Trois semaines avant la tenue des élections législatives et locales 2018, l’Union européenne a invité les autorités gabonaises à œuvrer pour des élections équitables.

Gabriel Mariya chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne. © eeas.europe.eu

 

Les élections législatives et locales d’octobre devraient être les plus équitables possibles. Tel est le vœu formulé par l’Union européenne avant ce processus électoral qu’elle juge crucial pour le Gabon.

Par le biais d’une déclaration prononcée à l’occasion de la 39e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, tenue le 11 septembre à Genève, en Suisse, l’UE a exhorté «le gouvernement à assurer un processus électoral équitable, inclusif et transparent, propice à des résultats crédibles».

L’UE craint en effet une résurgence des violences issues des constatations postélectorales, comme celles ayant endeuillé et meurtri le Gabon lors de l’élection présidentielle de 2016, dont le bilan exact des victimes n’est toujours pas connu jusqu’à présent. Ce d’autant qu’aucune enquête sérieuse n’a été menée pour déterminer aussi bien les commanditaires que les exécutants des actes enregistrés.

Pour l’UE, les futures élections devraient également constituer une occasion pour les Gabonais de se réconcilier, pour recoudre le tissu social déchiré depuis 2016. En effet, certains acteurs politiques se regardent toujours en chiens de faïence, quand certaines familles disent encore chercher leurs proches disparus.

Selon le calendrier du Centre gabonais des élections (CGE), la campagne pour les deux scrutins débutera le 25 septembre pour s’arrêter le 5 octobre, la veille du premier tour prévu le 6. Le second tour aura lieu le 27 octobre.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

8 Commentaires

  1. Okouma Merveille dit :

    Il est temps que l’UE commence par faire respecter les Accords de Cotonou par le Dictateur Ali Bongo qui viole les fondements de nos sociétés: la bonne gouvernance, la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme.
    « Les futures élections devraient constituer une occasion pour les Gabonais de se réconcilier…» Il faut arrêter de se moquer de la vie des Gabonais. THERE IS NO PEACE WITHOUT JUSTICE! Les disparitions forcées et les atteintes aux libertés se multiplient. L’assassin court toujours. NOUS EXIGEONS QUE JUSTICE SOIT FAITE !

  2. Okoss dit :

    Là, les opposants aux élections ont raté une occasion supplémentaire de montrer à la face du monde que le régime de lbv n a jamais gagné une élection,depuis même Bongo père.
    Ça leur coûtait quoi de faire bloc comme en 2016.le peuple n attendait que ça.
    Ahh pauvre Gabon ou tout le monde veut devenir 1,même les partis gazelles qui changent leur positionnement au gre des vents veulent imposer leur vue
    Tata Fefe on dit quoi?vous allez empêcher la tenue des élections à Pog ???

  3. Che Guevara dit :

    Vraiment rien à foutre maintenant de L’UE, cette institution corrompue qui bénéficie directement d’une Afrique instable et en proie à des dictatures kleptomanes.
    Comment une élection qui divisent profondément les Gabonais peut contribuer à la réconciliation d’un peuple qui a soif de justice, de verite et de liberté. Des mots, des mots, des mots qui ne veulent rien dire, qui ne mènent à rien…

  4. G.O dit :

    Le Gabon n’est pas en guerre.Le mal du Gabon, des gabonaises et gabonais est d’avoir à la tête du pays un Président voleur,pilleur des sociétés, assassin. Un Président qui sème la haine, entretien le chômage et la pauvreté de son peuple. Un Président qui viole les lois de pays. Incroyable. Le voeu des gabonais c’est son départ par tous les moyens. Si ces élections ne sont pas transparents il y aura cette fois……

  5. BSerge Okogo dit :

    l’Union Européenne a sûrement raté l’occasion de se montrer discrète.Grace à Ali Bongo Ondimba, cette institution a perdu toute crédibilité.Alors, s’il vous plaît,circulez et laissez les Gabonais dans leur misère.

  6. MBENG dit :

    L’UE a dis , l’UE demande. L’UE, L’UE. N’importe quoi? QUE L’UE aille se faire foutre.
    Vous avez au yeux du monde montré vos limites alors ne dites rien et regardez le PDG faire.

  7. ADN dit :

    Que fera l’une si elle constate les fraudes massives comme à l’élection présidentielle ?

  8. Caspar Yanga dit :

    Ce 21/09/2018 sont #PrisonniersPolitiques au #Gabon
    #LandryAmiang 766 jours
    #BertrandZibi 751 jours
    #HerveMombo 390 jours
    #FrédéricMassavala 380 jours
    #PascalOyougou 374 jours
    @lemondefr @libe
    #UE_ResolutionGabon0917§9
    #LeDrian #AFD_France #BongoIsKilling
    Suivre le lien
    bit.ly/2Pnm9Hs

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW