Suspendu du Rassemblement héritage et modernité (RHM), Michel Menga broie du noir, le parti ayant refusé de le positionner comme candidat aux prochaines élections législatives. Le ministre de l’Habitat met tout mettre en œuvre pour participer à ces joutes électorales, quitte à en arriver à une scission de la formation politique. 

© Gabonreview

 

Sans parti politique depuis sa suspension du Rassemblement héritage et modernité (RHM), Michel Menga broie du noir. Un sentiment renforcé par la non-participation, de plus en plus plausible, de l’ancien secrétaire générale de RHM aux prochaines élections législatives. Michel Menga M’Essone a été suspendu le 5 mai dernier, en application des dispositions de l’article 132 des statuts du parti, pour avoir accepté d’intégrer l’actuelle équipe gouvernementale.

«Il est coincé depuis qu’il est parti. Aujourd’hui, légalement, il ne peut pas être candidat parce qu’il a été exclu. Et pour qu’il soit candidat, il faut que le parti l’investisse. Or, il est rentré au gouvernement en son nom propre, pas au nom de RHM. Nous avons donc refusé de le positionner», confie, sous le sceau de l’anonymat, un membre de RHM.

Michel Menga est donc dos au mur. Car, pour qu’un transfuge soit candidat à une élection, la loi dispose que tout membre adhérant à un parti politique légalement reconnu, ne peut sans démission préalable de celui-ci, dans un délai de quatre mois au moins avant le scrutin, être investi par un autre parti politique ou se présenter comme candidat indépendant ou figurer sur une liste de candidats indépendants. Michel Menga ne peut donc ni être candidat indépendant, ni être présenté aux élections en préparation par une autre formation politique.

Le ministre de l’Habitat tenterait de s’extirper à tout prix de ce cul de sac. De sources proches de RHM, L’ancien député de la Noya (chef-lieu Cocobeach, Estuaire) aurait menacé de contester la nomination de Faustin Laurent Bilie Bi Essone au poste de secrétaire général de RHM. Et ce n’est pas tout.

 «Là, il est en train de vouloir débaucher certains membres de RHM pour faire sa liste à  lui, et la présenter au Centre gabonais des élections (CGE). Mais en tant que qui présentera-t-il cette liste ? Il n’est plus SG, il a été suspendu de ses fonctions», confie le membre de RHM plus haut cité. Va-t-on assister à la naissance d’un RHM bis piloté par Michel Menga ? Une issue non souhaitable mais non plus exclue par le camp de Barro Chambrier qui, à ce qu’il se murmure, garde son «calme» et sa «sérénité» face à ce qui se trame.

Dans tous les cas, Michel Menga est engagé dans un véritable chrono contre la montre pour trouver le canal qui le porterait aux prochaines législatives. D’autant qu’il en va certainement de sa survie politique. Il en a pour jusqu’à demain, 25 août, date limite de dépôt des dossiers de candidature aux élections législatives et locales en question. Tic, tac…

 
 

5 Commentaires

  1. Beka dit :

    A mon avis, le débat est ailleurs. En effet, pendant combien d’années encore va-t-on se mettre à discutailler sur la longueur ou la grosseur des bouts de pain qu’on se partage dans la cour de l’école ? Car, entre la faim dans le ventre, la frustration d’avoir été privé du morceau qu’on mérite réellement et les cours qui vont débuter, on fait quel choix ? C’est pourquoi il me plairait de savoir : si Menga devient député à la future législature, c’est avantageux pour qui ? Au lieu de se tirer à boulets rouges sur la place publique, les deux protagonistes ci-dessus auraient mieux fait de régler ce détail depuis longtemps et tout à fait discrètement. Pour cela, je ne pense pas que Menga veuille vraiment se présenter à cette élection.

  2. SERGE MAKAYA dit :

    Les résultats de ces élections législatives sont déjà connus : Victoire du PDG (par fraude, bien sur)… alliance avec quelques MABOULES qui se sont portés candidats…

    Et l’USURPATEUR BOA attendra 2023 pour se représenter (une fois de plus)… Nouvelle victoire de BOA par fraude (comme d’habitude)…. Nouvelle manifestation de “l’opposition” (qui en sera le leader?) qui ne reconnaîtra la victoire de BOA… Intervention MUSCLÉE des forces de l’ordre sur ORDRE de l’usurpateur pour MATER le peuple… Encore des morts… L’opposition cherchera à revendiquer sa victoire, mais n’y arrivera pas… On demandera à cette même opposition de déposer un recours devant la Cour Constitutionnelle toujours gérée par Marie Madeleine Mborantsuo… L’opposition hésitera d’abord, parce que la Cour Constitutionnelle fait penser à la Tour de Pise… Et la Cour Constitutionnelle finira toujours par reconnaître la victoire du dictateur – usurpateur – assassin – voleur – etc… qu’est BOA…

    J’ai du mal à comprendre que le peuple Gabonais ne se rend pas compte qu’on se FOUT TOTALEMENT de sa gueule depuis plus de 50 ans. C’est malheureux ! En tout cas, Merci à Mr Jean Eyeghe Ndong qui a ouvert les yeux sur cette MASCARADE qui va continuer avec les enfants de BOA… A MOINS D’UNE RÉVOLUTION DU PEUPLE GABONAIS… C’est MAINTENANT ou JAMAIS…

  3. Olsen dit :

    Menga BOA t’a tendu un piège en te nommant pour te faire perdre ta base et tes soutiens politique et te viré plus tard.

  4. espoir dit :

    il le sait olsen mais ce sont des gens qui pensent que le monde n’evolue pas et par comparaison le gabonais ne grandit pas.honte a lui parce qu’il sortira par la petite porte.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW