Conseiller municipal indépendant de la commune d’Akanda, au nord de Libreville, Fabrice Makouaza est certainement le premier à avoir déclaré sa candidature pour les prochaines élections législatives. Depuis deux mois, il parcourt le terrain pour convaincre son électorat.

Fabrice Makouaza s’adressant à ses supporters lors de son meeting du 3 février 2018. © D.R.

 

Agé de 41 ans, Fabrice Makouaza rêve d’un nouvel destin. Conseiller municipal, il envisage désormais de siéger au palais Léon Mba en tant que député, si les populations de sa circonscription lui accordent leur confiance. C’est pour leur annoncer sa décision de se présenter à la députation et de solliciter leurs suffrages qu’il parcourt depuis deux mois le terrain pour tenter de convaincre les électeurs.

Le samedi 3 février, il a achevé sa «Tournée de déclaration de candidature» dans la commune d’Akanda, singulièrement dans le 1er arrondissement. «J’ai écouté, j’ai vu, j’ai échangé avec mes compatriotes du 1er arrondissement de la commune d’Akanda qui m’ont exprimé́ leur détresse, leur sentiment d’abandon, et même leur sentiment de trahison, face aux multiples promesses non tenues par les autorités politiques du 1er arrondissement de la commune d’Akanda», a-t-il déclaré.

Fort de ses combats aux côtés de ses concitoyens dans les difficultés communes, notamment dans la défense des terrains des populations, celui qui dispose d’un CV moins épais qu’une feuille de papier à bien de convictions et d’espoir. Il prône le changement radical de mode de gouvernance, en exigeant aux autorités politiques et administratives, plus de responsabilité.

«Dans ma tournée citoyenne au sein du 1er arrondissement de la commune d’Akanda les populations se sont plaintes d’être complètement marginalisées depuis des décennies: pas de routes praticables, pas d’eau, même pas de forages. On va à la rivière pour puiser de l’eau. Pas de structures de santé digne, même pas un collège, pas de transport en commun sécurisé pour relier Libreville à 10 km. Aucun projet de développement véritable. La vie au quotidien est vraiment dramatique pour les populations du 1er arrondissement de la commune d’Akanda», a-t-il fait observer.

Il a également dénoncé «une vaste opération d’expropriation foncière, dans le 1er arrondissement de la commune d’Akanda, qui porte sur plus de 2 millions de mètres carrés».

Son projet pour l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens tourne autour des axes ci-après : lutter contre les expropriations foncières, arbitraires et injustes des populations dans les zones rurales ; permettre aux populations d’accéder à l’eau et à l’électricité ; inciter l’aménagement et l’ouverture des routes impraticables ; favoriser l’implantation des établissements scolaires maternels, primaires et secondaires et développer l’écotourisme.

 
 

3 Commentaires

  1. Milangmissi dit :

    «J’ai écouté, j’ai vu, j’ai échangé avec mes compatriotes du 1er arrondissement de la commune d’Akanda qui m’ont exprimé́ leur détresse, leur sentiment d’abandon, et même leur sentiment de trahison, face aux multiples promesses non tenues par les autorités politiques du 1er arrondissement de la commune d’Akanda»

    J’ai envie de comprendre c’est député qui règlerait ces multiples problèmes, avant de se présenter à un poste faudrait déjà comprendre les prérogatives.
    Quel est le rôle d’un député? quel est son champs d’action? s’il est dans une majorité ou pas ?
    Mais bon….
    “Le doute est l’apanage des gens intelligents, les cons n’ont que des certitudes.”A. Leblay

    “Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant.” G. Bedos

  2. mapane dit :

    Monsieur MAKOUAZA ,
    Le rôle du député est de voter les lois et de contrôler l’action du Gouvernement. Le député participe aux débats sur les textes mis à l’ordre du jour, tout d’abord au cours des travaux en commissions, puis en séance publique. Il peut présenter des amendements et, bien sûr, émettre un vote sur les textes. Le parlementaire n’est pas de gouverner ou investir, mais de contrôler le travail du gouvernement à qui ce rôle incombe .
    Monsieur MAKOUAZA , sachez que vous ne vous adressez pas aux analphabètes mieux vous êtes au 21e siècle donc ne vous mentez pas…Vous n’êtes pas ce genre de personnes que les Gabonais souhaites avoir à l’assemblée nationale( méconnaissance de de son champ d’action…) , nous voulons une assemblée forte avec des hommes intelligents

    • Paul Bismuth dit :

      Vous oubliez que le parlementaire peut soumettre des propositions de loi. Car l’initiative législative appartient, selon la constitution, de manière concurrentielle au Gouvernement et au Parlement (sauf si dans la dernière constitution Ali XIV a donné un monopole au Gouvernement). Donc oui Monsieur MAKOUAZA, s’il a du soutien au Parlement et l’appui du Gouvernement, peut influencer le sort des populations de cette circonscription en faisant valoir son pouvoir d’amendement et celui de soumettre des propositions de loi. Cela dit, il n’aurait probablement pas eu besoin de briguer un mandat de député pour le faire si la décentralisation dont on parle dans ce pays n’était autre chose qu’une arlésienne, et ce malgré l’existence d’une loi. Car s’il faut en amont toujours une loi (vieux principe de la décentralisation dans un Etat unitaire), les maux évoqués par ce conseiller municipal sont par la suite soignés via des délibérations de conseils municipaux et des arrêtés du maire (comme dans tous les Etats unitaires dans lesquels la décentralisation est effective).

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW