Les «soldats d’Ali Bongo Ondimba» ne se rendront plus au Trocadero le week-end prochain. Ils avaient à cœur de venger le président de la République dont l’autorité, selon eux, a été mise à mal par les «résistants» lors de leur intrusion dans les locaux de l’ambassade du Gabon en France.  

Des Gabonais manifestant au Trocadero, le 15 octobre 2016. © D.R.

 

Ils s’étaient jurés de leur faire payer leur impertinence vis-à-vis du président gabonais, dont l’autorité, selon eux, a été mise à mal lors de l’intrusion, le 1er juin dernier, d’un groupe de jeunes compatriotes dans les locaux de l’ambassade du Gabon en France. Gaël Koumba Ayouné et ses compagnons, qui se présentent comme «les soldats de son excellence Ali Bongo Ondimba» ont fait volteface, ce jeudi 7 juin. Leur face-à-face avec les «résistants» de France, annoncé pour le 9 juin prochain à Paris au Parvis des droits de l’homme n’aura donc plus lieu.

La raison de ce volteface s’explique par la main courante déposée ce même 7 juin par le président de l’Observatoire gabonais sur la responsabilité sociétale des entreprises, des administrations et des industries (Ogarsei) en France. Rendu au commissariat de police d’Orléans, Jean Jacques Eyi Ngwa a dénoncé les «injures» et les «menaces écrites» proférées, depuis le 2 juin, par Gaël Koumba Ayouné et Karine Arrissani à l’encontre des membres de son association, qui prévoie d’organiser un rassemblement au Trocadero le week-end prochain. Un rassemblement dont l’objectif est de «dénoncer la dérive sur les droits humains au Gabon».

«Les deux individus nous menacent de nous casser la gueule, en découdre avec notre groupe le samedi 9 juin lors de notre rassemblement. Ils estiment que nous avons dénigré le président du Gabon, Ali Bongo», a déclaré Jean Jacques Eyi Ngwa à l’officier de police judiciaire ayant reçu sa déclaration. En atteste la copie de ladite déclaration publiée sur sa page Facebook par le président du Rassemblement des jeunes patriotes gabonais (RJPG, Armée du Mapane).

 
 

9 Comments

  1. gaboma dit :

    ça fait 3 ans qu’ils menacent. Ils n’ont pas de c*. S’ils mettent les gabonais en taule pour violation de l’ordre publique,pour délit d’opinion, qu’ils aient le même courage d’affronter la justice et les forces de l’ordre française au nom de la défense de la dignité d’Ali Bongo.

    En France la police et l’armée m’assassinent pas des innocents et les prisonniers y sont très bien traités, pas comme là où croupissent Zibi, Massavala, Linga, Landry et des dizaines d’autres prisonniers politiques.

    Ceux qui défendent la souveraineté du peuple acceptent de payer le prix qui à être privés de liberté. Pourquoi ceux qui défendent l’honneur d’Ali Bongo n’ont pas le même courage d’assumer leur engagement et leur amour pour Ali Bongo jusqu’au bout? Qu’ils aillent affronter les autorités françaises. Sinon Ali Bongo peut noter qu’Arissani et Ayouné le suivent pour l’argent et les postes et n’accepteront jamais de se sacrifier pour une personne qui n’en vaut pas la peine. Il n’y a que l’intérêt et l’opportunisme pour emmener des hommes normalement constitués à suivre un chef d’état reconnu par le monde comme oppresseur de son peuple.

  2. Nous restons mobilisés et déterminés. Les délinquants ,d’Ali Bongo, aux passeports diplomatiques ne doivent pas conditionner notre action.
    Nous restons vigilants jusqu’à chute du tyran.

  3. Milangmissi dit :

    plusieurs mains courantes ont été déposées et madame Arissani et koumba ayouné ont été nommément cités qu’ils ne s’étonnent de l’attitude des policiers francais à leurs prochaine visite pour dépenser l’argent qu’ils soutirent à ibubu

  4. Diana calendre dit :

    Je me demande bien si ce malade d’Ayoune réfléchit avant d’ouvrir sa bouche à la forme des lactrines du village. La France c’est pas le Gabon, Ayouné pense qu’il peut aller au Trocadéro et semer la pagaille. L’éducation est une obligation pour tout être humain, si au GABON ; il n’y pas une loi qui condamne toute personne physique, qui a la responsabilité sur un enfant de l’envoyer à l’école. En France il y a bien cette loi. Ayouné si tu avait bénéficié d’une éducation de haut niveau, je pense qu’aujourd’hui, cette éducation t’aurai servit. Il ne se rend même pas compte qu’ en menant de tels actions, la France pourra prendre des sanctions contre la personne qu’il est supposé défendre. La France ne pourra jamais autorisée de tels inepties sur son territoire.
    La peur a changé de Camp. Et oui
    La jeunesse Gabonaise de la Diaspora a choisit la radicalisation. Danger pour Ibubu. Tic tac tic tac

  5. AIRBORNE dit :

    Maintenant que cette bande d’idiots qui servent Ali pour de l’argent, ne pourront pas être samedi au Trocadero pour manifester, il y a la représentation de Paris au Gabon, qu’il y aille symboliquement ou bien allez au jardin botanique, scander des sloguants de soutien à Ali. Ou aussi, Ali n’a pas assez d’argent pour leur donné, lui aussi il finira par comprendre que même étant illégitime, les gens là qui me soutien, ce foutent de moi et prennent mon pognon.

  6. FINE BOUCHE dit :

    Restons vigilants, mobilisés. Tous ceux qui se maintiennent au pouvoir agissent de la même façon. Répression violente et assassine puis appel au dialogue de réconciliation puis tripatouillage de la constitution et rebelotte élections fraduleuses. ¨Voyez Ouattara soit disant bien élu propre sur lui grand économiste il ne déroge pas à la régle, Maduro au Vénézula et Ortega au Nicaragua et une multitude d’exemples.

  7. espoir dit :

    Pourquoi cette bande de voyous se desistent.ces bandits pensent que la france c’est le gabon.

  8. Nkembo dit :

    Honnêtement vous faites rire. Pourquoi ne venez vous pas manifester cette détermination au Gabon? Quelle est cette détermination qu’ on manifeste toujours à des milliers de km? Imitez vos amis du Burkina faso. Un vrai résistant c’est aussi celui qui accepte le martyre alors allez manifester au pays. Dans le cas contraire, vous n’êtes que les petits voyous entretenus par celui que vous flattez et escroquez. Votre fameuse résistance n’est qu’ un business. Pitié de vous.

    • Okoss dit :

      Nkembo
      Si tel était vraiment ton nom, tu devrais avoir honte et comprendre le combat des résistants
      Nkembo, un quartier vieux de lbv ou des humains cohabitent avec des rats, des cafards et des LATRINES aux odeurs insoutenables pour un Pays scandaleusement riche mais diabolique pille par des gents de ton espèce
      Tu dois avoir honte ou bien t es pas gabonais donc pilleur

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW