Refusant de se taire ou d’attendre que les choses se passent ou se fassent, Paul-Marie Gondjout, Secrétaire exécutif adjoint chargé des élections à l’Union nationale, livre à travers la déclaration ci-après publiée in-extenso, sa part de vérité… en réponse aux avis et allégations des promoteurs du boycott des législatives et aux septiques d’une probable majorité de l’opposition à l’Assemblée nationale.

© facebook/paulmarie.gondjout

  • Moi je suis un homme politique et opposant dont le combat pour l’alternance ne peut être mis en doute.
  • J’ai soutenu et voté pour Jean Ping. Je continue à dire qu’il est le président élu des Gabonais et que Ali Bongo a volé l’élection présidentielle par le feu et le sang.
  • Je vois chaque jour mon pays sombrer, je vois chaque jour les Gabonais souffrir de l’incurie de ce pouvoir qui jouit d’une totale liberté pour piller le pays à sa guise et prendre les décisions qu’il veut sans contrepouvoir pas même celui de la rue qui n’existe pas.
  • J’entends chaque jour les étrangers se moquer de notre pays qui faisait la fierté de l’Afrique centrale et qui en est aujourd’hui à faire quasiment de la mendicité pour assurer son fonctionnement.
  • Je vois à travers mes voyages, des pays africains qui faisaient de Libreville et de son palais leur escale obligée et qui aujourd’hui ont entrepris un développement qui fait la une de la presse internationale. Mon pays se meurt et on me demande d’attendre et de ne rien faire. Le pouvoir usurpateur m’impose chaque jour des décisions scandaleuses et on me demande de les subir patiemment.
  • La communauté internationale dans un jeu complice a pris acte de la forfaiture d’Ali et attend des Gabonais qu’ils prennent eux-mêmes leur responsabilité et leur destin en main. Et puis et puis et puis… je pourrai en dire d’autres.
  • En fait je refuse qu’on me dise de me taire ou d’attendre que les choses se passent, parce que certains ont dit que la participation aux élections législatives étaient antinomiques du combat pour l’alternance dont la 1ère manche a été gagnée le 31 août 2016, au motif que je légitimerai Ali.
  • En 2009 j’ai refusé de reconnaître la légitimité d’Ali à la tête de l’Etat et avec Mba Obame, Oye Mba, Myboto et d’autres, nous avons subi ce régime. Nous avons participé aux élections organisées par le pouvoir jusqu’en 2016 à l’exception de celles de 2011 et Ali n’a pas été plus légitime que ça puisque le peuple a montré qu’il n’en voulait plus le 27 août 2016.
  • On me dit aussi que nous serions des traîtres parce que nous avons décidé d’aller aux élections législatives prochaines à cause des morts de 2016 en oubliant qu’il y en a eu en 1993, en 2005 et en 2009. Cela doit-il faire de traitres ceux qui ont poursuivi le combat à ce jour ? Non!
  • Je vais me présenter à la prochaine élection législative dans mon village de Lambaréné et je dis à ceux qui prônent le boycott qu’ils sont des démagogues qui ne rendent pas du tout service à Jean Ping notre président élu.
  • Comment peut-on être sénateur et profiter des ressources de l’Etat pour demander aux populations de boycotter les législatives en laissant le PDG et Ali continuer à tuer le pays et accentuer la souffrance des Gabonais ? C’est une vraie entourloupe !
  • Jean Ping a été élu sous le programme d’un Gabon à l’abri de la peur et du besoin. Le Gabon vit tous les jours la peur et les Gabonais sont chaque jour dans le besoin d’une vie meilleure et vous pensez qu’il faille juste s’asseoir et attendre.
  • Mes chers compatriotes levons nous et poursuivons le combat que nous avons débuté en faisant gagner Jean Ping. Confirmons notre victoire et tant pis pour les esprits chagrins qui ont décidé de regarder le Gabon choir en laissant tous les pouvoirs à Ali. J’espère qu’ils se réveilleront à temps un jour pour nous rejoindre. Le Gabon un jour, le Gabon toujours, rien que le Gabon.

Paul-Marie Gondjout

 

 
 

34 Commentaire

  1. Rév. Pasteur Israël Nahum dit :

    Je vous encourage fortement monsieur Paul-Marie Gondjout au combat de l’alternance, car il n’implique pas la démission, le recule et/ou l’absentéisme. Les gabonais en règle générale ont tous élus Jean Ping mais le pouvoir tyrannique d’Ali Bongo et ses complices des français en ont décidé autrement. Le pouvoir des Bongo est un serpent à plusieurs têtes ; un jour à l’autre ce serpent sanguinaire de la loge maçonnique au Gabon finira par mourir soit de sa vieillesse ou de sa propre mort car rien n’est éternel sur cette terre.
    Vive Dieu et Vive le Gabon
    Rév. Pasteur Israël Nahum

  2. Okoss dit :

    Voilà qui est dit.
    Comme en 2016, tous derrière les candidats de l opposition véritable pas le RNO, Maganga Moussavou et Ndao
    Vincent dit quoi?et Casimir?

  3. Aimée Vertueux-Blisson dit :

    Si tu gagnes contre Rogombé-Berre ou Ogouma, vont-ils reconnaître ta victoire ? Ping a gagné, comme tu le dis, pourtant il n’est pas au palais. Quand tu dis que les législatives doivent servir à confirmer la victoire de 2016, permets-moi de rigoler.

  4. Eternité dit :

    Monsieur Gondjout,
    j’entends votre message et la justification de votre souhait à vous présenter aux legislatives de 2018; je ne partage pas votre avis mais je me demande comment un homme politique tel que vous, venant d’une famille qui a mis à sa modeste contribution le Gabon à terre; puisse voulir discréditer les propos de monsieur Eyeghe Ndong, sous le pretexte qu’il soit senateur et profite des ressources de l’Etat !!! je crois savoir que vous également et des membres de votre cerle privé, profitez également des ressources de l’Etat?! je ne fais que passer sur ce point.

    Concernant les legislatives, moi a titre personnel, je vous trouve demagogue et je reste sur ma position qui est de dire que vous souhaitez plus “rentrer” dans vos frais et non sauvez le peuple et j’en veux pour 2 raisons :

    – pas de renouvellement du personnel politique de l’opposition toujours les memes et les memes familles ( donc cessez de nous vendre la priorité du peuple )

    – l’histoire a demontré que seules les révolutions populaires emportent les regimes autocratique et dictatoriaux…alors prenez une bonne fois pour toute vos responsabilités et placez vous en tete de la révolte popûlaire et désobéissance populaire .. les autres choix..ne sont que pure demagogie et calcul politique

    Merci de m’avoir lu..

    • Diana calendre dit :

      Merci Beaucoup Éternité pour cette Rhétorique. Seul le soulèvement populaire portera un coup de massue à cette esclavage des temps modernes. On parle d’aller aux élections, ils ne combattent pas ce pouvoir pour le peuple, ils le font uniquement pour leurs intérêts personnels. Où étaient ils lorsque la constitution à été révisée?. Cette révision qui donnent les pleins pouvoirs à l’usurpateur. Toutes élections confondues ont toujours été truqués au Gabon. La véritable libération du Gabon passera par le peuple, pas les soit disant opposants. Croire, qu’aller aux législatives pourra contre quarré les appétits boulimique du pouvoir de l’usurpateur; est tout simplement de L’UTOPIE.

    • Don Corleone dit :

      Bonjour cher compatriote, des fois j’ai l’impression de vivre dans un pays imaginaire pourquoi? Quand je lis votre commentaire effectivement nous ou vous vivons dans l’imaginaire depuis quand chez nous au Gabon il y-a eu un soulèvement populaire, dès qu’il y-a un début de révolte celui-ci est maté dans le sang et le feu pour une population d’a peine 1 million et demi d’habitants 100 morts c’est une hécatombe un massacre, je suis un non violent et l’homme gabonais l’ai depuis la nuit des temps donc la solution que vous préconiser sur une révolte des populations gabonaises ne sera jamais effective enfin peut-être dans 50 ans bref. Revenons un temps soit peut à la participation ou non de la Coalition de la Nouvelle République aux prochaines élections, rappelez-vous en décembre 2011 l’opposition avait boycottée les législatives de cette année au finish on eu droit à une assemblée à 99% PDG et ce sont ces élus qui votent depuis cette année là des loi iniques à la chambre basse du parlement, alors je vous pose cette question: voulez-vous rééditer le même exploit cette année?Et le lendemain vous seriez le premier à vous lamentez sur le sort de notre pays, savez pourquoi le pouvoir renvoi depuis bientôt deux ans cette élection? c’est parce qu’il sait que soudée l’opposition(CNR) va remporter comme lors de l’élection présidentielle de 2016 ces législatives, cher compatriote merci de m’avoie lu

  5. Ilolo dit :

    Avec ce qui se passe au fameux CGE ce type est quand même partant pour les législatives dont on ne connais tjrs pas le calendrier. C est vraiment un blageur

  6. ovono dit :

    Avec vous, on se rend vraiment compte que le ridicule ne tue pas Paul Mari!

  7. Nguebce dit :

    Ce qui pour moi devient dangereux dans cette affaire de législatives est que la défense du point de vue de chaque camp :ceux qui sont pour et ceux sont contre, devient à présent un thème de campagne mais avec une virulence surprenante entre membres d’une même coalition. Sans même tenir compte de l’avis des électeurs que nous sommes. Vous vous etripez pour d’éventuelles élections. En tout cas offrez-vous en spectacle :les électeurs c’est nous, on verra bien qui a raison.

  8. Le FLÉAU dit :

    M.Gondjout, loin de douter de votre bonne fois mais vous faites là preuve de naïveté politique vue le contexte sociopolitique gabonais. Vous n’obtiendrez rien de ces élections si ce n’est que légitimer le pouvoir fantasque d’Ali. Par des stratagèmes que vous connaissez, vous serez battus lors de ces élections et crierez aux voleurs !!!….Comme d’hab. Et c’est qui le dindon de la farce ?

    • Okoss dit :

      Le Fléau
      On fait quoi alors???boycott??et comme en 2011
      Le PDG va tout rafler et pdt 7 ans on va bouder derrière les maisons.
      En 2016, meme si Ping ne s est pas installe a présidence après sa victoire, tout le monde entier sait sui a triche.
      L agenda des tricheurs est connu, en hommes avises, l opposition peut deja préparer la riposte
      1-en s unissant d’ abord.(écarter ba ben Moubamba , Mayila RNO, Ndaot etc…etc
      2-en présentant des candidats uniques ds chaque siège (c est possible)
      3-en choisissant des représentants des bureaux de vote incorruptibles
      4-En s opposant aux transfert des bœufs ….votants
      Voilà un début de solution,,,il n y aura jamais de soulèvement populaire
      Tt le monde sait pkoi

  9. Le FLÉAU dit :

    J’ai bien peur que certains politiques gabonais son en quête d’existence!

  10. serge obiang obame dit :

    Le renouvelement d’une classe politique ne se decrete pas… La revolution populaire vient tjr du bas et pas du haut(politique). Je suis d’accord avec P.M Gondjout sur ses raisons de sa participation car si on prone le boycott des legislatives on devrait aussi boycotter les presidentielles de 2023. Apres 2011 l’opposition a bien pris part a la presidentielle de 2016 malgre la DTE. Je trouve ridicul les arguments de cet ancien premier ministre aujourd’hui devenu senateur et dont le fils est maire du 2e arrondissement.

  11. eyeghe dit :

    Paul marie a certainement tort d’avoir souvent raison trop tôt.
    que nous avons pas entendu dire lorsque ce dernier parlait de D.T.E?
    P.M.G NOUS PAUSE LA QUESTION DE SAVOIR SI LES MORTS DE 2009.ONT ÉTÉ ressuscitésuper pour que ns participons tous aux élections présidentielle de 2016.
    avions dc tous été complisse?
    je pense que ce Mr est simplement incompris Comme tout ceux de sont de niveau qui on tort d’avoir de l’avance sr le temps.

  12. Koumbanou dit :

    C’est quoi son PROGRAMME ?
    Dire ce qui ne va pas , c’est facile !
    Accuser ceux qui agissent, c’est lâche!
    Faire de la “politique politicienne”, c’est stérile !
    Voilà le genre de personnage qui ont fait énormément de mal au pays,
    en divisant, en manipulant la jeunesse, en critiquant négativement toute initiative, en démoralisant le peuple !
    Assez de ces guignoles qui vous disent “continuons le combat”, qui envoient de pauvres “manipulés” au casse-pipe espérant qu’à la sortie du chaos ils obtiendront quelques fonctions et avantages.

  13. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    “LA DYNAMIQUE BWETE”
    * “SOIXANTE TREIZIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD” *
    « NOUS ALLONS MAINTENANT TOUS ENSEMBLE SORTIR LE GABON DE LA OU NOUS L’AVONS MIS »
    Vraiment Paul-Marie Gondjout vraiment ! Comment peux-tu en même temps médire et te dédire ? Qu’est ce qu’on a fait à MUANGA (DIEU) pour mériter de tel parent et de tel frère? Le Père, le Vénérable Grand Maitre Introducteur, Initiateur Franc-maçon de la Franc-maçonnerie au Gabon René RADEMBINO CONIQUET avait raison de me sommer en 2014 : « Michel BOUKA RABENKOGO à partir de 2016, débrouille-toi avec le peuple gabonais pour qu’il n’y ait plus un franc-maçon à la tête du GABON NOTRE BEAU ET DIVIN PAYS. Tous ceux que tu vois gesticuler sont mes enfants franc-maçons. Nonobstant tout qu’on peut dire. C’est moi qui ai introduit la franc-maçonnerie au Gabon. AUCUN D’ENTRE EUX NE PEUT SORTIR LE GABON DE LA OU NOUS L’AVONS MIS. Car ils sont tous formatés pour garder et maintenir “Le Gabonais pauvre” dans son pays riche et divinement doté ». IL N’Y A PAS D’OPPOSITION, JUSTE DES AFFAMÉS COMME L’AVAIT SI BIEN DIT L’ESCLAVE VALET FRANC-MAÇON DE SERVICE ET AU SERVICE DE L’OCCIDENT ALI BONGO. Comment peut-on, encore à nouveau, partir à des élections législatives avec Ali BONGO ? Quelqu’un qui vous insulte ? Un président inconstitutionnel qui viol impunément depuis 2009 l’article 78 de la constitution ? PEUPLE D’IBOGA (GABON), NOUS AVONS BEAUCOUP PARLER ET TOUT DIT DEPUIS 2009. C’EST FINI. FIN. L’heure est maintenant à l’action pour rétablir la prétendue “La Légalité Constitutionnelle” bafouée puis violée par Ali BONGO depuis 2009. Ali Bongo sera chassé avant la rentrée scolaire 2018. Peuple d’IBOGA (Gabonais), l’opposition pour BWETE est une subtile complice d’Ali Bongo et de son système qui est le leur à tous. Pour conclure : il n’y a pas d’opposition politique gabonaise à IBOGA (Gabon). Encore moins de politiciens africains. Ils ne sont tous rien que de minables complices valets franc-maçons qui jouent le jeu de leurs fraters de frères “Chefs d’États”, qu’ils installent pour leurs ventres à la tête de nos pays, au détriment de notre bonheur à nous peuples africains en général et gabonais en particulier. Tout ça pour le compte de leurs maitres franc-maçons de l’occident. MAIS C’EST TERMINER. Il n’y aura pas d’élections législatives franc-maçonnes, ni toutes autres élections organisées par des valets franc-maçons, pour la franc-maçonnerie et la France mafieuse cette fois ci à IBOGA (Gabon) tant qu’Ali Bongo n’aura pas quitté la tête de notre pays. Jean PING EST LE CHEF DU VILLAGE IBOGA (GABON). SEUL LE PEUPLE D’IBOGA (GABON) EST SOUVERAIN. Dommage, malgré nos multiples et nombreux appels à la retenue, Ali Bongo tu t’en fous éperdument et tu continus de nous défier. ALORS TU SUBIRAS DANS LES JOURS QUI VIENNENT, LA RÉACTION PUIS LA SANCTION PACIFIQUE ET NON VIOLENTE DIVINE DU PEUPLE IBOGA (GABONAIS). BWETE.
    En réaction à : https://www.gabonreview.com/blog/legislatives-2018-la-verite-de-paul-marie-gondjout/
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION #
    “GABON D’ABORD”

  14. Le Révolté dit :

    Une incohérence constatée dans votre intervention monsieur NGODJOUT,le point 2 dans lequel vous affirmez que Jean PING à gagné les élections qu’il est le président et qu’Ali BONGO à volé les élections par le feu et le sang. Ne devriez-vous rester dans une posture de dénie perpétuelle face à cette situation ? Comment ne pas reconnaître la légitimité d’un pouvoir et prendre part aux élections organisées par ledit pouvoir ? Ne voyez vous pas que vous êtes dans une démarche contradictoire ? Toute observation faite, je constate simplement que vous etes dans une logique de vouloir existé pour vous faire une santé politique à travers les avantages que vous procureront le poste de député. C’est une diversion de votre part. Le peuple,conscient de l’état actuel de la situation politique de ce pays scrute vos faits et gestes. Attention.

    • gabomama dit :

      Ce n’est pas Ali Bongo qui nomme les députés malgré la fraude, n’importe quel gabonais a le droit d’y participer et de jouir de tous les droits du service publique. Nous étions tous conscients du risque de coup d’état électorale en 2016, nous y sommes allés malgré que l’histoire des élections au Gabon ait toujours connu le même cycle : élection-fraude-tueries-concertation des vampires-partage des Gateau. Nous savions ce scénario probable. Qu’est ce qui a changé en 2016 depuis 1993? Rien. Alors c’est le même courage, le même espoir, la même espérance qui emmène des gabonais à ne pas donner davantage de terrain aux sorciers du pdg, parce qu’il y a eu des morts et des élections volées dans le passé. Il vivent par cet espoir qu’un jour il mettront fin à ce cycle. Les institutions malgré la perfidie de ceux qui les incarnent appartiennent aux gabonais. Les perfides qui les incarnent n’ont que faire de votre légitimité pendant que vous vous nourrissez à satiété chaque jour de leur illégitimité qui ne change rien, si ce n’est que votre boycott leur rend les mains encore plus libres et la tâche plus facile. Citez moi une révolution ou un soulèvement qui a été préparée des mois en avance et par qui? Un soulèvement est spontanée, ce qui s’est passé à l’issue des élections de 2016 aurait pu marquer la fin de ce régime. Naïvement vous oubliez beaucoup de paramètres qui font la puissance d’un soulèvement. La densité limité de notre population est un grand handicap. Ce qui s’est passé au QG de Ping ne pouvait se faire dans un pays où la population est plus dense donc difficile à maîtriser. Il faut plus penser au coup d’état.

  15. IVOMBO Brice dit :

    Toujours en train d’employer de faux arguments sur les morts des élections de 1993,2005,2009…Quoique vous fassiez et quoique vous disiez,le Gabon a connu l’election la plus meurtrière de son histoire en 2016. Elle n’est comparable à aucune autre élection qui s’est ténue auparavant.

  16. Koek lun dit :

    Bon chacun est libre de faire ce qui est mieux pour lui
    .ne regrette surtout pas arceaux tu vas perdre ou tu vas gagner et être incaplabe de faire passer ta pensée

  17. Koek lun dit :

    Le fais tu pas conviction ?

  18. Ilolo dit :

    Pour ceux et celles qui veulent revivre les élections de 2016, je vous recommande le film qui passe ce mois d avril sur canal+ :Bienven8au Gondwana. Véritable caricature devce que nous avons connu en 2016

  19. Léonce dit :

    Monsieur Gondjout, vous êtes bien obligé de participer à ses élections , car il y va de votre survie politique , que dis je de votre survie tout court. Je ne veux pas être un oiseau de mauvaise augure, mais votre échec dans la commune de lambaréné est inévitable.
    En outre , Ping élu par les gabonais ? C’est vous qui le dites.

  20. le Gabonais dit :

    La liberté de penser, la liberté d’agir, la liberté tout court.
    Seulement à travers l’histoire, la politique de la chaise vide n’a jamais payé. Si vous voulez faire la révolutions Paul Marie ne vous empêche pas, il dit simplement qu’il croit qu’il vaut mieux aller aux élections. Les boycotts passés ont rapporté quoi? Evitez la paresse intellectuelle.

    • Don Corleone dit :

      Tout à fait d’accord avec toi cher compatriote

    • Okoss dit :

      Basse
      Ceux qui sont pour le boycott font l affaire du PDG et ses opposants fabriques ie Ndaot, Maganga Moussavou , Mayila, RNO.
      2011 est toujours dans nos mémoires.
      A t on eu le soulèvement des populations!!!je pense que non
      Alors pourquoi ne pas se battre comme en 2016 et montrer au monde entier notre détermination le jour du vote.

      • Tsery dit :

        Après deux ans d’observation de l’activité politique dans notre pays, le constat est clair l’opposition doit prendre part aux élections législatives unis et solidaire un point un trait. Nous ne souhaitons pas entendre le mot boycott cette fois……….

  21. IPANDY dit :

    Je pense effectivement que c’est dans les moments comme,la période que nous traversons actuellement, que l’on peut distinguer les véritables hommes politiques aux amateurs,les véritables militants de parti politique à ceux qui vote les personnes et non les idées.
    En lisant les uns et les autres je constate que beaucoup oublie l’essentiel. C’est d’ailleurs pour cela que certains leaders

  22. Le peysan dit :

    Je pense que la politique de chaise vide n’a jamais payé. Et si ont regardent les agissement des Pedegistes, ils sont en train d’entretenir ce mutisme qui existe aujourd’hui dans le camp des opposants, parce qu’ils savent que l’opposition réuni comme en 2016, risqueront de rafler la majorité. Bien sûr que nous connaissons qu’il y aura de la fraude, c’est inévitable puisse que c’est dans leurs sang. Mais l’Assemblée ne sera plus à 99% pedegiste comme dans les années précédentes. En conclusion, les compatriotes qui optent pour le soulèvement populaire doivent comprendre que ceci n’est pas un programme politique, c’est des cas d’extrême que le peuple exprimé son râlebole. Dont cela ne peut pas une raison pour boycotter les législatives.

  23. Issipock dit :

    Une simple question à Monsieur Paul Marie Gondjout: Est-ce qu’il n’est pas mieux que les leaders politiques de l’opposition restent soudés derrière ou avec Jean Ping, comme en 2016 pour poser des actes permettant de récupérer la victoire au lieu d’aller à une élection truquée d’avance?

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW