Dans le monde, 4,5 milliards de personnes vivent en effet sans toilettes à la maison ou disposent de toilettes qui ne permettent pas une gestion hygiénique des excréments. Soit 60 % de la population mondiale, selon un récent sondage publié par l’organisation mondiale de la santé (OMS).

Une femme nettoie ses toilettes dans le quartier de Kindele à Kinshasa le 17 novembre 2017. © voanews.com

A l’occasion de l’édition 2018 de la journée mondiale des toilettes, célébrée chaque 19 novembre, l’Organisation mondiale de la Santé exhorte cette année sur la nécessité de construire des toilettes et des systèmes d’assainissement qui fonctionnent en harmonie avec nos écosystèmes.

Selon les chiffres alarmants publiés par l’OMS, 60 % de la population mondiale (4,5 milliards de personnes) n’ont pas de toilettes à la maison ou disposent de toilettes qui ne permettent pas une gestion hygiénique des excréments. 892 millions de personnes dans le monde pratiquent la défécation en plein air et sont privées de sanitaires.

Les matières fécales ne sont donc ni recueillies ni traitées. 1,8 milliard de personnes boivent de l’eau potable non améliorée sans protection contre la contamination par des matières fécales. Dans l’ensemble, 80 % des eaux usées résultant des activités humaines retournent dans l’écosystème sans avoir été traitées ou réutilisées.

Un tiers des écoles dans le monde ne dispose pas de toilettes. Un problème qui s’aggrave pour les filles pendant la période de menstruation. 900 millions d’écoliers dans le monde ne disposent pas d’installations pour le lavage des mains, ce qui favorise la propagation de maladies mortelles.

Selon les l’OMS, l’absence de sanitaires salubres a un effet dévastateur sur la santé publique, les conditions de vie et de travail, la nutrition, l’éducation et la productivité économique dans le monde. «Un assainissement insalubre est un énorme fardeau économique. Vous savez, il n’y a pas que les enfants, toutes ces maladies, la qualité de la vie, et l’estimation de la perte de productivité et des salaires dépasse 223 milliards par an, elle n’est pas entièrement comptabilisée. Mais cette expérience humaine négative doit être prise en compte», affirme Bill Gates.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW