Comme promis deux mois plus tôt par le vice-Premier ministre en charge de l’Habitat, l’opération de déguerpissement des squatters des logements sociaux  a été lancée ce 27 décembre.

 

Les forces de l’ordre opérant sur le site d’Angondjé, le 27 décembre 2016. © D.R.

Dans l’application de l’ordonnance en exécution rendue par le tribunal de première instance de Libreville, les forces de police ont lancé, ce 27 décembre, l’opération de déguerpissement des squatters d’Angondjé et Bikélé.

Etant donné les significations d’ordonnance qui étaient exécutoires sur minutes, au regard des délais supplémentaires qui ont été accordés par le vice-Premier ministre en charge de l’habitat, «grande est notre surprise de constater que ces familles font dans la résistance», s’est étonné l’huissier en charge du suivi de l’opération.

Les policiers affichent plutôt une présence dissuasive. © Gabonreview

«Là nous sommes dans la phase exécutoire. A cet effet, nous avons requis le procureur de la République afin de disposer des éléments des forces de l’ordre comme l’indique la loi. Ils nous accompagneront dans l’opération, car nous passons dans l’exécution forcée», a indiqué Cynthia Nzang Meye.

L’opération se déroulant simultanément sur les sites d’Angondjé et de Bikélé concerne plus de 700 maisons. La police déployée ce 27 décembre a agi avec le mandat de ne brutaliser personne. Visiblement coopératifs, les occupants illégaux ont, pour un bon nombre, céder les clés de leurs maisons, sauf qu’ils ont décidé d’un commun accord avec l’huissier, d’extraire leurs biens une fois qu’ils disposeront des moyens logistiques pour le faire. «Des gardiens ont ainsi été affectés pour veiller sur ces maisons sur une période d’un mois. Passé ce délai, plus aucun recours ne sera reçu en cas de perte», a précisé Cynthia Nzang Meye.

N’empêche, les occupants illégaux des logements sociaux espèrent une nouvelle indulgence des autorités, en cette période de fête de fin, d’année. En attendant, ils n’ont pas cessé de se revendiquer comme faisant partie des plus fidèles soutiens du président de la République et du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) à la dernière présidentielle comme lors de celle de 2009.

Ces logements qu’occupaient illégalement plusieurs fonctionnaires, y compris des agents des forces de l’ordre, étaient donc perçus comme un dû. Ils méritaient de s’y installer en dépit du fait qu’ils n’avaient jamais fait une demande officielle pour l’acquisition desdits logements. C’est notamment l’une des raisons pour lesquelles le groupe de squatteurs a choisi d’accueillir les agents en chantant l’hymne national.

La veille de l’opération, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme et de l’Habitat avait annoncé l’exécution d’un audit au ministère de l’urbanisme, de même qu’il avait indiqué l’imminence d’une action de la force publique dans le dossier des squatters d’Angondjé et de Bikélé, pour l’avoir transmis au procureur de la République, après épuisement de toutes les voies légales préalables.

Bruno Ben Moubamba a ainsi espéré que l’audit sur l’habitat, commis à l’effet d’établir les responsabilités sur l’échec du programme des 5000 logements par an, promis par Ali Bongo, au cours du septennat précédent d’Ali ira à son terme.

Auteur : Alain Mouanda

 
 

19 Commentaires

  1. Jean . jacques dit :

    Bien fait le pays est mal construit et le gvnmt veut faire quelque projet bien struturé.les individus que ce vieillard et sa bande soutiennent pour bloquer les projets du pdt Ali.

  2. Apindji dit :

    Tu touches combien pour écrire ce genre de commentaire ?

  3. Apindji dit :

    … Non parce que Jean.Jacques, à un moment il faut juste faire preuve de sérieux. Ce sont des maquettes 3D sur fonds de panneaux publicitaires que tu appelles des “projets bien structurés” ? La Baie des Rois est où ? Les 5000 logements sont où ? Le site touristique de Nyonyé réunissant les plus grandes chaînes hôtelières est où ? Nkok est où, en dehors des entreprises de la Delta Synergie ? Tu vis en lunettes 3D on dirait. Bon rêve. Le réveil sera brutal.

  4. Maak dit :

    Donc parceque ils soutiennent ali on doit Les laisser La ?mon Dieu quel argument .des gens qui n ont Meme pas essayé de constituer un dossier pour ces maisons Meme rien que pour la forme lorsqu il était temps estiment qu ils ont droit à ces maisons.on est pas sorti de l auberge

  5. diogene dit :

    Je suis abasourdi de constater d’après l’une des photographie, que cette cité n’est pas électrifiée, un câble à terre traverse nonchalamment la chaussée…Non l’absence de chaussée, incroyable il n’y a pas eu d’urbanisation de la zone ! Pour le tout à l’égout j’imagine qu’il n’existe pas non plus, écoles ? Centre de soin ? desserte de bus ?. Cités insalubres,mal pensées, mal conçues…
    Cela sent le détournement à plein nez !

    Quant aux soutiens du candidat malheureux de la dernière élection présidentielle, ils apprennent à leurs dépens combien leur champion est vicieux puisqu’en nommant un membre de l’opposition à l’habitat il lui fait faire le ménage et se lave les mains en publique alors qu’il se les frotte de contentement en privé.

  6. tara dit :

    Donc parce qu’on “soutient” ou parce qu’on a voté pour le président ça vs donne le droit d’occuper des maisons arbitrairement mais dans quel monde vivons nous??? vs êtes des pères et des mères de famille vs avez la responsabilité de veiller à la sécurité alimentaire …. de vos familles ça vous coute quoi d’aller louer des maisons comme tout monde pire vs vs souciez pas que des gens ont mis leurs mains dans la poche pour acquérir ses maisons et vs comme ça vs venez vs installé vraiment.

    Vs auriez pu profité du temps que vs étiez labas sans payer de loyer de monter un petit truc quelque part mais rien mais l’époque est fini bravo Bruno BEN MOUBAMBA ce n’est que l’acte 1 continuer les gabonais vs regardent et vs encouragent ce pays doit changer et il va changer on ne fait d’omelette sans casser les œufs.

  7. MWANE NYAMBI dit :

    Bien fait!!! Bongo père nous avait habitué à la paresse et à l’irresponsabilité, il est temps de changer nos manières de penser et de vivre.
    Parmi ces occupants illégaux, nombreux sont ceux qui ont des salaires faramineux mais préfèrent entretenir leurs maîtresses au lieu de penser à construire.

  8. Le Juste dit :

    Pour une fois je dis bravo.

  9. JEAN - JACQUES dit :

    un sociologue disait” Il ya certain peuples qu’il faut tenir avec la main de fer” certains gabonais font parti, on a dit changeons d’abord nos mentalités avant de parler du developpement ou democratie. quand vous écouter votre vieillard ping critiqué le projet de la marine il n’aime pas ce pays, Duadai qu’il partait avec Pascaline c’est par ce que c’est bien construit avec des grattes ciels impressionants on se demande si c’est les hommes qui ont construit ses immeubles ou grattes ciels.

    le Gabon est le pays ou certains citoyens refusent le maitre qui veut prendre le risque d’enseigner, c’est ce q’Ali fait il prend le risque de construit le pays, mais certains voyous veulent toujours sabotter et rester dans les maisons en plaches sans douche dans les herbes, pour manger les hérissons, et chimpazé .

    et le malade mental qui parle de maquettes faut mieux les maquettes comme vous etes les partisants du refus. que rester sans maquettes.que tous ceux qui se proclament opposants non jamais penser à faire au moins les maquettes. dites nous si notre vieillard Adiaenot qui etait ministre de l’habitat s’il a fait meme un petit dessin au crayon?

  10. Le Villageois dit :

    Je me demande pourquoi vous vous sentez obligé de commenter chaque article. Très souvent vous le faites avec une légèreté et un manque de sérieux grotesques…. Vous prenez en exemple certains pays qui ont réalisé des “grattes ciels impressionnants” pour reprendre vos propres mots. Connaissez-vous l’histoire de ces pays ? J’en doute ! Toutefois sachez que ces pays ont donné l’eau, l’électricité et les routes à leurs populations avant de se lancer dans la construction de ces monuments de qui vous font rêver. La prioritisation des investissements est fondamentale en gestion pour réussir un développement cohérent.

  11. JEAN - JACQUES dit :

    le villageois en te lisant il faudrait lire beaucoup pour que tu sois un citoyen bien informé. eau et courant que tu parle ne peuvent arriver chez chaque citoyen que si seulemet si le pays avait un plan d’urbanisation qui permet aux techniciens de faire les installations sans problemes. quand le gvnment pense à faire quelque chose positive on encourage les bantits à bruler ou occuper illégalement. comment esperer bien vivre?

  12. cevance mouss dit :

    Donc c est une victoire. En lisant cela j ai comme l impression d assister à un guerre. Cependant il est vraiment désolant tu habille un enfant, le lave, lui donne à manger et c est lui qui est le premier à te poignarder. Donc il est vraiment vrai que lorsque le chien est transformé en homme, il devient autre chose et oublié le passé

  13. cevance mouss dit :

    Mon père Omar bongo avait dit je peux faire d un CHIEN un MINISTRE. Et PAPA nous te pleurons nous tes enfants. Et c est ce que nous observons. Tu étais un Grand. Ce ministre est vraiment ambigus. Merci

  14. kevin dit :

    Mais franchement c decevant quel courage ‘d’aller sqatter en plus la plupar sn
    militaire,ils avaient deja installe des bar pour vendr des bierre,c vrai kon peu trouver des failles a tou gouvernemen mais la les squatters sont tombe si bas,dabord ils se sont fait anarke par une mafia ki leur a pri largent pour les cle d di logement avec ces association improvise,d’ailleurs les deux responsable d ses associations doivent etre entendu par la justice vu leurs acharnement suspect parce kil ne se sont jamais installe dans les logements,bravo ben moubamba pour ta determination malgre lintimidation,t

  15. a dit :

    Il faut beaucoup d’audace pour se lever un bon matin pour aller squatter un logement qui n’est pas à nous. Mais quant à déguerpir les gens à la veille des fetes de fin d’année c’est assez cruel. Ou vont loger toutes ces familles mises à la rue?
    cela montre encore combien les gabonais souffrent dans leur propre pays. Chaque gabonais a droit à un logement décent. Force est de constater que notre politique de l’habitat laisse à désirer.

    • Akébé Vite !!! dit :

      Il est à noter que “les squatters” sont doublement (voire triplement) victimes 2 la situation 1)-certains se sont clairement faits rackettés par des agents du ministère 2 l habitat pour avoir 1 toit (c’est leur habitude dans tt domaine dès qu’ils vous sentent dans le besoin)2)-pendant la durée du squatt ils payaient divers intermédiaires tjrs 2 l’habitat qui leur faisaient miroité qu’ils resteraient à condition de manifester leur indéfectible et inaliénable soutien à… 3)-lorsque tt le monde s’est rendu compte que les logement avaient été érigés sans eau ni courant que des interrogations fusaient les mm responsables 2 l’habitat ont ourdi 2 mettre sur le dos des squatters tous leurs méfaits et eux sont devenus les agneaux à virer pour enlever leurs péchés.
      -Que faisait 1 telle quantité de tuyaux disponibles à proximité pour être subitement incendiée au lieu d’être installée ?
      -Personne jusque là n’explique pourquoi ces logements n’avaient ni eau, ni courant , ni quelle dispositions avaient été prises pour empêcher qu’ils soient occupés illégalement?
      -la “botte” de la situation de fait étant aussi 1 habitude maison du ministère concerné.
      A toutes ces pertinentes questions on ne peut pas juste répondre : le hasard. Si c’est de l’incompétence ou du laisser-aller convenez avec nous qu’on puisse s’étonner que “votre brillant VPM” puisse obtenir des résultats différents avec les mm équipes

      https://www.gabonreview.com/blog/logements-sociaux-occupation-illegale-site-dalhambra/

      https://www.gabonreview.com/blog/gare-aux-arnaques-immobilieres/

  16. Jr dit :

    Je dis bravo à Ben Moubamba, au nom des compatriotes qui ont régulièrement rempli les formalités pour obtenir les logements sociaux et qui attendaient simplement qu’on leur remette les clefs. N’en déplaise à ceux qui défendent les squatteurs comme on défend le diable. Mais le travail net pas terminé. Il faut terminer les travaux de construction et nous remettre nos logements.
    SOUTIEN TOTAL et bon courage.

  17. Jr dit :

    Dans cette affaire, tous les projecteurs étaient braqués sur les squatteurs. Personne ne se souciait le moins du monde de ceux qui ont entrepris le démarches et à qui les logements avaient été attribués. Personne ne voulait entendre leur voix, personne ne plaidait leur cause. Alors on ne peut que soutenir les personnes qui ont eu à cœur de leur rendre leur droits.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW