Les partis d’opposition de l’Union des forces du changement (UFC) se sont rendus, le lundi 15 octobre 2012, à la Cour constitutionnelle. Ils tenaient à prendre à témoin cette institution face au retard accumulé par le ministère de l’Intérieur dans l’exécution des décisions arrêtées pour la mise en place de la biométrie dans le processus électoral au Gabon.

Marie Madeleine Mborantsuo, président de la Cour constitutionnelle - © D.R.

Cette nouvelle rencontre (informelle) entre certains partis de l’opposition gabonaise et la Cour constitutionnelle a donné l’opportunité aux leaders de l’UFC d’indexer le ministère de l’Intérieur sur la non-application du cahier de charges arrêté. Ce qui a permis à Marie Madeleine Mborantsuo, président de la haute juridiction, de reconnaître que le ministre n’a pas respecté les engagements pris lors de son dernier passage dans cette institution.

L’UFC, représentée entre autres par Jules-Aristide Bourdes-Ogouliguendé du Centre pour la démocratie et la justice (CDJ), Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti social démocrate (PSD), Séraphin Davain Akouré de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG), a relevé ce qui, de son point de vue, constituent des dysfonctionnements pour la mise en place du processus électoral. Elle récuse en effet, le retard pris dans l’enrôlement des électeurs, dans la mise en place de la commission nationale tripartie relative à la protection des données biométriques à caractère personnel.

«Nous sommes surpris que la commission ne soit pas mise en place», ont-ils fait remarquer avant d’ajouter à l’endroit des membres de la Cour : «vous conviendrez avec nous que tout ce qui est mis en place sans cette commission, tout ce que nous entendons ici et là, à l’exemple de la Cenap (Commission électorale nationale autonome et permanente) qui nomme des représentants, tout cela est fait sur quelque chose d’inexistant».

Souhaitant par ailleurs une réforme urgente de la Cenap, ils ont précisé que tout ce qui est fait jusqu’ici par le ministère de l’Intérieur, est nul et de nul effet. Ce pourquoi ils ont refusé de répondre aux sollicitations du ministre de tutelle afin de ne pas cautionner l’illégalité.

Ce groupe de formations politiques continue de réfuter la non-prise en compte des électeurs au moment du vote dans les bureaux et réclame la mise en réseau de l’ensemble des serveurs, ainsi que la détention du code source par toutes les toutes parties (Gouvernement, Opposition et Majorité).

Au-delà, l’UFC ne comprend pas comment l’on va dépenser 20 milliards de francs CFA pour enrôler 350 à 400 000 électeurs alors que le Cameroun voisin n’engage que 7,8 milliards de francs CFA pour 8 millions d’électeurs. Une raison pour ce groupe de remettre en cause le choix de Gemalto, l’entreprise, commise pour ce projet.

Marie Madeleine Mborantsuo a donné raison aux membres de l’opposition par rapport au retard accumulé par le ministère de l’Intérieur. «Le ministre n’a pas pu respecter les engagements pris devant la Cour», a-t-elle déclaré avant de fustiger le fait qu’il y ait eu des nominations au sein de la Cenap. Ce qui l’a conduit à affirmer qu’aucune raison ne justifie le fait que la commission nationale tripartie ne soit pas déjà en place. «Tant que le ministère ne le fait pas, les nominations qui sont intervenues avant n’ont pas de raison d’être », a conclu le président de la Cour Constitutionnelle.

Une rencontre imminente a été annoncée avec le ministre concerné Jean François Ndongou qui avait annoncé que les prochaines échéances locales devront se faire sur la base de la biométrie.

 
 

5 Commentaires

  1. Gabao.kool dit :

    Marie Madeleine Mborantsuo est sous les ordres de qui, lorsque l’UFC fait appel à son secours pour la résolution du problème de la biométrie? N’est-ce pas tourner au ridicule et montrer ses limites et faiblesses en allant se lamenter auprès d’une institution mal représentée, et ,qui de surcroit, est au service d’un régime que l’on mène le combat contre ? Enfin, que les membres de l’UFC nous disent la vérité qu’ils ont déjà acceptés le Biafrais comme leur “président”, et nous arrêtent leur simulacre, car on ne peut pas combattre l’illégitimité du pouvoir de Ali Bongo à la présidence et, accepter celle de Marie Madeleine Mborantsuo à la cour constitutionnelle.

  2. ni lire ni écrire dit :

    Réclamer la mise en réseau quand on sait pertinemment que les reseau n’est pas encore prêt à atteindre les bureaux de vote les plus reculées, c’est facile…
    On est certain d’avoir ainsi un prétexte commode pour se défiler devant le verdict des urnes.
    Oser affronter le suffrage universel quand on n’a rien à proposer, c’est plus compliqué.

  3. Myboto 1er dit :

    L’opposition gabonaise est une betise. Voila des clowns qui au depart crie a l’illegimite de cette institution mais qui etrangement vont solliciter son aide pour interpeller une autre institution illegitime. Je crois que les opposants se moquent vraiment de leurs fanatiques.

  4. fridrisch dit :

    Les faux opposants du gabo souffrent du transtorno mental. au nombre qu’ils sont,je ne sais pas si manganga, mayila ou myboto ont meme les les boites electronique avant de reclammer les choses qui sont plus compliquées pour vous. la biometrie que vous demandeez pour introduire les données. c’est la programmation et le language de la programmation est en anglais que vous commencer deja à ouvrir vos bouches qui parlent que les betises.je ne sais pas si vous connaissez le language PASCAL, JAVA, MYSQL, PHP? pour citez que ces quelques langages. incapable de gagner les election legislative, pensez vous que avec la biometrie vous allez faire quoi? vous allez toujours perdre, le peuple ne veut plus de votre politique est deja caduque.

  5. fridrisch dit :

    il ya des etudiants gabonais en France qui sont dans les difficultés pas des billets, montrer que vous etes capable de changer les choses, mais toujours la politique, le coup de vie elevé reagissez pour ça. voila les problemes qui concernent tout le peuple, mais seulement la politique pour vos propre interets les egoisites que vous etes, les ensoifés des postes, et nomminations….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW