L’hôtel particulier de luxe, Pozzo di Borgo, acquise par le Gabon pour 65 milliards de francs CFA, n’abritera, vraisemblablement, plus les services de l’ambassade du Gabon en France, ainsi que cela avait été annoncé en 2010. Retour sur une acquisition controversée.

Argent Gabon

Selon des indiscrétions du milieu diplomatique gabonais, l’ambassade du Gabon en France va réaménager, au début du mois d’août prochain, à l’avenue Raphaël dans le 16e arrondissement de Paris. Depuis 2009, la mission diplomatique du Gabon louait des locaux à la rue de la Bienfaisance dans le 8e arrondissement. Du coup, une certaine opinion se demande à quoi a réellement servi l’achat, à 100 millions d’euros (environ 65 milliards de francs CFA), de la résidence Pozzo di Borgo située près de la rue de l’Université dans le 7e arrondissement de Paris.

Le 19 mai 2010, au moment de son achat, un communiqué du gouvernement gabonais avait annoncé, «l’acquisition en toute transparence d’un immeuble situé rue de l’Université dans le 7ème arrondissement de Paris, destiné à l’ambassade du Gabon en France. Cet achat est intervenu alors que l’actuelle ambassade du Gabon à Paris connaissait d’importants travaux de réfection de longue durée. Il s’agit là d’un placement immobilier pour la République gabonaise, qui s’inscrit dans la lignée de l’action du Président Ali Bongo Ondimba pour une meilleure gestion des finances publiques. L’acquisition de cet immeuble permettra en outre de réduire les frais d’hébergement des officiels gabonais en mission en France.» Il avait également été expliqué que cette résidence était destinée à l’accueil non seulement des bureaux pour le chef de l’État et les membres du gouvernement lors de leurs missions officielles dans la capitale française.

Il est donc fondé de se demander à quoi servira cette résidence si elle ne doit plus abriter les locaux de l’ambassade, comme initialement annoncé par les plus hautes autorités du pays. Ce qui ramène au souvenir que cet hôtel particulier de luxe avait commencé à susciter de sérieux doutes lorsque, le 28 juillet 2011, le journal français Libération, sous la plume de Renaud Lecadre, avait publié un article qui indiquait que «Les ploutocrates africains redoublent désormais de prudence. Outre le transfert de comptes bancaires vers des pays judiciairement tempérés, ils évitent d’apparaître en direct sur les titres de propriété. Mais l’habillage n’est pas toujours très subtil. Ainsi, le gouvernement gabonais annonçait en mai 2010 l’acquisition d’un hôtel particulier à Paris, rue de l’Université. Un bien public, donc, au nom du peuple gabonais. Les policiers français ont pisté les différentes SCI (sociétés civiles immobilières) propriétaires de ce bien prestigieux : toutes renvoient à un gérant, Maixent Accrombessi, et à son adresse, palais présidentiel de Libreville, où il officie comme directeur de cabinet d’Ali Bongo

Selon la base de données en ligne Manageo.fr qui fourni des informations sur les entreprises implantées en France, la SCI 49 51 Rue Université est dirigée par Accrombessi Maixent, né le 26 Juin 1965 à Cotonou (Bénin). Le code de cette SCI correspond au secteur Location de terrains et d’autres biens immobiliers. Au moment de ces écrits, seul le directeur de L’union, Lin-Joël Ndembet, dans un éditorial intitulé «Fantasmes sur le Gabon», avait dénoncé, le 1er août 2011, une vision «particulièrement déformée» au sujet des écrits de Libération. Les faits sont-ils également déformés ?

 
 

8 Commentaires

  1. mba ndong anathole dit :

    Franchement ce site Gabonreview crédibilse le régime d’Ali Bongo. La rédaction ACI montre la voie à d’autres médias. Merci pour votre objectivité. Que Dieu vous protège!

  2. La Fille de la Veuve dit :

    Il n’y a aucun Mystere. Depuis le debut, tout le monde avait bien compris qu’Ali Bongo s’etait offert un hotel particulier a Paris au frais du peuple Gabonais et pour la coquete somme de 65 milliards de Fcfa, au vu et au su de tout le Monde.

    Personne, mis a part les “Jaloux” de l’Union Nationale n’a ose le denoncer. Sinon par des tournures de phrase tellement savante qu’on pouvait se demander ce qui etait finalement en cause.

    Oui, Ali Bongo a offert a Sylvia cet hotel particulier paye par le tresor public et c’est Maixent qui sert de prete nom.

  3. Yves dit :

    Pozzo Di Borgo appartient simplement à Ali Bongo, tout comme la résidence Kennedy de Washington. Le reste ne mérite même pas commentaire car le Gabon n’a rien à voir là dedans. Ils prennent l’argent public pour des acquisitions privées et nous on regarde en s’écarquillant les yeux.

  4. MouNziRa dit :

    Maixent Accrombessi??? !!! Ah D’accord! Je vois…

  5. Citoyen libre dit :

    Ils vont nous payer ca un jour

  6. MEYE Jean Julien dit :

    On saura la vraie vérité un jour, mais nous avons des infos sur le chèque du trésor public gabonais libellé au nom d’ali 9%

  7. POZZO DI BONGO, argent détourné???

  8. […] : http://youtu.be/WV2ZTzsUomc #CorruptGabon Gabon : Les mystères de la résidence Pozzo di Borgo. https://www.gabonreview.com/blog/les-mysteres-de-la-residence-pozzo-di-borgo/ #CorruptGabon Discussion sur les vrais revenus pétroliers du Gabon – […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW