La Haute autorité de la communication (HAC) a rassuré les représentants des partis politiques de l’opposition et de la majorité de ce que leur temps de passage sur les télévisions et radios publiques respectera le principe d’équité.

Les membres de la HAC. © Gabonactu.com

 

Pour les prochaines législatives, la HAC entend faire mieux que lors des précédentes élections au Gabon, notamment en termes de couverture de la campagne électorale par les médias publics. Après les patrons des chaînes de radio et de télévision le 11 juillet, le tour est venu les 18 et 19 juillet aux représentants des partis de l’opposition et de la majorité d’être reçus. Il s’est agi de les édifier sur le dispositif mis en place par le régulateur des médias pour assurer l’accès équitable des différents candidats en lice aux médias publics.

Raphaël Ntoutoume Nkoghe et ses conseillers ont assuré leurs interlocuteurs de ce que le temps de parole sera le même pour tous les candidats, partis et groupements de partis en période électorale. Pour ce faire, une Commission d’accès équitable aux médias a été mise en place, qui sera dirigée par un des conseillers-membres et co-présidée par un représentant des partis de l’opposition et un autre de la majorité. Deux autres représentants de l’opposition et de la majorité seront membres de cette commission à laquelle prendra également part un représentant du ministère de la Communication et des journalistes des médias publics.

De même, la HAC a annoncé aux représentants des partis la diffusion sur les médias publics et certains médias privés de quatre programmes relatifs à la campagne électorale : «Expression directe», «Le journal de la campagne», «Le grand débat» et «Les grandes nuits électorales». Le président de la HAC les a présentés comme des émissions appelées à être diffusées dans le cadre de toutes les prochaines élections, y compris la présidentielle de 2023. Celles-ci respecteront un format précis et une durée commune pour tous les invités.

Le président de la HAC n’a pas manqué l’occasion de ces rencontres avec les acteurs politiques pour réitérer que «la proclamation des résultats de vote incombent aux administrations compétentes» et non à la presse. Une précision qu’il a particulièrement souhaité faire à l’endroit des responsables politiques propriétaires de médias. Injonction a également été faite aux potentiels journalistes-candidats de «suspendre» leur activité professionnelle un mois avant les élections.

 
 

3 Commentaires

  1. Paul Mikouma dit :

    L’autorité compétente pour proclamer les résultats du scrutin est le Président du Bureau de vote. Dès lors que cela est fait, chaque citoyen, chaque journaliste et chaque organe de presse peut faire les additions et parvenir aux conclusions qui n’engagent que lui.

    La presse peut communiquer les résultats sans attendre la compilation officielle du CGE. Elle ne peut proclamer un vainqueur, mais elle est en droit de communiquer les résultats qu’elle détient officiellement de chaque bureau de vote.

    Dans aucune démocratie au monde la presse n’attend le Ministre de l’Intérieur ou le Président de la Commission électorale pour communiquer les résultats qu’elle détient. Même que dans les pays les mieux outillés comme en France, la presse communique sur la base des résultats des instituts de sondage.

    Mais au Gabon de Bongo Ntoutoume Nkoghe Ondimba, on veut inventer le fil à couper le beurre.

  2. Afrika Obota dit :

    Mais quels sont les résultats sortis des urnes? Bureau 1 30% pour Mr Békalé, 40% pour Mme Oyima etc bureau 10. Les représentants des candidats ainsi que tous les observateurs sont capables de se munir d’une calculette et de dire qui est le vainqueur? C’est quoi votre problème? Sinon les magouilles.N’acceptez pas cette règle, nous savons tous compter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW