Face à la montée vertigineuse des prix des produits sur le marché, une nouvelle équipe dirigeante a été nommée à Direction générale  de la concurrence et de la consommation (DGCC) le 6 septembre dernier. Conduite par Modeste Mfa Obiang, directeur général, elle a fait une descente sur le terrain ce jeudi, 20 septembre 2012, pour informer la population sur les récentes mesures prises de lutte contre l’inflation.

Boutique de quartier à Libreville - © Static/gabonreview.com

Afin de freiner la tendance haussière des prix, la DGCC avait rendu public, le 15 août dernier,  les nouveaux prix des denrées de première nécessité, applicables sur l’ensemble du territoire national. Deux arrêtés ont en effet été adoptés par le ministère de l’Économie. Ils s’appliquent notamment aux marchandises importées et à celles fabriqués au Gabon. Au total, soixante (65) produits, répartis dans les familles de viande, de volaille, de conserve de poisson, de légume en boîte, d’huile de palme raffinée, de pâtes alimentaires, de produits laitiers, de riz et poisson, ont été pris en compte dans la mercuriale.

De la commune de Libreville à celle d’Owendo en passant par Bikélé, la délégation de la DGCC s’est attelé à sensibiliser la population, particulièrement les tenants des commerces sur l’obligation d’appliquer la grille des prix homologuée par le gouvernement. Il s’agissait également de se rendre compte de l’effectivité de la mesure sur le terrain. Des commerces, petites et grandes surfaces, ont été donc contrôlés afin de voir s’ils appliquaient cette nouvelle grille tarifaire ou continuent dans la surenchère. Pour les indélicats, l’heure a été à la mise en garde et à l’enlèvement des prix non homologués des comptoirs en attendant le passage à l’étape des sanctions.

Durant un mois environ, les équipes de la DGCC vont continuer la sensibilisation des commerçants. D’autant plus que la majorité des commerçants ignorent carrément cette nouvelle grille tarifaire, ou feint de ne pas être en être informée.

Pour aller plus loin dans la quête de la baisse de l’inflation, le gouvernement réuni en Conseil des ministres le jeudi 6 septembre dernier, avait annoncé la suspension des droits de douanes et de la TVA sur neuf groupes de produits. Cependant, les consommateurs ne seront vraiment satisfaits que si un dispositif de contrôle efficace des prix est rapidement mis en place et s’ils voit leur pouvoir d’achat s’améliorer. D’où l’idée des «sanctions exemplaires» qui devront être appliquées à ceux qui ne veulent pas respecter la loi.

 
 

4 Commentaires

  1. leymar dit :

    Bonjour

    Je pense que pour que les mesures gouvernementales soient efficientes, la DGCC doit imposer à tous les commerçants d’afficher les prix des articles concernés. Aussi, les consommateurs doivent être sensibilisés sur l’obligation pour eux de ne payer que les prix affichés et, dans le cas où certains commerçants véreux vendraient aux prix autres que ceux affichés, la DGCC mettra à la disposition des consommateurs un numéro vert avec des représentants dans toutes les artères de la capital, voire du pays, pour réagir facilement aux alertes.
    Je sais que cela parait difficile, vu le nombre de personne à mobiliser pour cela, mais “on ne fait pas d’omelette sans casser les oeufs” et si on veut sortir de cette vie chère, il faudra essayer d’autres stratégies.

    A bon entendeur… salut…

  2. TARABAY.F dit :

    Non seulement arpenter les rues en quette de comerçants vérreux, nous exortons vivement Monsieur Mfa Obiang à cintérésser aux opérateurs économique privé qui utilise au su et au vue de tous le monde et sans la moindre inquiétude l’éfigie de la république, pour subtiliser de l’argent aux inossant consommateurs de notre belle capital.
    Je ne pence pas que nous pouvons nous octroyer le droit d’utiliser sur nos facture ou sur des Certificat de Garantie et j’enpasse, les couleures de la République ou même la Mére allétente.
    Depuis le band de l’école, on nous apprend seulle les Société d’etat peuvent utiliser ses Magnifique éfigies qui fond de notre beau Gabon,une société respecter au vue de l’Organisation Mondial du Commerce (L’OMC).
    A bon entendeur Salut.

  3. KOYI dit :

    Je voudrai avoir les missions, composition et certaines actions déjà mené de la Direction Générale de la Concurrence au Gabon.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW