Après la tournée des cadres du Parti démocratique gabonais (PDG) qui ont sillonné leurs circonscriptions politiques, le tour est venu à l’opposition de se déployer à travers le pays, en vue de promouvoir son idée de conférence nationale. Les membres de l’Union nationale, le parti interdit de Zacharie Myboto, sont aux avant postes, notamment dans le Woleu-Ntem.

Tournée de sensibilisation de l'UFC (ici à Bitam) - © Francois Ondo Edou

En tant que membre de l’Union des forces du changement (UFC), le parti de l’opposition interdit, l’Union nationale, a entrepris, à la suite de la tournée du Parti démocratique gabonais (PDG), une série de meetings dans la province septentrionale du Woleu-Ntem. Il est pour l’opposition question de battre en brèche le discours du PDG contre la nécessité d’organiser une conférence nationale souveraine, de démontrer le bien-fondé de cette grand-messe tant souhaitée, d’argumenter sur la réalité d’une crise politique au Gabon et de présenter l’UFC aux populations.

Partout, le message de l’opposition, surtout des membres de l’Union nationale, est pratiquement le même : «la crise multiforme que connait le pays depuis la présidentielle anticipée du 30 août 2009 ne peut connaître une issue que si les Gabonais se parlent et se regardent les yeux dans les yeux. Il ne s’agit pas de partage de partage de gâteau. Nous ne considérons pas que le Gabon soit un gâteau qu’on doit se partager. Nous voulons à travers cette rencontre entre Gabonais, poser les bases d’un véritable État de droit, d’une véritable république, avec des élections transparentes et crédibles qui doivent aboutir à une alternance au pouvoir. Cela passe non seulement par la biométrie, mais aussi par le mode de scrutin à deux tours, par la limitation des mandats, etc.», rapporte l’hebdomadaire Nku’u Le Messager.

La caravane de l’opposition, dans laquelle on pouvait reconnaitre le Dr Henri Sene Ingueza, l’ex-député Jean-Christophe Owono Nguéma, l’universitaire Fabien Mbeng Ekorezok ou Marc Ona de l’ONG Brainforest, était donc à Mitzic le vendredi 19 octobre dernier, à Oyem le lendemain et à Bitam le dimanche 21 octobre. Elle s’est ensuite rendue à Minvoul, puis à Medouneu.

D’autres meetings de l’UFC ont été signalés, le week-end dernier. Notamment à Moanda dans la Haut-Ogooué, où ont été reconnus Chantal Myboto Gondjout, Michel Ongoundou-Lounda, Marcel Djabioh, Alfred Memine Me Nzué, et à Lambaréné dans le Moyen-Ogooué, avec Paul Marie Gondjout, Raphaël Bandega Lendoye, Daniel Nkombé Lekambo, Jean Pierre Rougou et Georges Mpaga.

Comme pour la tournée du PDG à travers le pays, l’UFC expédie dans chaque province ceux de ses membres qui en sont ressortissants. C’est à ce titre que Michel Ongoundou-Lounda était le chef de file du meeting de Moanda et Paul Marie Gondjout de celui de Lambaréné. Les provinces du Sud Gabon et l’Ogooué-Maritime vont être parcourues par l’opposition à la fin de la semaine en cours. Au terme de ce périple, un meeting est envisagé au siège de la fantomatique Union nationale, à Libreville.

 
 

1 Commentaire

  1. La Fille de la Veuve dit :

    Bravo a l’Union Nationale. Vous montrez ainsi que la liberté ne se donne pas, elle s’arrache.

    Ceux qui ont proclamé votre dissolution vous ont fait le plus grand bien.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW