Si son parti, le Centre des libéraux réformateurs (CLR), prendra vraisemblablement part aux prochaines législatives, Jean-Boniface Assélé a promis de sortir les crocs si le partage de son fief électoral se fait comme prévu par le gouvernement.

Jean-Boniface Assélé, le président du CLR. © D.R.

 

Depuis sa création en septembre 1992, le CLR n’a pas manqué un seul rendez-vous aux élections législatives au Gabon. Ce n’est pas pour celles devant avoir lieu cette année que la tradition de ce parti de la Majorité républicaine et social pour l’émergence (MRSE) va changer. Le CLR, qui «n’est pas partisan de la chaise vide» devrait donc y prendre part. Une condition existe tout de même, qui a été brandie mercredi 17 janvier à Libreville, par son président. Celle-ci tient au fait que le redécoupage électoral touchant son fief ne lui convient pas tout à fait.

«Irons-nous aux élections législatives avec un redécoupage sorti d’un décret qu’on a fabriqué pour prendre les quartiers des autres ?» s’est interrogé Jean-Boniface Assélé sur Radio Gabon, jeudi 18 janvier. Il a promis que «ça va barder» si cette question n’est pas réglée avant les prochaines législatives.

Le conseiller municipal du 3e arrondissement de la commune de Libreville n’a pas beaucoup apprécié en effet que certains quartiers (PK6, PK7, Awendjé, Belle-Vue) initialement localisés dans sa circonscription électorale apparaissent désormais dans les 4e et 5e arrondissements de la capitale. «Nous ne l’accepterons pas !» a annoncé le président du CLR, qui aurait souhaité que sages, cadres et notables des quartiers concernés soient consultés avant ce redécoupage.

Pour Jean-Boniface Assélé ce redécoupage «a été fait à dessein» pour lui ravir ses «partenaires» et ses électeurs. Seulement, ce redécoupage électoral décrié par le président du CLR est une des résolutions du dialogue politique d’Angondjé auquel son parti avait pris part.

 
 

9 Commentaires

  1. Ange BOUSSAMBA dit :

    Un bouffon reste un bouffon. A la veille de chaque élection, il “tape” sur le PDG et le gouvernement, puis lorsqu’arrivent les choses sérieuses, il se débine et rejoint “la majorité” sans laquelle il n’est rien. Un bouffon sera toujours un bouffon. Eloi Nzondo a compris ce jeu, et il a préféré partir du CLR.

  2. Olsen dit :

    A qui s’emprent il? Si BOA est vraiment son neveu qu’il lui fasse annuler ce découpage quand le mensonge nous rattrappe.

  3. Ange BOUSSAMBA dit :

    C’est sa façon à lui de demander des compensations. De la même veine que les Ndemezo, Maganga Moussavou, Ndoutoume Ngome, Eyogo Edzang…

  4. espoir dit :

    Barder veut dire exploser.Alors Asele va exploser quoi.Ange Boussamba a raison un bouffon reste un bouffon.on a cru en lui lors des élections locales de 2013; après il est allé rejoindre son neveu BOA.c’est grâce aux idiots comme nous qu’il s’est retrouve avec plusieurs élus locaux.mais cette fois ci on verra bien.on vous attend mr Asele alias Boniface.

  5. Mimbo dit :

    Oui un vrai bouffon,il espère pouvoir refaire le même numéro,il prend les gabonais pour des c… mais cette fois,il te faudra révéler au gabonais ton véritable nom car celui que tu affiche actuellement est un nom d’emprunt.Certains d’entre nous sont excédés par votre roublardise à la c**.Maintenant c’est fini.

  6. BSerge Okogo dit :

    @Boniface Assélé, nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale que tu veux faire un coup d’état contre ton neveu.

  7. Akandais dit :

    Si je comprends bien, chez ces gens-là la retraite n’existe pas? Il n’y a que la mort qui nous séparera? Pourquoi?

  8. LURON DE MAYE dit :

    Roublardise, distraction et sorcellerie politique…

  9. pajhh dit :

    le manque de richesse morale de ces sois disant politichien , ho je me suis trompé je tenais a dire politicien fait deux des hommes sans volonté , car ils ne réfléchissent qu’avec leurs ventres .

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW