Prestation très en deçà des cyclistes gabonais aux Jeux africains de Brazzaville, classés 12e des 16 équipes engagées dans le contre de la montre par équipe, le 10 septembre courant à Brazzaville.

Les cyclistes gabonais attendant le départ. © Gabonreview

Les cyclistes gabonais attendant le départ. © Gabonreview

 

Les Gabonais au départ de la course, durant l’épreuve et dans l’attente des résultats. © Gabonreview

Les Gabonais au départ de la course, durant l’épreuve et dans l’attente des résultats. © Gabonreview

Entrée en lice très compliquée pour les cyclistes gabonais, le 10 septembre courant, dans le cadre des Jeux africains de Brazzaville. Les quatre coureurs engagés dans le contre la montre par équipes se sont en effet classés 12e sur les 16 équipes au départ, réalisant un temps de 34’06. Soit une vitesse moyenne de 45 km/h sur une distance de 25 km. La team composée par Glenn Moulengui, Leris Moukagni, Geoffroy Ngandamba et Cédric Tchouta, a réalisé ce temps alors que les équipes de tête arrivaient avec 29’31 pour l’Afrique du Sud, 29’50 pour l’Algérie et 30’30 pour le Rwanda. Sans excuser leur défaite, il faut tout de même reconnaitre que toutes les conditions n’étaient pas effectivement remplies pour espérer mieux au classement. S’ils ont bénéficié d’une bonne préparation, ponctuée par une mise au vert de deux semaines au Maroc, les Gabonais ont été quelque peu plombés par la qualité de matériel en ce jour de compétition. En effet, les cyclistes ont couru avec des vélos dits de compétition de route, en lieu et place de ceux du contre la montre.

«Nous étions effectivement défavorisés car il n’y a pas d’égalité de chance en ce qui concerne le matériel. Nos concurrents avaient les vélos adéquats, contrairement à nous», a déploré le capitaine de la sélection gabonaise. «Certes nous avons fait notre préparation avec ce handicap, mais les résultats sont là. Jugez par vous-mêmes», a lancé Cédric Tchouta. Peut-être le Gabon mettra-t-il à profit sa préparation avec ce type de vélos pour une compétition adaptée, avec le circuit fermée long de 150 km, prévu le 13 septembre prochain. Mais avant, Cédric Tchouta et un de ses coéquipiers devront, une nouvelle fois, rouler contre nature la veille avec le contre la montre individuel.

 

 
 

2 Commentaires

  1. Demain un jour nouveau dit :

    Je félicite l’engagement des cyclistes gabonais, qui ont malgré le matériel inadéquat terminé 12eme sur 16, cela prouve qu’avec des vélos adéquats ils auraient étrillés leurs adversaires.
    Ils ont prouvé à l’Afrique entière que nous ne dépensons pas des centaines de millions inutilement chaque année dans l’organisation d’un tour cycliste dénommée LA TROPICALE AMISSA BONGO.
    (Je me demande juste avec quel type de vélo ils font le contre la montre lors de leur championnat national? Mais restons positif)
    Dédicace spéciale à mon ami le positif

  2. moundounga dit :

    Le Gabon est le seul pays au monde ou des athlètes vont compétir a l’aveuglette. Comment comprendre que des cyclistes qui n’ont pas de championnat chez eux puissent aller glaner des médailles? vous trouvez cela sérieux. Ceci expliquant cela nous voyons même des cyclistes critiquer le manque de compétence de leurs dirigeants et entraineurs en live, tout un symbole.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW