300 familles environ dorment à la belle étoile depuis leur expulsion des logements sociaux d’Angondjé qu’ils occupaient illégalement.

Les nouveaux SDF d’Angondjé. © Gabonreview

 

Les déguerpis des logements sociaux d’Angondjé et Bikélé, en tout cas une bonne partie, vivent désormais dans la nature depuis leur expulsion le 27 décembre dernier. Après avoir été expulsés des logements qu’ils occupaient illégalement depuis plus de six mois, ils sont désormais livrés aux intempéries, car sans toit.

© Gabonreview

«Sur 800 familles déguerpies il y a une semaine, 300 familles environ vivent là aux abords de la cité. On s’offre désormais un sommeil à la belle étoile, n’ayant aucun endroit où aller habiter», a confié Yvette, une déguerpie.

Il suffit de s’y rendre pour constater qu’à la tombée de la nuit, de nombreuses familles privées d’un abri décent, préparent de quoi manger, apprêtent leurs matelas pour un sommeil au lendemain incertain. Sans garantie de sécurité ni contre les intempéries ni contre les brigands, ils affrontent courageusement ce qu’ils qualifient de «manque d’humanisme». Leurs enfants inscrits pour la plupart au sein des établissements environnants, donnent le sentiment d’être marqués par cette situation insoutenable.

Le long de la façade de la cité, des abris de fortune hébergent des familles entières. A côté d’eux, leurs effets regroupés en ballots. Un décor digne d’un camping pour réfugiés. Les commodités d’hygiène ayant atteint les limites de l’exécrable. Certains  craignent l’apparition de maladies que pourrait causer la pollution de leur environnement immédiat. Sur les raisons de cette errance, ils évoquent le peu de moyens à leur disposition pour pouvoir louer une maison dans les quartiers de la ville.

«On nous a sorti des maisons pour rétrocéder les maisons aux ayants-droit. Mais ceux-ci ne semblent pas vouloir intégrer les maisons. Ils préfèrent les sous-louer à d’autres personnes plutôt qu’à nous qui sommes dans le besoin. Après nous avoir nourris d’espoir, en nous faisant remplir des formulaires, on est jeté dehors comme des malpropres», s’est indignée Mme Diop, une autre déguerpie.

Pourtant dans les logements, très peu d’ayant-droits ont intégré les maisons. Approchés, les personnes rencontrées sur le site, ont marqué un refus de présenter leur contrat d’acquisition, préférant nous renvoyer vers la Société nationale des logements sociaux (SNLS). Parmi eux, certains seraient prêts à revendre leurs contrats d’habitation. « C’est la preuve qu’ils ne sont pas dans le besoin », s’est-elle offusquée. Dans l’espoir de parvenir à une issue heureuse, les déguerpis en appellent à la magnanimité du chef de l’Etat, estimant leur faute pardonnable.

Auteur : Alain Mouanda

 
 

3 Commentaires

  1. Emeno dit :

    C’est vraiment une honte de traiter des familles de cette façon.Franchement qu’elles aillent camper au stade de l’émergence.Comme ça il réagira “peut-être”.

  2. 100% gaboma dit :

    Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. à force de jouer avec le feu, on fini toujours par se brûler. Qui vous avaient envoyés?

    • Akébé Vite !!! dit :

      Il parait que l on “aurait identifie ” les auteurs 2 ces forfaitures ce qui veut dire que ces compatriotes ( s ils sont Gabonais) sont des victimes a ce titre il y a d autres façons 2 les traiter surtout si “les accusateurs” sont aussi les auteurs 2 leurs turpitudes.Il est à noter que “les squatters” sont doublement (voire triplement) victimes 2 la situation 1)-certains se sont clairement faits rackettés par des agents du ministère 2 l habitat pour avoir 1 toit (c’est leur habitude dans tt domaine dès qu’ils vous sentent dans le besoin)2)-pendant la durée du “squatt” ils payaient divers intermédiaires tjrs 2 l’habitat qui leur faisaient miroité qu’ils resteraient à condition de manifester leur indéfectible et inaliénable soutien à… 3)-lorsque tt le monde s’est rendu compte que les logement avaient été érigés sans eau ni courant que des interrogations fusaient les mm responsables 2 l’habitat ont ourdi 2 mettre sur le dos des squatters tous leurs méfaits et eux sont devenus les agneaux à virer pour enlever leurs péchés c est désormais fait (on les a chasses ) maintenant la suite c est quoi? -Leur flagrante detresse n est-elle pas la preuve que quelque chose (2 bien plus grave) ne va pas ?-Que faisait 1 telle quantité de tuyaux disponibles à proximité pour être subitement incendiée au lieu d’être installée ?-Personne jusque là n’explique pourquoi ces logements n’avaient ni eau, ni courant , ni quelle dispositions avaient été prises pour empêcher qu’ils soient occupés illégalement?
      -la “botte” de la situation de fait étant aussi 1 habitude maison du ministère concerné.
      A toutes ces pertinentes questions on ne peut pas juste répondre : le hasard. Si c’est de l’incompétence ou du laisser-aller convenez avec nous qu’on puisse s’étonner 2 rêver obtenir des résultats différents avec les mm équipes en place.

      https://www.gabonreview.com/blog/logements-sociaux-occupation-illegale-site-dalhambra/

      https://www.gabonreview.com/blog/gare-aux-arnaques-immobilieres/

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW