Constructeur notamment du Mausolée Omar Bongo à Franceville, le turc Enka a saisi un tribunal fédéral suisse, le 27 octobre 2018, en vue de confirmer une décision de justice rendue en septembre dernier par la Cour internationale darbitrage de la Chambre de commerce internationale. Le Gabon doit payer 27 milliards de francs CFA à lentreprise de construction pour rupture de contrat.

Chantier du mausolée et de la mosquée Omar Bongo, en juin 2014 : Enka assure y avoir consacré 1.000.000 d’heures de travail et 1.150.000 heures, jusqu’à fin novembre 2014, dans un projet de Palais présidentiel. © enka.com

 

La réputation du Gabon quant au non-respect de ses contrats est une nouvelle fois confirmée avec l’affaire l’opposant à l’entreprise Enka Insaat ve Sanayi AS, dit Enka. Dans le cadre d’un différend avec cette société turque de construction, le Gabon a été condamné par un tribunal suisse de la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale, en septembre dernier, à verser 47 millions de dollars (près de 27 milliards de francs CFA) à Enka.

Remontant à 2016, le différend porte sur le paiement de contrats de construction à Libreville. Dans les faits, le Gabon et l’Agence nationale des travaux d’infrastructure (ANGTI) avaient rompu trois contrats avec l’entreprise de construction. Conclus en 2013, ces contrats concernaient la construction d’un palais présidentiel, d’un mausolée, d’un centre de conférences et d’autres structures. Des matériaux dont des tonnes d’acier avaient été importés, du personnel qualifié et de l’équipement technique mobilisés pour, au final, déboucher sur une mésentente. Les deux parties avaient finalement convenu d’un paiement à Enka, par tranches, jusqu’à ce que soit atteint le montant total dû : plus de 46 millions de dollars. «Le Gabon a versé 7,8 millions de dollars (près de 4,5 milliards de francs CFA, ndlr), mais na effectué aucun paiement ultérieur», déplore Enka, estimant que le pays ne fournit aucun effort pour s’acquitter de sa dette.

Le 27 octobre dernier, Enka a donc décidé d’accélérer le processus de recouvrement en saisissant un tribunal fédéral devant confirmer la sentence rendue auparavant par la section Suisse de la Cour Internationale d’Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale.

Le tribunal a rejeté l’argument du Gabon selon lequel ses obligations de paiement devaient être levées en raison des tensions économiques dans le pays, et a conclu que le Gabon devait indemniser Enka pour certaines obligations fiscales et de sécurité sociale. Enka affirme que le Gabon a déclaré qu’il paierait 19 millions d’euros (près de 12,5 milliards de francs CFA) à la société d’ici la fin de l’année. Une offre réduite refusée par la société, qui a ainsi demandé au tribunal de prononcer un jugement à l’encontre du Gabon et d’ordonner au pays de payer des intérêts supplémentaires et des honoraires d’avocat.

 
 

8 Commentaires

  1. ADN dit :

    Je trouve cette situation vraiment regrettable.Les gens meurent de faim au Gabon et les gouvernants de ce pays mettent beaucoup d’argent dans des projets qui n’en valent pas vraiment la peine. PAUVRE GABON.

  2. Fayo dit :

    Vraiment autant d’amateurisme. C’est impossible. Seigneur, oh notre Dieu, Ali ne doit pas revenir au pouvoir. En plus des détournements, des surfacturations, le Gabon continue à payer cher son statut d’état voyou et escroc. Dieu entend nos cris, entends nos prière le développement de notre pays est encore entrain d’être retardé pour des décennies. Le pays régresse et la misère et la désolation prend du terrain. quand nous viendras-tu au secours. Ne te souviens pas de nos fautes mais pardonne nous et délivre ce pays.

  3. Mazozo dit :

    Ahh Teta nzambé, voila encore une nouvelle que quand Ali va entendre, il va retourner dans le coma…

  4. AIRBORNE dit :

    Voila pourquoi on traite le gabon d’Etat voyou. Ces ignars et inccapables sont allés prendre des engagements qu’ils n’honorent pas, vraiment vous memes les pdgistes emmergents, mogabistes, ajeviens, est ce que c’est serieux. Le gabon est endetté pour qui, puisse que cela ne profitent à personne, voila une ardoise de 27 milliards que le Gabon doit payer, mais enfin ce mausolée et mosquée à la mémoire d’OBO c’est la famille Bongo, Dabany, Asselé, Idriss, Issibadjo, Engandji, Opiangha qui doivent payer ca, cela n’a rien avoir dans le budget, à moins qu’il aille piocher ça dans le budget du ministère de la défense où Ali se sert à l’aise puisque les imbéciles et troubadours de généraux des forces de defenses sont des bénis oui oui.

  5. Plutonium 241 dit :

    L’art de prendre les décisions maboules, le Gabon émergent, ses décideurs, ses responsables,ses défenseurs..Les si grands managers émergents auraient ils été formés par le CUSPOD (ou un équivalent aussi bidon) ? vraiment Beaucoup de similitudes dans la médiocrité de l’action comme dans les justifications des gouvernants.pitoyable…

  6. BSerge Okogo dit :

    Le Gabon est un pays laïque,il ne peut donc s’impliquer dans les constructions des mosquées et des églises.En conséquence, la communauté musulmane du Gabon prendre en les frais de construction relatifs à leur lieu de culte.

  7. Michel dit :

    Juste pour savoir le nombre d heure de travail , c est le cumul du temps de travail de l ensemble des travailleurs ou quoi , parceque
    1000000h/24h= 41666 jours
    41666joursv/365jours =114 ans

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW