Libéré le 6 octobre après 89 jours passés à la prison centrale de Libreville, Jean Rémy Yama, président du Syndicat national des enseignants chercheurs (Snec),  déclare avoir été arrêté pour des raisons politiques. Il affirme être devenu «dix fois plus fort qu’avant pour continuer le combat de la justice et de la vérité».

Jean Rémy Yama, président du Snec, à peine sortie de prison. ©. D.R.

Jean Rémy Yama, président du Snec, à peine sortie de prison. ©. D.R.

 

Les 89 jours  passés dans les geôles de la prison centrale de Libreville par Jean Rémy Yama ne semblent pas altérer sa détermination et son moral. Libéré le 6 octobre 2016, le président du Syndicat national des enseignants chercheurs (Snec), tout en se réjouissant de sa libération, a déclaré, être devenu dix fois plus fort qu’avant pour continuer le combat. «J’ai été libéré, je suis heureux et je remercie tous ceux qui m’ont apporté leur soutien. Après ces 89 jours de détention, je sors de là, dix fois plus fort qu’avant, pour poursuivre le combat de la justice et de la vérité», a déclaré Jean Rémy Yama sur TV+.

Si Jean Rémy Yama reconnaît que ses conditions de détention étaient normales, il a tout de même envisagé de procéder à un certain nombre d’examens médicaux pour savoir l’état réel de sa santé. «Mon état santé apparent semble être normal. Je peux vous rassurer en ce qui me concerne que je n’ai jamais été menotté, torturé en prison depuis le premier jour de mon arrestation jusqu’à à ma libération», a-t-il déclaré. «J’entends toutefois effectuer des examens pour savoir mon état réel de santé. Parce que  nous étions au contact des cafards et des rats dans les cellules», a-t-il poursuivi.

Le président du Snec dit avoir été arrêté pour des raisons politiques. «Il n’y a aucun élément. On ne m’a jamais présenté  même à l’instruction un seul élément qui prouverait que j’ai lancé des cailloux aux policiers. J’ai toujours dit que j’ai été arrêté pour des raisons politiques», a-t-il soutenu, avant d’exiger la libération de ses codétenus notamment, Sylvain Koumba Mba du Syndicat de l’agriculture et Roger Abessolo des Affaires sociales arrêtés le même jour que lui. «Nous étions vingt-quatre, le 9 juillet. Il y en a eu onze qui ont été libérés et il en reste encore treize qui sont en détention. Je me joins à ce combat pour exiger leur libération avant quoi que ce soit», a-t-il martelé.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 

 
 

7 Commentaires

  1. piouf! dit :

    voici un homme, un vrai

  2. Nzamata mine dit :

    Du courage Monsieur Jean Rémy YAMA, Vous êtes un un brave homme!!! La lutte continue

  3. Axelle MBALLA dit :

    Chapeau-bas ..Vous êtes un Monsieur….

  4. LB dit :

    Admirative…on n a pas toujours pas réussi à le corrompre ni a lui faire peur

  5. FINE BOUCHE dit :

    Monsieur Yama,

    Si vous me lisez, vous redonnez de la noblesse au peuple gabonais.
    Plus que des féliciations, Je vous remercie d’être cette figure de proue, dans cette mer très agitée. Nous avons beaucoup de bavards et d’hommes peu courageux.
    Merci merci et encore merci

  6. bonga pierre dit :

    Un escroc qui recouvre la liberté. En tout cas, je constate qu’il est sorti de prison plus gros qu’avant.

    • Emeric dit :

      bonga pierre,

      Tu n’a pas ta place sur cette tribune,
      encore moins dans cette Génération d’homme d’honneur.

      Tu ne lui arrive même pas à la cheville soit disant
      comptable on reconnaît en toi la limite intellectuelle.

      en quoi est-il escroc? tu n’a pas réussie dans ta vie?
      est-ce de sa faute? ou si tu t’es arrêté au secondaire?
      cela lui incombe?

      Voilà quelqu’un qui sort de nul part, qui se réjouis
      des privations des droits et libertés individuelles d’un
      citoyen Grand d’Esprit comme JR.

      YAMA Jean Rémy est un homme digne et le Gabon en est fière.
      l’histoire retiendra le nom de cet homme, mais vous? je ne
      crois même pas que votre famille vous reconnaisse en chef .
      votre passage sera à blanc sur la terre, votre personnalité
      dégage la corruption, vous êtes le genre de personne qui profite
      des luttes Collective des Hommes braves et courageux comme JR.

      si votre situation Sociale à changé, c’est grâce au mouvement de
      masse à l’exemple de la Dynamique unitaire. vous même, vous avez la queue entre les Jambes.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW