Selon le site Gabonallsport, les membres de la délégation gabonaise prenant part aux Jeux africains de la jeunesse d’Alger (Algérie) seraient abandonnés à eux-mêmes, au point de mendier le nécessaire auprès de leurs homologues. La faute incomberait au ministère en charge des Sports.

La délégation gabonaise, lors de la cérémonie d’ouverture des 3e Jeux africains d’Alger. © AGP

 

Les deux médaillés de bronze, Marisca Falonne Nzang Ndzime (taekwondo) et Andy Bringaud (tennis de table), en compagnie de Léon-Louis Folquet, président du CNO. © D.R.

Actuellement classé 23e ex éco avec le Bénin, derrière le Cameroun (14e) et le Tchad (18e ex æquo), le Gabon a déjà remporté deux médailles de bronze (taekwondo et tennis de table) à la 3e édition des Jeux africains de la jeunesse. La performance mitigée des athlètes gabonais à cette compétition semble ne pas être du goût du gouvernement, qui aurait décidé de mettre ses ambassadeurs à la diète. C’est, en tout cas, ce que laisse penser le traitement infligé aux membres de la délégation depuis leur arrivée dans la capitale algérienne. Certains en viennent à manquer du nécessaire, au point de le mendier auprès de leurs homologues, rapporte le site Gabonallsport.info.

«C’est très mauvais ici, raconte à notre confrère un des encadreurs des athlètes. Même pour se raser, les Gabonais demandent le rasoir aux Togolais. On ne peut pas faire honneur au pays à ce niveau très élevé de la compétition et être mendiant auprès des autres pays qui sont autonomes financièrement.» Un autre encadreur exige des autorités gabonaises que ses services soient payés. D’autant que le Gabon totalise actuellement deux médailles de bronze. Au sein de la délégation, on n’hésite plus à accuser le gouvernement, et précisément le ministère en charge des Sports qui n’aurait pas tenu ses promesses.

«En partant de Libreville, explique un membre de la délégation, on nous a dit que c’est sur place que la question des frais de mission et autres perdiems va être réglée. Curieusement, on se rend compte, une semaine après, que le ministère des Sports n’a même pas envoyé un sou ici à Alger.»

Du côté du ministère des Sports, l’on rend plutôt responsable le ministère du Budget, dont les services n’auraient pas traité le dossier jusqu’à lors. Mais l’on promet de remédier à la situation dans quelques heures, alors que la compétition prend fin le 28 juillet prochain.

 
 

7 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    On a vraiment touché le fond.

  2. Axelle MBALLA dit :

    Folquet, encore et toujours! C’est vrai que lorsque l’on a été à l’école des BONGO ( Fils, filles, père), la démocratie et la transparence n’est pas la chose la mieux partagée. On n’y apprend chez eux que les théories et les pratiques de la méchanceté, de la peur, et des violences multiformes….quel dommage quand on est comptable d’un système qui a construit et programmé la mort du Gabon et des gabonais.

  3. Olsen dit :

    Oh! Mon DIEU que t’avons nous fais pour mériter ça? Les contempteurs du régime, les Nkembo, Jean Jacques etc.. Réagissez

  4. boulaz dit :

    Qui vous a envoyé labas?

  5. MBA dit :

    on aime souffrir,alors souffrons ensemble!

    Pcq quand il s’agira de descendre dans la rue pour revendiquer leurs droits,les mêmes athlètes répondront par leur absence..Car diront-ils;eux ils ne font pas de politique./

    D’ailleurs,qu’est-ce qui empêche à ces derniers de poser un acte sérieux deavnt les caméras du monde entier pour montrer qu’ali bongo et ses bras cassés de misnistrons ne sont là ue pour la frime et s’en mettre plein les poches?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW