Le président Ali Bongo s’est livré à une interview avec Alain Foka de Radio France internationale (RFI). L’entrevue a été diffusée ce 14 mars 2012 sur France24, télévision pour laquelle elle a été réalisée.  Au menu : André Mba Obame, biens mal acquis, dépenses parisiennes de Sylvia Bongo et République des mallettes. Une interview qui frise l’interrogatoire. Intéressant !

Ali Bongo Ondimba

Dernière actualité au Gabon avec la nomination d’un nouveau gouvernement avec un nouveau Premier ministre. Un gouvernement plutôt réduit mais où ne rentre pas l’opposition, c’est la fin de la réconciliation, c’est la fin du dialogue ?

D’abord concernant le gouvernement, il est important de noter effectivement que tel que nous étions engagés, nous avons procédé à une réduction des membres du gouvernement. En fait, depuis 2008 on peut dire que nous sommes passés de plus 40 ministres à moins de 30 ministres. C’est quelque chose qui était attendu et c’est ce que nous avons fait. À chaque période correspond un type de gouvernement. Pour nous, il était important qu’après les législatives nous puissions mettre en place une équipe plus restreinte mais que je veux beaucoup plus performante et qui puisse permettre d’accélérer tous les programmes que nous avons en cours.

Est-ce la fin du consensus, ou de la réconciliation ? Parce que là, il n’y a aucun membre de l’opposition

Juste après les élections présidentielles, j’ai tendu la main comme vous le savez bien. Moi, j’ai fait ce geste-là. J’ai invité tout homme, toute femme politique à venir nous retrouver pour mettre en place le programme pour lequel je m’étais présenté pour solliciter les suffrages de mes compatriotes. Lorsque nous avons organisé les dernières législatives, à notre grande surprise nous avons vu qu’un certain nombre de mouvements, parmi lesquels l’opposition, réclamaient le boycott. Dieu merci il n’y en a pas eu.

Cependant il y a eu 65 % d’abstention

Monsieur Foka, vous êtes un observateur de la question politique en Afrique, vous pouvez aisément vérifier que depuis plus de 20 ans au Gabon comme partout ailleurs, nous avons des taux de participations qui sont faibles et nous le déplorons, mais c’est ainsi. La dernière élection législative que nous avons eue à organiser dans notre pays ne déroge pas à la règle. Les taux sont les mêmes et parfois par rapport aux élections antérieures ces taux sont supérieurs au niveau de la participation, donc il n’y a rien d’extraordinaire.

Pour vous 34 % de participation c’est normal à une élection législative ?

Je ne dirai pas que c’est normal. Moi, je souhaiterais plus de participation, mais c’est un phénomène que nous observons sur toute l’Afrique et ailleurs. Beaucoup de personnes vont moins aux urnes. Dans la cadre purement gabonais, nous avons noté que ce chiffre est en légère hausse par rapport aux dernières élections.

On a vu partir pas mal de barons du régime de l’époque de votre père. Le fils en a assez de travailler avec les anciens, avec les proches de son père ? Vous voulez effacer la période Omar Bongo Ondimba ?

Il est impossible pour nous d’effacer cette période. Comme je vous l’ai indiqué, le gouvernement actuel répond à un souci qui est, normalement et pour moi, principal pour l’attente des Gabonais, celle de voir ce gouvernement accélérer les réformes.

Ceux-là n’étaient pas capables d’accélérer les réformes ?

Non, je ne dis pas qu’ils n’en étaient pas capables. Mais je dirai qu’aujourd’hui pour certains, après un certaintemps passé aux affaires, ils pourront se consacrer à autre chose. Ce n’est pas surprenant que certains quittent le gouvernement. D’autres de la période que vous citez sont encore là. En plus de cela, j’avais autour de moi des collaborateurs qui sont aujourd’hui, à la présidence, ma garde rapprochée. Je ne me suis pas totalement coupé des barons de la période de mon père comme vous le dites. Au titre de ses collaborateurs, je suis le premier, je suis bien là

Aujourd’hui, votre principal opposant, André Mba Obame, se trouve en exil, loin du Gabon. Est-ce que, maintenant que vous êtes légitimé, que vous avez un gouvernement, que vous vous êtes fait élire, que la paix est revenue, que vous dites que vous êtes démocrate, il peut regagner le Gabon ?

Nous sommes en paix au Gabon. C’est vous qui parlez d’exil. Vous a-t-il dit qu’il était en exil ? À ma connaissance, il n’est pas en exil.

Vu les conditions dans lesquelles il est parti…

Les conditions réelles pour lesquelles il a quitté le territoire relèvent de problèmes médicaux.

Tout le monde sait bien que ce n’était pas seulement pour des raisons médicales qu’il est parti. Il y a aussi des raisons politiques.

Pourquoi ? Était-il pourchassé, inquiété ?

Il a dit qu’il était inquiété.

C’est lui qui l’a dit. En attendant, si vous allez consulter ses militants, on vous dira qu’il poursuit sa rééducation et lorsqu’il aura retrouvé l’aptitude de tous ces moyens physiques, je ne doute pas qu’il revienne au Gabon. Et pour le connaitre un peu, je sais que c’est quelqu’un qui aime l’action.

Donc vous l’attendez ?

Moi principalement non, mais je sais que ses militants l’attendent lui.

Il y a quelques semaines la police, en France, débarquait dans le logement d’un fils de président voisin, celui de la Guinée équatoriale, pour effectuer une formidable perquisition. On parle d’une caverne d’Ali Baba avec tout ce que l’on a retrouvé sur place, et l’avocat de Transparency international, dans l’affaire des biens mal acquis, a dit dans quelque temps peut-être vous aussi, vous serrez inquiété, parce qu’il y aura aussi une perquisition chez vous. Est-ce que vous viendriez si la justice française vous convoque ? N’avez-vous pas peur d’une perquisition chez vous ?

Voici des propos surprenants, car visiblement cette personne en sait plus sur moi que moi-même. Je n’ai aucune inquiétude dans la mesure où pour venir chez moi et perquisitionner, il faut que j’ai un chez moi. Je n’ai pas de biens en France.

Et tous ces appartements, tous ces hôtels particuliers, dont on parle, dont on diffuse des images à longueur de journée ? Vous ne pouvez quand même pas dire que vous n’en avez pas du tout ?

Monsieur Foka, je vous connais de réputation. Certainement avant de débarquer dans votre avion pour Libreville, vous aviez fait vous-même des investigations et je m’attendais plutôt à ce que vous me posiez des questions plus précises, du genre «et votre bien qui se trouve à tel endroit ? Et votre immeuble qui se trouve à tel endroit et votre maison qui se trouve à tel endroit ?» Or, ce n’est pas ce que vous faites. Ça veut simplement dire que vous avez vérifié et vous vous êtes rendu compte que je n’ai pas de biens en France.

Récemment on publiait dans un magazine parisien, les dépenses de votre épouse Sylvia Bongo, qui avait dépensé un million d’euros dans un magasin de luxe à Paris.

Vous voyez monsieur Foka que la méthode est toujours la même : on n’annonce que l’on va bientôt débarquer chez Ali Bongo, alors qu’on sait très bien qu’Ali Bongo n’a pas de biens en France. Mais bon, c’est le scoop. Ça fait bien pour vendre un peu de papier et susciter un peu l’attention, et après on parle des achats de madame Bongo, et on s’étonne qu’elle ait des cartes de crédit. Vous n’avez pas de carte de crédit, vous ?

Je ne peux pas dépenser un million d’euros.

Mais qui vous dit qu’elle a dépensé un million d’euros ?

Les chiffres sont là.

Lesquels et c’est de qui ? Je voudrais faire plusieurs observations à ce niveau là. D’abord, ce n’est pas un crime que d’avoir des cartes de crédit ; ce n’est pas un crime de dépenser de l’argent qu’on a proprement gagné et qui est le sien. A ce sujet je voudrais vous dire que ni madame Bongo, ni moi-même ne découvrons l’argent aujourd’hui. Nous avons travaillé. Mon épouse a travaillé plus de vingt ans et si un certain nombre de personnes faisaient un peu l’effort de venir au Gabon, ils se rendront compte que tous les Gabonais savent que nous avons travaillé. Nous n’avons pas, un jour, débarqué de la lune et découvert l’argent comme on veut bien le dire, et ce n’est pas vrai. Tout ceci n’est en fait qu’une campagne que je ne qualifierai pas, pour détourner l’attention des gens. Ali Bongo est un personnage public, il est aujourd’hui chef de l’État. Qu’on vienne le juger de par son action, et non aller chercher des petits superflus ici et là qui n’ont aucun intérêt à Libreville.

En plus j’aimerai faire remarquer, deuxièmement, nous avons été surpris de découvrir aujourd’hui qu’il existe un nouveau délit. On parle de délit de patronyme. Apparemment je ne porte pas le bon nom, si peut-être je m’appelais Ali Foka, je n’aurai pas les mêmes problèmes que j’ai aujourd’hui.

Mais vous n’auriez pas les mêmes avantages…

Monsieur Foka encore pour une fois, nous avons travaillé pour être là. Ce n’est pas arrivé par le fruit du hasard. Nous avons travaillé.

Pour vous, vous êtes victime du délire de patronyme ?

Je suis victime du délire de patronyme.

Vous n’avez pas peur de cette justice qui avance, puisque cette plainte, aujourd’hui, est recevable en France ?

Pourquoi devrais-je être inquiet ? Je le rappelle encore une fois, j’ai travaillé toute ma vie. Donc, je n’ai pas de crainte par rapport à une quelconque enquête que l’on puisse décider aujourd’hui. Je n’ai pas de biens en France, donc qu’est-ce que c’est ?

En une minute, monsieur le président, puisque le temps tourne très très vite. Nous avons vu venir ici successivement ces derniers temps, Jean Pierre Raffarin, Laurent Fabius. C’était pour la campagne ? Ils venaient chercher les fameuses valises de Bourgi ? Vous aussi vous en donnez ?

Vous voyez comment vous êtes !

Vous savez que c’était la tradition à l’ancienne époque et monsieur Bourgi l’a fait connaitre au grand public. Est-ce que cela continue monsieur Ali ?

Est-ce que, lorsque vous êtes venu me rencontrer, je vous ai donné quelque chose ? Est-ce qu’il est prévu que je vous donne quelque chose quand vous partirez ?

Je ne suis pas un homme politique.

Vous me parlez de tradition. Depuis que moi je suis président de la République, personne n’a vu une seule valise quitter le palais. Monsieur Raffarin et monsieur Fabius sont venus dans un cadre bien précis : un partenariat, un échange avec HEC Paris et dans un programme de partenariat avec notre école d’administration. Ce sont deux personnalités, deux anciens ministres, je les ai reçus. On a échangé nos vues sur la coopération et le partenariat qui existe entre nos deux pays. Il n’y a rien d’autre. Malheureusement, je sais que ce genre d’information ne fait pas scoop, ne fait pas vendre. Il est préférable de dire qu’ils sont venus et qu’il y avait pré-campagne. Ça ne ce passe pas comme ça et ça ne se passera plus comme ça. N’en déplaise à certains, qui, je sais, sont nostalgiques de certaines époques.

Merci monsieur le président

Merci

Retranscription : Loïc Ntoutoume

 
 

47 Commentaires

  1. Yves dit :

    Beaucoup trop de mensonges dans cette interview. Ali prend les gens pour des cons. Sa femme et lui ont gagné quel argent en travaillant honnetement?

  2. loupano g dit :

    mais franchement ce soit disant president imposteur croit reellement que les gabomas sont ses moutons; tous ns savons que tous c ki sort d la bouche desse safado n est que merda.franchement votre epouse travaille ou?kel est sa profession pour depenser un million en une heure.continuer a piller l pays en silence car lheure d la parole approche

  3. MouNziRa dit :

    L’interrogatoire ou interrogatoire!! En etant objectif, il faut dire qu’il se défend bien…le roublard!! “African gangsta” comme dit l’autre…^^

  4. Citoyen libre dit :

    il y a eu 65 % d’abstention : Parce que les gabonais ne veulent plus du PDG et d’ALI.

    Pour vous 34 % de participation c’est normal à une élection législative ?

    ALI reconnait que ” Beaucoup de personnes vont moins aux urnes ” et bien c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas democratie au Gabon.

    • Odzala dit :

      Citoyen libre

      “depuis plus de 20 ans au Gabon comme partout ailleurs, nous avons des taux de participations qui sont faibles et nous le déplorons, mais c’est ainsi. La dernière élection législative que nous avons eue à organiser dans notre pays ne déroge pas à la règle. Les taux sont les mêmes et parfois par rapport aux élections antérieures ces taux sont supérieurs au niveau de la participation, donc il n’y a rien d’extraordinaire”
      Cela revient à dire que si les gens vont moins aux urnes c’est parce qu’ils se désintéressent de la politique et des hommes politiques gabonais..

  5. Herve dit :

    Ces intervenants, sont-ils Gabonais ou pas? L’actuel president est reste Ministre pendant longtemps. Dans les annees 80 il etait deja ministre des affaires etrangeres. Apres tout c’etait les fils du defunt President. S’il nous ment nous le suarons plus tard. Si c’est la verite qu’il dit, c’est bien. Arretons de speculer dans le neant chers compatriotes. Accompagnons le Presient Ali dans la realisation des chantiers qu’il a promis menr a bien, au lieu de se concentrer sur ce qui n’a rien a voir avec le developpemennt du pays. Vous savez boen que ces francais veulenmt toujours du mal a nos presidents africains, pour que l’Afrique continue a demeurer dans le sous-developpement !!! Laissez le Gabon avancer s’il vous plait.

  6. NZAMBA dit :

    franchement continuer à nous prendre pour des cons!!! dépense 655 million en quelque heure, alors que meme 20 petit million auront suffit à repeindre l’université OB qui est crasseux, meme mme OBAMA une grande avocate qui a travaillé dur et qui en decouvre pas l’argent non plus, est loin de ces dépenses allucinant, psff !!et dire qu ‘au gabon en plein 2012 il y a en a qui n on pas l’eau courante,!!!!!

  7. bengone dit :

    pourquoi ces occidentaux continuent à penser que nous sommes dupes. Ils ont plus de prblèmes que nous mais cherchent tjrs les boucs emissaires. Qu’ils commencent d’abord à faire des perquisition chez M. Sarkozi pour l’affaire betencourt.

    Franchement, on s’en moque vraiment de ces histoires de bien mal acquit, la france toute entière est construite des bien mal acquits volé en Afrique. Un jour on vous poursuivra, et vous nous expliquerez la provenance de vos moyens

  8. Mekane dit :

    Vous semblez oublier que sa femme n’a pas besoin de l’argent de l’Etat pour faire ses courses, son père à elle est immensément riche, c’est le 1er à avoir crée une compagnie d’assurances en Afrique et sa compagnie figure parmi les 5 meilleures d’Afrique. Arretez avec votre Kongossa de bas étage

  9. Kinga dit :

    Je pense en toute objectivité que tout ça n’est que distraction pour nous faire oublier les vrais pb.C’est la France (Le PS) qui est entrain de salir l’image de certains pays africains pour avoir la cote…. C’est un calcul purement politique et cela se ressent sur les questions posées par Alain Foka qui sont à mon sens dirigées..

    • Odzala dit :

      Tout ça c’est de la distraction,si Ali avait des biens mal acquis en France, les enquêteurs français qui sont pointus là nous auraient précisé leur localisation géographique… De plus, Ali est fils de président et ancien ministre, en toute logique il ne peut que disposer des ressources financières suffisantes pour acquérir ce qu’il veut…

  10. Avenir dit :

    Monsieur Foka “vous aviez fait vous-même des investigations et je m’attendais plutôt à ce que vous me posiez des questions plus précises, du genre «et votre bien qui se trouve à tel endroit ? Et votre immeuble qui se trouve à tel endroit et votre maison qui se trouve à tel endroit ?» Or, ce n’est pas ce que vous faites”.
    Cette réponse veut tout dire!et est aussi explicite et on ne pourrait faire mieux que ca! Apportez des preuves en Etant concret et précis sur les faits qu’on pourrait lui reprocher!…Et apres tout,tout individu a bien le droit de s’acheter une maison où il veut et quand il veut quand il en a les moyens et qu’il a due travailler dur pour avoir cette argent!
    Que la France et autres pays qui prétendent faire un vrai travaille de fond sur l enrichissement illicite comment d abord par leur pays!Parce que des Biens,ces derniers ont en partout!au lieu de s acharner,de sauter sur l occasion quand il s agit de Président Africain parce qu ils ne veulent toujours pas accepter l arret de la colonisation,le fait qu ils n ont totalement plus d enprise sur certain Président et donc semer le désordre pour pourvoir bien brouter!!!!

  11. loeilkivoit dit :

    Je n’ai pas de biens en France. Mon œil!!! mais nous savons comment cela se passe même si nous sommes des moutons de Panurge on met au nom d’un homme d’affaire français, libanais, marocains etc… et on se cache derrière. N’oubliez pas il y a un oeilkivoit. Quel que soit la durée de la nuit, le soleil apparaîtra.

  12. Landry Bekalé dit :

    Je pense que nous avons un President assez responsable, qui se soucie réellement de son peuple et qui romp avec les vielles coutumes autrement dit les vielles. Le president Ali Bongo Ondimba présente les caractères d’un homme de principe malgré tout ce qui est raconté par ci et là, je reste convaincu comme certain de nos frères que c’est un homme qui a du mérite, et, être president du gabon lui va très bien, malgré toutes calomnies faite autour de lui !

  13. Landry Bekalé dit :

    Je pense que nous avons un President assez responsable, qui se soucie réellement de son peuple et qui romp avec les vielles coutumes autrement dit les vielles pratiques. Le president Ali Bongo Ondimba présente les caractères d’un homme de principe malgré tout ce qui est raconté par ci et là, je reste convaincu comme certain de nos frères que c’est un homme qui a du mérite, et, être president du gabon lui va très bien, malgré toutes calomnies faite autour de lui !

    • Citoyen libre dit :

      Landry,
      je sais que tu ne vis pas comme tous les gabonais dans la misere ton heritage est pret, tu peux ne pas aller à l’ecole pas de probleme, demain tu sera ministre comme ton pere, mais nous autres nous devons travailler dur. Notre seul regret c’est d’etre Gabonais mais fiere d’etre integre.

      • Maixx dit :

        Cher frere Citoyen Libre,

        Ce que je pourrais reprocher a Monsieur Ali,c’est de n’avoir rien fait pour convaincre son pere de qui a vu le pays sombrer maois chaque fois que j’avance cet argument les gens me disent a tord ou a raison que monsieur Ali ne pouvait rien faire.
        Fort de ce qui precede,je me dois de t’encourager a garder espoir et au dela de ttes tes positions de voir que quelque chose change,pas comme on le voudrait mais on tend vers le changement.C’est certes difficilement visible mais les signes le montrent.Je te concede le fait qu’on ne mange pas anotre fain,n’apprend pas comme on voudrait,ne dormons pas comme on le voudrait mais il faut avoir espoir que les choses vont aller bien.Comme qui dirait”l’Espoir fait vivre” et je sais sans risque de me tromper qu’un meilleurs lendemain nous attend.
        la route est longue mais nous y arriverons,a moin qu’il baisse les bras comme nous sommes habitues a le voir.

  14. Paul dit :

    Les questions posées à notre cher president malgré leurs pertinences manquent de certitude, de conviction, sinon d’affirmation. On a plutot l’impression d’entendre des questions basées sur les “on dits”, du coup on croyait assister à une espèce de tribune aux questions calomnieuses sans objectif, ceci juste pour créer une mauvaise polémique. En tout cas nous restons fier de notre president en sens où, il a su repondre avec de la manière à ces questions.

  15. Henry paul dit :

    Laissez notre president loin de vos calomnies ! c’est un homme digne qui mérite du respect ! avec nous sommes convaincu que les choses iront pour le mieux !!! donc vos questions soit disant pertinentes pour moi ne sont que des montages et des provocations.

  16. SAMUEL P. dit :

    Le Gabon moderne est entrain de naître…La route est difficile, mais nous devons reconnaitre, avec modestie les efforts d’un homme.il a la maîtrise de son élément…Il faut être aveugle, pour ne pas reconnaitre que le Gabon bouge.Les actes, il les pose, il inspire espoir et réussite.Mais, le seul handicape est qu’il est en avance par rapport à son peuple.Il faut former les hommes, permettre aux Gabonais de s’épanouir, de voyager…Ouvrir les frontières, faciliter les contacts.Une page est tourné le futur préoccupe les Gabonais et non les histoires des hiboux de l’intelligence…Myope le jour et bonne vision dans la nuit.

    • Le fils de la veuve dit :

      Le premier bien mal acquis de ce gars est la fonction qu’on l’accuse d’occuper. le pays bouge ? Oui à reculons….. Qu’aètèil fait depuis qu’il est là § Rien si ce n’est des expérientations hasardeuses avec ce qu’il nomme agences et qu’il crée dans l’illégalité sans études et juste pour assouvir une soif d’argent et de pouvoir. Quels que soient vos propos et votre cécité, la réalité vous rattrapera bientôt… Vous faites pitié….

  17. Francis dit :

    je pense que même si Ali et sa femme ont gagné leur argent il y a la descence qui demande de faire des dépenses insultantes quand tu es responsable d’un peuple qui manque d’eau, des enfants qui ne vont pas à l’école parceque les parents ne peuvent pas payer, des gens qui mangent une fois par jour etc. quand vous avez autant d’argent à depenser trouver le moyen de ne pas choquer les pauvre que vous dites vouloir sortir de la pauvreté. et pour les élection lui même sait que les gabonais ne croient plus en la valeur d’un vote donc à quoi bon aller voté si le resultat est connu d’avance. Ali à argent qu’il a travaillé d’accord mais qu’évite de nous montrer de trop exibér devant les pauvre gabonais être riche ne veux pas dire être indescent. puisque notre exemple c’est la france voyez ce qu’on reproche à sarko aujord’hui avec ses amis milliardaires, il est obligé de faire dans la modeti (juste pour la campagne)

  18. FRANCIS dit :

    JE PENSE QUE LE CHEF DE L’ETAT EST ENTRAIN DE METTRE EN PLACE DES MODIFICATIONS, DES CHANGEMENTS QUI VONT AVOIR UN IMPACT PROFOND DANS NOTRE PAYS. TOUS LES GABONAIS L’ONT COMPRIS.

  19. NDONG dit :

    Mais le contexte actuel est plus franc et y’a un meilleur dialogue car il n’y plus de duplicité au gouvernement et tous les ministres savent qu’ils sont là pour faire la politique du président Ali, or avant on des ministres opposants et qui jouaient les troubles fetes et empêchaient les choses d’avancer.

  20. LBV-DEVELOPPEMENT dit :

    je pense que vous avez le plein droit de critiquer ou de toujour mal jugé notre PR, s’il y a à verifié vous sortez de très loin!!! mais sachiez tout les Gabonais ne pense pas comme vous… moi personnelment je soutien haut et fort les engagements de S.E Mr ALI BONGO ONDIMBA et Son epouse!!!cher frère Gabonais que vous ete soyez patriotique…merci et que le grand Dieu vous benis…

    • Citoyen libre dit :

      LBV-DEVELOPPEMENT,
      c’est votre droit de le soutenir surtout si sa maniere de gerer le pays vous arrange. Moi je souffre je doit payer les etudes des mes enfants, payer un loyer chaque fin de mois. Le ministre Louembe etait passé à la TV pour nous presenter les fameux 5000 logements et on conste qu’il a changé de ministere sans nous faire le point sur l’avancement du dossier, face à cette maniere de gouverner je ne peu pas soutenir ALI.

    • Guy Massard dit :

      Visiblement nous ne vivons pas dans le même pays. Qui vous a dit qu’un établissement public (ce que vous appelez Agence) peut être sous tutelle de la Présidence ? Qui vous a dit qu’un président peut présider des conseils d’administration comme on voit avec l’ANGT ? Qui vous a dit qu’un décret peut abroger une loi comme on voit avec Ali Bongo ? Qui vous a dit que quelqu’un qui n’a pas créé une association peut la dissoudre comme on voit avec votre président ? Qui vous a dit que le DG d’une banque privé peut gérer un fonds d’investissement privé comme on voit avec Ali Bongo qui nomme le DG de Bicig à la tête du fonds souverain national ? A qui appartient Entraco ? A qui appartient El Rapha ? ça s’appelle affairisme tout ça non…. ? Arrêtez avec vos sornettes : ce gars est en train d’envoyer le pays dans le mur et vous appluadiissez ? pauvre de vous….

  21. ASSOUMOU dit :

    Les blancs et leurs questions à la con là, on sait tous que l’abstention est un problème général et d’ailleurs ce n’est pas seulement au Gabon ou l’on voit des gens refuser de jouir de leur droit. Meme dans les pays développé, les taux d’anstentions sont extraordinaires.

    • Citoyen libre dit :

      Oui mais la question est de savoir pourquoi il y a abstention ?
      C’est pas parce les pays developpés ont des taux d’abstention que nous devons les prendre comme exemple, je crois que c’est le contraire. Nous devons voter pour designer les personnes capables de gouverner. Mais en Afrique c’est celui qui a l’armée qui gagne les elections. le jour que l’armée se mettra au coté du peuple les frais resultats sortiront des urnes et le pays avancera.

  22. LE GABON PERFORMANT dit :

    Ali au vu de ce qu’il fait, constitue pour nous le Gabon performant, le Gabon qui avance et cela dans de nombreux domaines de notre cité. Les diverses reclamations faites telle que la biométrie, une gestion plus transparentes des deniers publique, la modernisation de l’Etat et la valorisation des bonnes pratiques et des competences sont entrain d’etre mises en place.

  23. Mubaty dit :

    En lisant certaines interventions, j’ai du mal a croire qu’ils y en a qui pense que c’est normal ou logique que quelqu’un depense plus de 600 millions de franc CFA en une heure. En tout cas cas vive l’emergence…..

    voici un lien http://www.newsrescue.com/2009/09/ali-bongo-of-gabon-usa-uk-france-and-the-treasure/#axzz1pCiEy0kP

  24. Maixx dit :

    Je n’ai pas calcule combien mme Ali a depense en FCFA mais ce que je pourrais dire c’est que quand on est une personnalite publique de sa tranche il faut faire preuve de retenue face a certaines choses.
    Depenser une telle somme, elle a le droit plus qu’etant immensemment riche mais bon certaines habitudes meritent d’etre retenues tant bien cela ferait mal.C’est aussi ca le revers de la medaille qu’etre Homme publique

  25. La Fille de la Veuve dit :

    Ali Bongo dit qu’il n’a pas de chez lui a Paris. Allez sur le lien ci-après et vous verrez que l’hôtel particulier qui avait été achète 65 milliards de Fcfa a Paris (Rue de l’Université) par l’Etat Gabonais est bel et bien la propriété d’Ali Bongo. Sur ce site de l’UJPDG France on le voit poser avec sa famille dans cet hôtel particulier. A-t-il menti ou alors a-t-il juste un droit exclusif de jouissance sur ce bien immobilier qui n’est donc pas son chez lui ? Il ne faut quand même pas prendre les Gabonais pour des C… !

    http://ujpdg-france.vefblog.net/636.html#JOYEUX_ANNIVERSAIRE_MADAME_LA_PREMIERE_DAME_DU_GAB

    • Citoyen libre dit :

      Un chef d’ETAT qui ment est tres dangereux.
      Il vient de montrer à aux membres de gouvernement de mentir lors de la declarition de leurs biens.
      Bonne exemple d’integrité et de moralité pour l’emargence

  26. de Passage sur terre dit :

    Soyons sérieux chacun gagne sa vie la 1ere Dame a investi et je crois que ça ne rapporte pas des cocos !Son époux était ministre il a pu avoir fait des investissements et son père était président alors s’il a été malin de ne pas dilapider son argent et d’en faire autre chose ou se trouve le mal? elle a dépensé cette somme d’argent et alors? vous ne dépensez jamais? vous allez surement me répondre que pas 655millions mais c’est normal vous n’avez pas le niveau et puis c’est tout. Devenez publique et vous verrez qu’on fera de tout vos geste un problème! Pour l’instant les amis pensons à notre pays à comment il peut évoluer! la différence entre le blanc et le noir c’est ça nous on se détruit et eux ils s’accrochent les uns aux autres d’ailleurs au USA il existe un monument de ce genre deux noirs sur un cocotier un qui est bien avancé et son frère noir qui tire son pieds pour qu’il chute et deux hommes blancs un qui fait la courte échelle à l’autre pour atteindre le butin. Evoluons pardon(au passage l’argent de SBO c’est pas l’argent de l’Etat pour qu’elle vienne repeindre L’UOB=)on va tout faire à l’UOB les gens sont aussi sales donc pardon ne venez pas gazer à peine on va faire un truc vous allez encore repeindre à votre façon les vieux cocos laissez la place aux plus jeunes pardon depuis là vous ne partez pas des logements tchiip!bande de voyous!======C’est l’Etat qui est responsable de tout ceci en particulier aller parler à votre administration y a un budget pour tout)

    • Citoyen libre dit :

      de Passage sur terre,
      J’espere quand elle depense cet argent elle ne se prensente pas en tant que la 1ere dame du Gabon ?
      Parce que si l’on compare la vie des autres Dames du Gabon c’est honteux. Depenser 1 million d’euros pour faire le Shopping c’est pas normal, il fait qu’elle ait un peu de pudeur.
      Meme si epoux etait ministre integre ce n’est pas en depenssant autant d’argent que les gabonais vont la respecter.
      ALI doit la mettre a sa place, ce n’est pas digne d’une 1ere dame.
      Elle resemble maintenant a l’epouse de Moubarak ( Egypte)

  27. Jean ONDO dit :

    Moi je demande la preuve des alégations comme quoi Cette dame a dépensé . Ils écrivent elle aurait, donc au conditionnel. c’est absurde. arrêter de croire ce qui est écrit sans preuve. Nous les africains ne sommes pas des idiots. J trouve notre président brillant.
    BMA et leur influence médias parisiens c’est de la propagande et du journalisme façon KGB :

    La désinformation est un ensemble de techniques de communications visant à donner une fausse image de la réalité, par exemple dans le but de protéger des intérêts privés ou d’influencer l’opinion publique.
    L’utilisation de faux documents, destinés à semer des doutes ou à accréditerune thèse, est l’une des méthodes de désinformation la plus répandue.
    On vous connais……
    Marre de votre arrogance de petits blancs

  28. La Fille de la Veuve dit :

    La pauvre jeune Dame que je suis a passé une nuit sans sommeil à essayer de comprendre pourquoi la rédaction de Gabonreview avait mis des guillemets au mot interrogatoire dans le titre de cet article. Au petit matin, comme une révélation tout est devenu clair à mes yeux. Ce que semblait vouloir nous indiquer la rédaction, c’est le caractère artificiel de cette interview qui sous la forme d’un interrogatoire n’est en définitive qu’une excellente opération de communication politique rondement menée par Ali Bongo Ondimba et Alain Foka, avec la complicité bienveillante de RFI et France 24.

    Démonstration :

    • Toutes les questions posées ne le sont en réalité que pour permettre a Ali Bongo Ondimba d’apporter un démenti a ce que la presse, notamment la presse française a dit sur son compte ces derniers mois. Le quotidien français « Le Parisien » fait état de ses biens mal acquis et des dépenses somptuaires de son épouse, Alain Foka lui offre l’occasion d’y répondre. Et c’est pour cette raison que le journaliste ne le relance jamais vraiment sur le fond.

    • André Mba Obame serait-il inquiété par Pouvoir établi au Gabon. Pas du tout, il est juste malade et comme c’est un combattant, une fois rétabli il entrera normalement au pays de pays et de démocratie qu’est le Gabon. Alors que nul n’ignore que le B2 se chargera de lui à dès son arrivée à l’aéroport de Libreville.

    • Les élections législatives, une vraie réussite. Il n’y a pas plus d’abstention qu’ailleurs, 65% et non 90% comme le disent tous les observateurs, et le boycott de l’opposition et de la société civile est juste un petit épisode politique sans conséquence.

    Les vraies questions ne sont jamais posées :

    • Le bilan économique et surtout financier de la CAN ?

    • Les suspensions de TV+ et Echos du nord dans un pays qui se réclame être une démocratie ? (Même la solidarité traditionnelle entre hommes et femmes de presse a disparu)

    • La dissolution du principal parti politique de l’opposition qui permet aujourd’hui au PDG d’être le seul Groupe parlementaire de l’Assemblée Nationale du Gabon avec 106 députés sur 120. Seul le Régime de l’Apartheid permettait une telle situation.

    • Et pour bien confirmer qu’il s’agit d’une interview et non d’un travail de communication, la dernière question permet à Ali Bongo Ondimba de certifier qu’Alain Foka n’a pas reçu de mallette. Au cas où certains esprits malveillants venaient à le penser.

    Honte a toi Alain Foka. Grace a Gabonreview, on te voit clair !

    Merci à Gabonreview de nous permettre de ne pas être naïfs.

  29. La Fille de la Veuve dit :

    Pour etre plus clair, croyez-vous vraiment que si Africa 24 voulait interviewer Ali Bongo Ondimba, c’est Alain Foka qui n’est pas journaliste de cette chaine qui aurait ete commis.

    France 24 ne manque pas de journalistes, des vrais !

  30. Alain dit :

    Ali dit avoir travaillé dur au moins 20ans avec son épouse, eh bien mes parents ont travaillé 50ans et jamais ils ne pourront dépenser un million d’euros en une journée. Tiens, peut-il nous rappeler à combien s’élevait leur salaire gagné si laborieusement à la sueur de leur front? Que l’on cesse de nous faire croire que l’affaire des bien mal acquis n’est qu’une vue de l’esprit in ventée de toutes pièces pour des raisons politiques. Que les coupables soient traduits en justice et les biens restitués à l’état gabonais… c’est tout ce ke nous attendons de la justice française.

  31. louise dit :

    Bravo M.FOKA pour la pertinence de l’interview.J’avoue que le Président Ali Bongo Ondimba a passé l’épreuve avec mention très bien. Toutes mes félicitations!!!!!!!!!!!!!!

  32. Armel dit :

    y a du vrai et y a du faux, mais vue tout ce qui c’est passé et les choses qui doit disant change alors qu’elles sont juste masquées, que devrions nous penser de tous ce qu’Ali Bongo a dit??

  33. Madiba23 dit :

    Celui qui a travaillé durement pour gagner des sous connaît plus que quiconque la valeur authentique de l’argent. Et de ce point de vue ne peut se permettre une telle dilapidation, un tel gaspillage et une telle indécence. Notamment dans un pays un pays où 80% d’une population d’à peine 1,2 million d’habitants croupit dans la misère. Comment un homme normalement constitué peut soutenir de telles exactions? Parce qu’on reçoit les miettes qui tombent de la table des maîtres on se permet de soutenir l’insoutenable, on devient aveugle, on perd la raison?
    Vanités des vanités!

  34. AIR dit :

    Interview ou interrogatoire, on s’en moque. Les vraies questions sont : ou sont les 5 mil logements? Ou est la compagnie aérienne qui devait voir le jour avant la can 2012? Pourquoi ne parle-t-on pas de l’opposition à Gabon télévision ? Pourquoi ne clôt-il pas le débat sur sa filiation avec Omar BONGO, en faisant un test ADN ou en produisant un acte de naissance cadrant avec la réalité ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW