A l’issue d’une réunion dite d’investiture, le 21 août à Libreville, Démocratie Nouvelle (DN) a annoncé qu’elle présentera une trentaine de candidatures aux élections législatives d’octobre prochain.

Des cadres de Démocratie nouvelle en réunion au siège de Libreville. © D.R.

 

Dans le cadre des élections législatives d’octobre prochain, Démocratie Nouvelle (DN) a choisi de jouer souple et modeste. A la différence de certaines formations politiques qui positionnent des candidats sur tous les sièges et circonscriptions électorales à pourvoir, ce parti a choisi de positionner une trentaine de candidats.

Lors d’une réunion dite d’investiture, le 21 août à Libreville, le président du parti a été formel. Selon René Ndemezo’o Obiang, le parti ne présentera des candidats que dans les provinces où il a une meilleure représentativité. Les responsables estiment, en effet, qu’il n’est pas opportun pour cette jeune formation politique, créer en 2016, de présenter une liste de 143 candidats. D’autant que le parti n’est pas suffisamment implanté dans le pays.

Raison pour laquelle DN mise sur ses liens avec certains partis de cette opposition modérée. A l’exemple du Parti pour le développement et la solidarité (PDS) de Séraphin Ndaot ou du Parti social-démocrate (PSD) de Pierre-Claver Maganga Moussavou. Dans les provinces comme la Ngounié ou l’Ogooué-Maritime, ils devront faire bloc pour aller à la conquête des sièges.

Dans la liste des candidats de DN, l’on retrouve notamment le ministre délégué à la Prévoyance sociale, Jonathan Ntoutoume Ngome, investi sur le 1er siège de la commune de Mitzic. Ou encore, l’activiste Annie Léa Meye, dans le 1er siège du 1er arrondissement de Libreville, l’ancien leader estudiantin Nicolas Ondo, pour le canton Kyé (province du Woleu Ntem), le directeur de publication de l’hebdomadaire, Nku’u Le messager, Norbert Ngoua Mezui, qui défendra les couleurs de DN dans le 1er siège du deuxième arrondissement de Libreville. Quant au député sortant de Bitam, actuel ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang, ancien cadre de l’Union Nationale (UN) frappé d’éligibilité par la Cour constitutionnelle, il devra assurer la Coordination générale de la campagne de tous les candidats du parti.

Pour ces élections jumelées, DN n’a pas publié sa liste pour les locales, alors que la date butoir de dépôts des candidatures est le 25 août 2018.

 
 

7 Commentaires

  1. MBA dit :

    Cette image parle d’elle-même:DN est au fond du gouffre,c’est la douche froide et la mine des mauvais jours…Mieux sous la chaleur actuelle,les deux ministres et le PDT du CES de ce parti ne peuvent-ils pas faire installer la climatisation…dans la salle pour un minimum de confort pour tous?

  2. AIRBORNE dit :

    Ils vont au cas pipe, il faut pas se plaindre apres de la fraude.

  3. Olsen dit :

    Vous avez interêt à gagner au moins 5 sièges ou BOA vous virera tous et ce sera votre mort politique à tout jamais.

  4. Serge Makaya dit :

    Les MABOULES sont prêts ? Pitié !Vous avez du temps à perdre…

    Je me permets de vous faire savoir que BOA est actionnaire à Facebook et contrôle parfaitement le réseau sociaux. Bien sur que vous n’êtes pas obligés de me croire…

  5. espoir dit :

    Tous ses gens de DN savent que le peuple les a vomis et ils essaient de sauver leur navire en positionnant ses candidats minables qui sont a l’image de leur politique.la vieille strategie est de diviser et donner le peu de voix qu’ils auront au deuxieme tour au candidat PDG puisqu’ils ne peuvent gagner meme pas un seul siege.on vous attend sur le terrain bande de traitre.

  6. BSerge Okogo dit :

    Patrick Eyogo Edzang s’est rendu au dialogue d’Ali Bongo Ondimba pour résoudre son problème d’inéligibilité… Pourquoi n’est il pas investi ? Monsieur le Ministre nous attendons votre explication.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW