Le Consortium des entrepreneurs nouvelle génération (CENG) multiplie depuis quelques temps des rencontres avec des responsables d’institutions publiques pour réclamer plus d’attention de leur part dans l’attribution des marchés publics.

Des membres du CENG, dont le président Hans Founguès (2e en partant de la gauche), au cabinet de Nicole Assélé. © Facebook/CNSS

 

Ces dernières années, bien que soumise à un code que sont tenues de respecter les différentes institutions publiques, l’attribution des marchés publics semblent se faire de moins en moins à l’avantage des jeunes entrepreneurs nationaux. Le CENG souhaite que cela cesse. Pour ce faire, le consortium entreprend depuis quelques temps des démarches auprès des hauts cadres de l’administration publique, particulièrement les responsables des institutions. Il s’agit pour Hans Founguès et ses compagnons de rappeler que leurs entreprises existent et aspirent, elles aussi, à travailler au développement du pays.

© Facebook/CNSS

Récemment, le président du CENG et ses collaborateurs ont rencontré Nicole Assélé à qui ils ont présenté leur doléance. Leur objectif, ils ne l’ont pas caché, était de dire leur disponibilité pour les futurs chantiers initiés par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Si le directeur général s’est refusé à leur promettre quelques avantages dans le cadre des prochains appels d’offres publiques, Nicole Assélé a rappelé aux membres du CENG que leurs dossiers seront examinés au même titre que d’autres. Elle leur a également fait savoir que l’attribution des marchés de l’institution qu’elle dirige est désormais exclusivement réservée aux entreprises à jour de leurs cotisations sociales.

Aussi, louant leur initiative, le DG de la CNSS a invité les jeunes entrepreneurs à rejoindre le rang des partenaires et prestataires actuels et potentiels de sa structure. «Cette démarche leur fait obligation de déposer auprès des services compétents du département des Achats de la CNSS, leurs différents dossiers juridiques et tous autres documents administratifs régulièrement constitués», rappelle la CNSS sur sa page Facebook.

Le Consortium des entrepreneurs nouvelle génération a dit pouvoir intervenir dans plusieurs domaines d’activités, allant du BTP à l’hygiène des bâtiments. A ce jour, le groupe compte une trentaine d’entreprises.

 
 

2 Commentaires

  1. Koumbanou dit :

    Si Nicole Assélé règlent les factures comme elle règle les pensions des Gabonais, il y aura des faillites dans l’air !
    Elle a beau jeu de dire qu’elle ne veut travailler qu’avec les entreprises que paient les cotisations sociales alors qu’elle, avec la plus grande brutalité et inhumanité, a privé de nombreux Gabonais de leurs droits à percevoir leurs pensions et ceci de façon arbitraire et illégale.
    Entrepreneurs Gabonais fuyez-la!

  2. Lié José MOUNDOUNGA dit :

    Je reste convaincu du postulat de cette dame à l’endroit des entrepreneurs gabonais, et au delà de l’initiative je loue cette engagement qui ne saurait laissé les PME indifférents. Le temps fini toujours par nous révélé la vérité, reste aux C.E.N.G (Consortium des Entreprises Nouvelles Génération) d’être à la hauteur des attentes car le tissus économique gabonais à besoin d’un renforcement ciblé et structuré, les PME sont des acteurs à part entières du challenge de développement de notre chère nation, le son de cette trompette m’arme de pessimisme…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW