Le membre du collectif «Tournons la page» Laurence Ndong et ses alliés organisent le 20 octobre 2018, une rencontre citoyenne à Bordeaux, en France, autour des «Actions concrètes de résistances et de luttes non violentes pour le Gabon».

Rencontre entre Gabonais de la «Résistance» (archive). © Laurence Ndong

 

La communauté gabonaise de France ne souhaite pas lâcher du lest dans son mouvement de contestation contre le régime d’Ali Bongo. Autour de plusieurs autres activistes, Laurence Ndong, donne rendez-vous aux Gabonais de la «Résistance» le 20 octobre prochain à Bordeaux, pour une journée de réflexion sur l’élaboration des «actes de résistance contre le pouvoir en place au Gabon».

Inscrite sur la thématique «Actions concrètes de résistances et de luttes non violentes pour le Gabon», cette rencontre citoyenne regroupera trois ateliers : Élaboration des actions ; votre place dans la lutte non violente ; la configuration des outils informatiques. L’objectif est de sensibiliser sur l’importance de l’instauration de l’alternance politique au Gabon et sur les stratégies à adopter pour parvenir à faire tomber le régime d’Ali Bongo.

«La situation de notre pays le Gabon nécessite véritablement qu’on s’asseye et qu’on réfléchisse tous ensemble, sur ce qu’il faut faire pour sortir le pays de la dictature, l’arracher de la dictature qui perdure depuis plusieurs années et qui devient de plus en plus tyrannique. Les conditions de vie des populations ne cessent de se dégrader», a expliqué Laurence Ndong, assurant ne rien lâcher. «La victoire est certaine. C’est une affaire de temps».

Réitérant l’engagement des Gabonais à faire chuter coûte que coûte le régime d’Ali Bongo, le membre du collectif «Tournons la page», convie également la diaspora africaine à prendre part à ces cinq prochaines heures de discussions sur l’avenir démocratique de certains pays du continent.

 
 

3 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    Les urnes ont parlé ! Un peu de sens patriotique et de démocratie
    ces “valeureux résistants” vont-ils passer leur vie à l’étranger pour contester les résultats de toutes les élections !

  2. MOIMEME dit :

    La victoire est certaine c’est une question de temps. Toujours le meme refrain depuis 7 ans a un moment il faut se reveiller, vous etes tranquille dans un pays qui soutient les dictateurs et vous pensez qu’ils ont votre temps.

  3. Issipock dit :

    Slt, cher MOIMEME. Toi qui vit sur place au Gabon avec les dictateurs de notre pays et leur chef Ali Bongo, qu’est-ce que tu fais pour libérer notre Gabon?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW