Partisan du boycott des législatives 2018, Jean Eyéghé Ndong a « vendu » le weekend dernier aux populations du 2e arrondissement de Ntoum, l’idéal du rejet de ce scrutin.

. © D.R.

 

A la tête d’une délégation des membres de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), Jean Eyéghé Ndong a échangé avec les habitants de Bizango-Rails. Partisans du boycott des élections législatives, l’ancien premier ministre a expliqué aux populations du 2e arrondissement de Ntoum les raisons de ce positionnement.

Selon Jean Eyéghé Ndong, les législatives ne peuvent se tenir alors que la question préjudicielle relevant de la dernière élection présidentielle n’est pas toujours réglée. Il est longuement revenu sur cette présidentielle, ainsi que sur les événements qui s’en sont suivis. Si le sénateur du 2e arrondissement de Libreville a fustigé la gouvernance actuelle et les hommes au pouvoir, il a suggéré que les Nations unies et l’Union africaine (UA) s’impliquent dans la résolution de «la crise qui le mine» le Gabon.

Selon l’ancien premier ministre, la participation ou non de l’opposition gabonaise aux prochaines législatives devrait faire l’objet d’une consultation de la population et non pas des débats au sein des directoires des partis.

 
 

19 Commentaires

  1. Ali Asselé dit :

    Une bonne idée M.Eyeghe Ndong mais ils ne peuvent pas organiser cette consultation car ils y vont non pas pour le peuple mais pour leurs ventres !!!!!

  2. ada prisca dit :

    Doit-on organiser un referendum pour la participation de l’opposition a une election legislative? Cet ancien premier ministre perd la tete! Attends les prochaines municipales ou senatoriales s’il aura le meme raisonnement. Selon lui toutes les prochaines elections doivent etre boycottes… Y compris la prochaine presidentielle de 2023, parce que le contentieux de 2016 n’est regle? C’est vraiment irresponsable de sa part et je n’en suis pas etonne de lui.

    • Eternité dit :

      @Ada Prisca,
      C’est pourtant cela que devrait s’efforcer de faire l’opposition gabonaise si son souhait réel etait de gouverner…Eyeghe Ndong n’est pas utopiste mais réaliste et pragmatique !
      Personne ou aucun de ceux qui milite pour la participation aux elections legislatives, n’a pu démontrer le bien fondé de l’opposition a cette élection car la finalité est connue d’avance.. contestation ( sauf pour les tenors de l’opposition qui se feront une place au soleil apres accord nocturne avec le PDG ), victimes et réunion autour d’une table.

      Les morts du 31/08/2016 et leurs familles ont ils obtenu justice?
      Dans notre pays depuis 1990 et apres 18 elections organisées…aucune alternance.. c’est irresponsable de croire que ca changera maintenant..sauf pour les finances de certains

  3. mouss dit :

    Merci à vous M. Eyeghe Ndong !!!! Ceux qui vont aux législatives se préoccupent uniquement de leurs ventres et pas des gabonais !!!

  4. La fille de l'ombre dit :

    Dieu seul sait combien de fois je te supportais. En tant que Fang, Je suis même allé jusqu’à supposer que si dans nos traditions ethniques nous avions des germes royalistes, comme par exemple, chez nos frères et soeurs miene, sans doute que tu serais parmi les nominés avec Essone Mengue. Mais quelle déception ! Tout ça pourquoi Eyegue ? A ton âge tu n’es pas capable de faire comprendre à Ping que “c’est la vie, que ce sont les choses qui arrivent” ? Surtout qu’on l’avait prévenu. Maintenant, il n’a pas de moyens pour s’installer “démocratiquement” sur son fauteuil est-ce pour autant qu’on doit s’entretuer et que le Gabon doit s’arrêter de tourner ? L’autre c’est un bande fort alors que vous vous étés des faiblards qui passent leur temps a gérer la parlote ! Pitié ! Pauvre Gabon!

    • Mboung dit :

      Et le “bande fort” (par le capiton?)dit quoi devant les pleurs d’1 mère privée de son fils ou sa fille? Ou ceux de la veuve face au corps sans vie de son mari mutilés si ce n’est abattu par les joyeux encagoulés ? Messieurs, si l’empire de votre “bande fort” (de cirque?) doit se fonder sur la souffrance, le désespoir ou la mort des Gabonais, alors, tant pis pour les faquins qui y croient !
      “Le cancre oscille perpétuellement entre l’excuse d’être et le désir d’exister malgré tout, de trouver sa place, voire de l’imposer, fût-ce par la violence, qui est son antidépresseur.” Daniel Pennac

    • akomba dit :

      Vos propos sont confus.
      Je te supportais …. (pourquoi ???)
      je ne te supporte plus (pourquoi ???)

    • Eternité dit :

      @ La fille de l’ombre,
      Jean Eyeghe Ndong vous a décu et à lire votre post..cette déception est “profonde”.
      Pourquoi pensez-vous que dans ce pays, personne ne peut pas penser par lui-même et qu’il faille toujours penser que PING est aux commandes? bref..
      Le Gabon ne tourne pas rond depuis 2 ans et ca n’a rien à voir avec PING, mais que dites vous aux familles qui pleurent leurs morts; ou recherchent les disparus ? pouvez vous leurs dire en face que leur mort est un “détail de l’histoire du Gabon” ?
      le “bande fort” à des supporters malgré ses mefaits..c’est lui qui fait couler le sang et c’est l’autre qui est jugé….triste constat..

  5. gabomama dit :

    Je te comprends ma soeur, sauf que tu t’exprime. Ces choses qui nous sont arrivés ne devraient pas nous arriver. Législatives ou pas, boycott ou pas il ne faut plus que ces malheurs arrivent aux gabonais qui aspirent à la justice à moins de vouloir que le gabon continue d’être un pays de merde jusqu’à ce qu’apparaissent les asticots.

  6. Léonce dit :

    Il faut organiser un référendum , pour savoir si l’opposition ( encartée Ping ) doit participer aux prochaines élections législatives ?
    Cet ancien premier ministre est définitivement atteint de sénilité.

  7. ada prisca dit :

    Mon cher ETERNITE, l’opposition doit-elle prendre part a la prochaine presidentille de 2023 ou la boycotter? Repond moi et argumente stp. J’attend ta reponse.

    • Eternité dit :

      @ Ada Prisca, ma Soeur gabonaise, la présidentielle de 2023 se passera dans 5 ans, ce n’est pas à court terme le point électoral le plus important à débattre aujourd’hui..mais je pense que tout gabonais épris de liberté, de partage et du bien commun, devrait y prendre part ( réponse sans langue de bois).

      Maintenant, nous sommes tous gabonais et quelque soit le bord politique ou les liens avec les tenants du pouvoir, il nous faut cesser de continuer à rouler pour un pouvoir ou un parti politique qui depuis 50ans ne nous a rien apporté ( avec le soutien de toute la classe politique confondue ); ce n’est pas une histoire de Ping ( argument fallacieux pour justifier l’injustifiable ), c’est une question de responsabilité nationale, de respect des populations, et de fierté gabonaise…quand certains écrivent qu’ils faut aller aux élections et que les morts sont derrière nous et faut passer à autre chose..sont ils serieux?
      Le pays est bloqué depuis bientôt 2 ans..les législatives n’y changeront rien et chacun de nous le savons..;partir aux législatives pour éviter la politique de la chaise vide alors que la moitié du pays vomit les politiques à l’heure actuelle..c’est faire montre de refus d’écouter le peuple !
      Nos politiques tout comme bcp d’entre nous sont corrompus par la vision a court terme de l’argent facile et l’appauvrissement des plus démunis…ma chère Ada Prisca..comment peut ont aller aux législatives organiser par un pouvoir qui n’a perdu aucune élection depuis 1990 et dont le parlement illégal à bâtit une constitution sur mesure pour éviter une cohabitation coercitive..quel crédit donner à un gouvernement qui annonce en février le remboursement de la dette intérieure et 45 jours plus tard refuse de régler la dette de 2017…

      Je m’excuse d’avoir été long….mais j’espère que mes arguments seront entendus…ET AU plaisir d’echanger avec toi

  8. Christian dit :

    Cet homme Eyeghé est-il vraiment sérieux. Il devrait avoir honte car je ne sais si faire la politique c’est simplement voir les autres avancer. C’est un homme vraiment bizarre et très changeant.La politique de la chaise vide ne paie pas. Les présidentielles sont derrière nous et aujourd’hui, nous avons les accords d’angongjé. Croyez moi, les législatives se ferons avec ou sans vous. Rêveur !!!

  9. Koumbanou dit :

    Encore un qui ayant peur des résultats des urnes nous joue la comedia del arte et autre “pantalonades” .
    Assez de ces pantins malveillants qui passent leur temps soit à des “attention, je vais faire un malheur” qui non seulement ne font rien mais surtout ne savent rien faire, sauf des critiques stériles,ils n’ont aucun programme, ne savent qu’accuser les uns et les autres quand ce n’est pas une ethnie tout entière, qui sèment le vent pour avoir la tempête ……..
    Ils se prennent pour des “grands messieurs” alors qu’ils ne sont que des minables!

  10. Alan dit :

    Nzafe,est pragmatique il garde intacte sa personnalité

  11. roberto dit :

    que ceux qui veulent aller aux legislatives aillebnt le taux de participation dira si reelement les gabonais ont voulu de cette election , que les opposants ne se plaignent pas des resultats

  12. Le peysan dit :

    Mon papa me disait qu’un homme doit commencer à compter les lattes de sa toiture à partir de 4 h, dont
    n’oublies pas tes rêves malgré la durée de la nuit. Tonton Eyegue Ndong, ancien Pedegiste pur sang, doit reconaitre que c’est le boycot de Mba Abessolo en 1993, qui a fait du Gabon ce qu’il est aujourd’hui. Sans raison valable, il nous a fait rater l’alternance au pouvoir, grâce à la cohabitation qui se dessinait. Aujourd’hui nous ne devons plus citer le mot boycot parce qu’on connaît le prix de la politique de la chaise vide. La nouvelle constitution, méconnue par tout le peuple Gabonais a été voté haut les mains comme une letre à la poste, malgré le boycot des nos deux ou trois représentants de l’opposition radicale dans les deux chambres.
    Monsieur Eyegue Ndong va boycotter, le taux de participation va changer mais, mais le résultat ne va pas changer, et l’opposition obtiendra une représentativité plus visible que les législatures précédentes.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW