Selon Jean-Rémy Bantsantsa, l’avocat de Jean Ping, si son client n’a pas déféré, mercredi 17 janvier, à la convocation du premier juge d’instruction près le tribunal de première instance de Libreville, c’est parce qu’il «est un légaliste», qui aime que les règles soient respecter pour les appliquer.

Maitres Eric Iga Iga (au premier plan) et Jean-Rémy Bantsantsa, les avocats de Jean Ping (archives). © Gabonreview

 

Jean Ping n’a pas répondu à la convocation du premier juge d’instruction qui souhaitait l’entendre, ce mercredi 17 janvier, à titre de renseignement dans le cadre de l’affaire opposant le ministère public à Pascal Oyougou. Ce refus, les avocats de l’ancien candidat de l’opposition à la présidentielle d’août 2016, l’ont justifié par le caractère «légaliste» de leur client. «Jean Ping n’a pas déféré à cette convocation, non pas parce qu’il défie la loi ou qu’il défie les autorités judiciaires, mais parce qu’il est avant tout légaliste», a expliqué Me Jean-Rémy Bantsantsa.

En «légaliste», l’opposant a estimé que sa convocation n’a pas été «faite dans les règles de l’art». Pour ses avocats, la juge «a agit dans l’illégalité totale», notamment en interdisant à leur client de quitter le territoire national avant son audition. «Lorsque nous avons été saisis de cette mesure, nous avons regardé dans les textes et nous nous sommes rendus compte que madame le premier juge était dans l’illégalité totale», a déclaré Me Bantsantsa, disant avoir initié ces dernières heures deux principales démarches. «La première, a-t-il indiqué, a consisté à adresser un recours à madame le premier juge d’instruction elle-même, pour lui demander de retirer sa mesure d’interdiction de sortie du territoire. C’est un recours gracieux en droit administratif. Mais depuis que nous avons déposé ce recours, il y a deux jours, nous n’avons reçu aucune réponse.»

Estimant que «les droits de M. Ping ne sont pas respectés», ses avocats ont déposé un recours auprès de la Cour d’appel de Libreville, «pour qu’elle statue sur les comportements fautifs de madame le premier juge d’instruction». Cette démarche, expliquent les avocats, est «une procédure de prise à parti du premier juge d’instruction».

En attendant la suite des différentes démarches initiées par les avocats de Jean Ping, l’instruction est suspendue conformément à la loi. L’audition de Pascal Oyougou, elle non plus, n’a pu se faire comme prévu ce mercredi 17 janvier à 9 heures.

Dans une interview au journal français Libération, Jean Ping a justifié son refus de déférer à la convocation par le fait qu’il soupçonnait le pouvoir de lui tendre un piège, «pour essayer de (le) forcer à capituler», alors qu’il se présente toujours «le président élu du Gabon». «Je sais pertinemment quel est leur projet : me convoquer chez le juge, puis m’interpeller. Et ensuite, peut-être m’inoculer un poison dont les effets se feront sentir plus tard», a-t-il déclaré.

 
 

21 Commentaires

  1. Olsen dit :

    Qu’ils essaient de l’interpeller et après on verra. Ils parlent, ils parlent jamais ils ne passent aux actes?

  2. Patrick ANTCHOUET dit :

    Bravo ! Un légaliste n’a pas à aller à la convocation d’une justice non indépendante.

  3. Elvire Massima dit :

    C’est une justice aux ordres.Ping est un légaliste en ce sens qu’ il connaît le droit.il l’a étudié.ce qu’il suspecte c’est utopiques.

  4. Apindji dit :

    C’est ce qu’on appelle “garçon”. Essayez seulement… Franchement !

  5. Léonce Boukosso dit :

    Maitre Bantsantsa vous m’étonnez.
    Jean Ping légaliste ?
    Le légaliste respect loi. Le légaliste obéit à la loi et au droit en vigueur. Vous justifier la désobéissance civile de votre client , en tentant de vous appuyer maladroitement sur le caractère injuste de la décision du juge.
    La loi doit être respectée par tous , sans considération morale ou politique.

    • LURON DE MAYE dit :

      “Quand la loi redevient celle de la jungle, c’est un honneur que d’être déclaré hors la loi.” Hervé Bazin

    • RADJOUMBA dit :

      Mon frère Léonce Boukosso, un conseil, c’est vrai que nul n’est sensé ignoré la loi mais si vous ne maitrisez pas certaines procédures comme moi d’ailleurs, alors de grâce, évitez d’intervenir. Merci!!!

    • le ministre de la justice a tout dit ils sont corrompus.Oui corrompus par les citoyens et corrompus par les tenants du pouvoir.

    • BEYEME dit :

      Mais il s’est fait quand même représenté par ses avocats. Si M. J.PING n’est pas légaliste comme vous le dites, au finish qui l’est? C’est comme si le système vampirique que nous connaissons était au courant de l’importance du déplacement de M. PING. De quoi a-t-on peur? Pourquoi une instruction suivie d’une interdiction de sortir du pays? Ne voyez-vous pas qu’il y a anguille sous roche? Il y a bien des affaires pendantes au pays auxquelles nous voulons des éclaircissements: l’ambassade du Bénin, l’AN, le QG de l’autre, la tentative d’assassinat du Professeur A.O.O., les actes de vandalisme chez ABC, MENGA, les crimes de sang que vous et moi connaissons, les prisonniers d’opinion, les erreurs de casting gouvernemental…
      Alors la loi ne doit s’acharner que sur certains et pas sur les autres là (suivez mon regard)?
      Vous le savez comme moi que plus personne ne croit en notre justice actuellement. Et pis, depuis que l’avocat de l’autre, du PDG est devenu Ministre de cette administration sensible.
      Loin de vous faire une leçon, je n’en ai pas la prétention, mais par moment soyons courageux d’affronter l’injustice palpable.

  6. ébirane dit :

    donc ping fuie la loi. il n’y a rien de légaliste à refuser de se présenter à une convocation du juge surtout lorsqu’on sait que l’on a rien à se reprocher.seulement lorsqu’il envoie les enfants des autres dans la rue et qu’ils se fassent arrêter, il est bon pour tenir des discours chocs à deux balles.

    • Mboung dit :

      “1 gouvernement doit toujours savoir ce qu’il veut. Lorsqu’il parle pour ne rien dire, il nuit à son prestige et à sa considération, et se fait juger sévèrement par le peuple qui l’écoute.” Émile de Girardin ;

  7. BSerge Okogo dit :

    @Leonce Boukosso
    Pour vous,Mr le Président de la République Jean Ping Okoka n’est pas un légaliste, donc un hors la loi. Qu’attendez-vous d’aller l’arrêter ?
    Si Jean Ping n’est pas légaliste, la justice Gabonaise est comment ?

  8. ébirane dit :

    il est inutile de vous rapeler qu’il a une immunité diplomatique pour avoir été président de la commission de l’union africaine, puis homme politique, la procédure de son arrestation est particulière pour l’heure la justice veut l’auditionner pourquoi n’y va-t-il pas?
    les enfants des autres descendent dans la rue à chaque fois qu’il tient ses discours, répondent parfois de leurs actes lorsque ceux-ci sont arrêtés et il ne peut pas vous montrer l’exemple.
    ce ne sera ni la première ni la dernière fois que l’on auditionne un homme politique sus cette terre,et qui rentrent chez eux le soir.
    ou il est homme politique et qu’il réponde lorsqu’on souhaite avoir sa version par rapport à sieur oyougou ou il fait le faux fouillant et c’est ainsi qu’il veut diriger le pays. un poltron.

    • BEYEME dit :

      Qu’on commence d’abord à auditionner M. Pascal OYOUGOU, ne trouvez-vous pas?

    • Pierre Manganga dit :

      Jean Ping ne bénéficie d’aucune immunité diplomatique au Gabon ou dans quelque pays que ce soit. Aucune de ses fonctions antérieures ne la lui accorde. C’est un justiciable comme un autre et, en conséquence, il n’a pas d’autre choix que se rendre à la justice de son pays. C’est cela être légaliste. Il a cru pouvoir défier la justice en quittant le pays pour une réunion au Trocadéro avec ses encocaïnés, alors qu’il était attendu au Tribunal, au motif qu’il a été élevé au rang de président des Gabonais de Facebook.
      Il doit simplement savoir que tant qu’il ne se répondra pas à la convocation qui lui a été envoyée, il ne pourra pas quitter le Gabon ou même Libreville.

      • Mboung dit :

        Tres Cher faquin,
        La pratique est connue feu sur PING, couvre feu sur les criminels !Votre puante (fausse?)componction donne (toujours?) les premiers coupables faisant la morale aux premières victimes c’est du Moutouki HD lorsque les délinquants (séides?) du PDG aliccouroumbessi présentent 5 actes de naissance (falsifiés?),manipulent les bureaux de vote,massacrent les électeurs,assassinent d’autres, dépècent des gens vivants , coupent des organes génitaux ,siphonnent les caisses de l’état , confondent (aussi ?) biens communs et personnels, manipulent les les urnes et leurs résultats,confisquent les médias d’état en s’invitant de force chez vous,imposent des taxes imaginaires pour mieux racketter et pour nous déballer leurs trombines de parasites (voleurs?)Vs êtes ou pour agiter vos arguments (risibles?) d’autorité ?

        “Ce que l’on nomme fermeté chez un roi s’appelle entêtement chez un âne.” Thomas Erskine

        • Pierre Manganga dit :

          Vos attaques contre le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba sont aussi tout à fait risibles. Dites-moi d’où vient la fortune de Jean Ping et consorts, si ce n’est en siphonnant les ressources publiques pendant 40 ans. Pour votre gouverne, puisque vous semblez n’avoir que 9 ans, c’est-à-dire né en 2009, les crimes rituels sont dénoncés au Gabon au moins depuis 30 ans. Et Ping était déjà au cœur du pouvoir PDG au sein duquel il a été membre du Comité Central, Membre du Bureau Politique, Membre du Comité Permanent du Bureau Politique… C’est donc lui le vrai moutouki que vous voudriez recycler pour en faire un produit nouveau ou neuf. S’il y a des voleurs dans ce pays, la famille Ping, père et enfants est au nombre des plus grands pilleurs.
          Que Ping vous raconte, s’il est honnête, comment il a gagné les élections législatives à Omboué, si ce n’est en trichant et en achetant les consciences. Cela vaut pour lui comme pour tous ces octogénaires qui le soutiennent dans sa course effréné contre le mur dans le lequel il va s’écrabouiller. Si ce n’est déjà pas fait.
          Dans tous les cas, il ne sortira pas du Gabon et de Libreville tant qu’il ne se présentera pas au Juge. Il devra rendre compte de ses actes comme le font tous les citoyens ordinaires de ce pays. Un point c’est tout.

  9. beka dit :

    Deux choses observées autour de cette rocambolesque affaire :
    1) Ping n’a plus effectué le voyage dans les délais qu’il s’était fixé. Était-ce l’objectif de cette prise de risques du Juge ? Dans l’affirmative, le but a été atteint par cette opération puisque c’est maintenant, a posteriori, que Ping peut à nouveau circuler ; le reste n’est plus que pures affabulations, un bruit de tonneau vide.
    2)La justice de notre pays vient de rater une occasion de se désolidariser des pratiques qui la discréditent aux yeux du monde entier. C’est dommage, car ce monde entier va craindre maintenant, un peu plus qu’auparavant, de venir au Gabon, même pour saisir une petite opportunité d’affaire.
    En définitive, cette crise post-électorale a coûté (ou va encore coûter) combien au contribuable gabonais ?
    N’est-il pas encore temps, aujourd’hui, de trouver la solution définitive pour régler ce problème et libérer le peuple gabonais des servitudes de cette crise ? Jusques à quand le reste du monde se gaussera-t-il encore en parlant de nous, Gabonais ?

  10. brasiali dit :

    le caractère injuste de la décision du juge…………

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW