’homme blanc et sa vervitude en Amérique et aux Antilles. Plus que les abolitionnistes blancs, les nègres marrons ont résisté pendant cinq siècles aux brimades du maître blanc. Avec les attaques de certains blancs abolitionnistes, les esclavagistes ont reculer pour mieux sauter en Afrique. Vous nous interdisez d’acheter et de vendre les nègres, d’accord; mais nous allons prendre possession des riches terres du Continent et nous allons exploiter et les richesses et les nègres à domicile. La descente aux enfers a continué pour nos aïeux. Et la résistance aussi a continué; parmi les résistants, aucun docteur en droit; aucun siciologue; aucun anthropologue! Les Wongo, Mbombé, Nyonda Makita, illettrés et analphabètes ont pris les armes du colon français (comme la horde d’esclaves de Toussait Louverture en Haiti, un siècle avant eux) et combattu l’oppression et la barbarie du colon français…aujourd’hui encore, il faut résister contre l’oppression de l’homme blanc et son allié nègre qui croit être l’égal du blanc parce qu’il a étudié le droit!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW