Estimant qu’une nouvelle façon de faire de la politique au Gabon est possible, voire indispensable pour le développement du pays, l’actuelle ministre en charge de la Décennie de la femme a officiellement présenté, samedi à Oyem, sa candidature aux prochaines législatives comme «la troisième voie» entre le PDG et l’opposition.

Estelle Ondo, lors de sa déclaration officielle de candidature, le 8 septembre 2018, à Oyem. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Candidate aux prochaines législatives, Estelle Ondo l’a assuré samedi 8 septembre, lors de sa déclaration officielle de candidature dans le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem. Elle ne représente pas le Parti démocratique gabonais (PDG) comme certains le lui prêtent ; pas plus qu’elle n’est une candidate «masquée» de l’opposition. Si l’actuelle ministre en charge de la Décennie de la femme souhaite être élue dans le 2e arrondissement d’Oyem, c’est en tant qu’indépendante. Elle se pose d’ailleurs en alternative entre ces deux camps.

«La population gabonaise ne doit pas être condamnée à choisir entre le PDG et l’opposition. Il faut une troisième voie», a-t-elle déclaré, estimant que «nous devons sortir de la seule conception majorité-opposition en politique au Gabon».

 Pour Estelle Ondo, dont la candidature est portée par son association «J’aime Oyem», «en politique, les idées changent et le peuple gabonais doit pouvoir avoir plus de choix que celui que l’on voudrait limiter entre le pouvoir et l’opposition dite radicale». Or, a-t-elle estimé, «il y a une autre voie, cette voie centriste qui, elle aussi, a des choses à proposer. D’autant que nous sommes une petite nation et une jeune démocratie qui a besoin, pour se construire, de tous les fils et filles de ce pays, qu’ils soient du pouvoir ou de l’opposition».

En présentant officiellement sa candidature aux populations du 2e arrondissement de la commune d’Oyem, ainsi qu’aux membres et sympathisants de l’association «J’aime Oyem», Estelle Ondo a dit ne pas être une novice en politique. Ancienne militante, puis cadre de l’Union nationale dont elle en avait été exclue à la suite de son entrée au gouvernement, elle a assuré bénéficier d’une certaine expérience. Première personnalité politique d’Oyem, la candidate a réaffirmé son amour pour sa ville natale et a promis de poursuivre et d’achever les initiatives lancées depuis deux ans dans la commune si elle est élue député, au terme du scrutin dont le premier tour est prévu le 6 octobre prochain.

 
 

6 Commentaires

  1. Itsiembou dit :

    Je crois qu’elle peut compter certainement sur ses hommes et femmes de son église. En politique, il faut être cohérente Mme la ministre. Je ne veux pas vous choquez mais je sais une seule chose ce que vous n’auriez rien, il fallait encore peut-être mieux vous présentez au compte du grand parti de masse(PDG, il ne faut pas avoir honte). Cependant, après votre départ de votre ancien parti politique pour des raisons que tout le monde connaît(appétit pour le gain). Sachez que tous ceux qui ont fait ce que vous aviez fait, ont fini dans les poubelles politiques de l’histoire de notre pays(BOUNDUKU LATA, MAMBOUNDOU MAMBOUNDOU, etc), la preuve est que vous êtes à un ministère proche de la voie de sortie.

    • BEYEME dit :

      Pertinent ce que vous dites, mais cela sonne comme une vérité vraie. Aujourd’hui, la tartuferie ne paye plus. Qu’elle nous dise ou cite les partis politiques centristes au Gabon.
      Engogole a ya tu es perdue c’est tout. Tcherrrrrrrrrr !

    • Peter NZAMBA dit :

      C’est une vérité vrai. Et comment cette Dame peut-elle nous dire et jurer la main sur le cœur qu’elle est indépendante et qu’elle le restera, quand nous l’avons vu jurer allégeance et fidélité à Ali? Dans ce cas elle ne peut pas dire qu’elle ne roule pas pour le PDG…..!

      Nous faisons confiance aux Oyemois qui ne se laisseront pas berné par ce cheval de Troie que Ali veut faire rentrer dans leur cité…..!

  2. Glenn NGUEMA dit :

    Nous jeunes d’Oyem, vous avons choisi pour porter notre espérance! Vous allez gagner!

  3. espoir dit :

    Elle n’est ni pdg ni opposant mais centriste.sa n’a pas de sens.itsiembou a raison ta vie politique sera bientot dans la poubelle.sauf si le pdg de grand tricheur qui te finance vient a ton secour.

  4. espoir dit :

    Elle n’est ni opposant ni pdgiste alors qu’elle sert le pdg. de qui se moque t-elle? d’elle meme surement parceque dans quelques jours tu mettras fin a ton histoire politique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW