Assurant ne subir aucune pression, ni de la part de la présidence de la République ni même de celle du ministre de la Communication, les responsables de Radio Gabon regrettent, ce mardi 20 mars, que les opposants hésitent à communiquer sur leur média.

Le DG de Radio Gabon affirme que ni Alain-Claude Bilie-By-Nze (ministre de la Communication, ici en photo) ni Ali Bongo n’influencent les programmes du média. © D.R.

 

Rarement invitée à couvrir ses événements, Radio Gabon est accusée par l’opposition de faire le jeu du pouvoir, soit par crainte d’être censurée, soit parce que les responsables de ce média public acceptent de suivre les instructions des tenants du pouvoir. Si le climat de méfiance entre les deux parties résiste depuis de longues années, la présidentielle d’août 2016 n’a pas arrangé leurs rapports. D’autant que depuis l’organisation du dialogue national, certains partis de l’opposition ayant accepté la main tendue d’Ali Bongo ont de nouveau accès à la radio publique quand d’autres, refusant toujours de reconnaître sa réélection, éprouvent encore des difficultés à faire confiance au média. Pourtant, Bertrand Ebiaghé Angoué, l’assure, les réalités ne sont plus les mêmes depuis plusieurs mois.

«Il n’y a aucune censure des pouvoirs publics vis-à-vis de ce qui est écouté à Radio Gabon. Il se trouve cependant que le pouvoir a peut-être les meilleurs canaux pour faire parvenir ses désidérata par rapport à l’autre bord politique qu’est l’opposition», affirme ce mardi 20 mars le directeur général du Groupe Radios Gabon.

A la Maison Georges Rawiri, siège des groupes Gabon Télévisions et Radios Gabon, l’on considère donc que la forte présence d’informations liées au Parti démocratique gabonais (PDG), par exemple, est due au fait que le parti d’Ali Bongo «arrive à coordonner ses activités, alors que (Radio Gabon n’est) n’a pas toujours été sollicitée par l’opposition». L’autre raison, tente de justifier Bertrand Ebiaghé Angoué, c’est que «Radio Gabon a des correspondants sur toute l’étendue du territoire (national), et les informations qui (leur) remontent proviennent en général du PDG».

Le patron de Radio Gabon rappelle par ailleurs que la mission du média dont il a la charge depuis janvier dernier est de «répondre aux aspirations et besoins de la population en matière d’information, de communication, de culture et de divertissement», tout en assurant «l’accès de tous les citoyens à la radio». Son média, dit-il,«a le devoir de respecter la pluralité des expressions». Aussi appelle-t-il les opposants «à venir communiquer» sur sa radio.

Dans le dernier rapport de l’Observatoire de la couverture médiatique des élections au Gabon (OCME-Gabon), financé par l’Union européenne via le projet Journalisme en Afrique pour le développement (Jade), Radio Gabon est classée première des radios gabonaises. L’équilibre de son information politique lui a valu d’être notée 5/10.

Le rapport relève toutefois que sur les 45 minutes d’informations politiques observées, «Ali Bongo Ondimba et ses soutiens ont eu droit à 80% de ce temps, temps ayant servi à la diffusion des informations toutes favorables ou neutres pour le président. Les informations en faveur de Jean Ping ont occupé 5% du temps et celles en faveur de l’opposition modérée 15%».

 
 

15 Commentaires

  1. jean- jacques dit :

    Ne regretter rien on a pas les opposants au Gabon , on a tout simplement les mendiants des postes c’est tout.

  2. Mikouma Paul dit :

    Radio Gabon est un organisme spécialisé du PDG au service d’Ali Bongo.

  3. Le maysien dit :

    En effet, qui est ce sclérosé Jean Jacques qui tous le temps navigue à contre courant?

  4. BSerge Okogo dit :

    Jean Jacques, peux-tu nous expliquer pourquoi Bertrand Nzibi et les autres sont en prison ?

  5. kevino dit :

    Lol! radio Gabon, vous avez dit? et où est passé la Radio-PDG-Oyééé?? PDG-Ngou?? en tout cas, mieux de suivre les chaines étrangeres!

  6. Kevin Marc dit :

    Les Parti politiques doivent avoir soit le même temps d’antenne sur les médias public ou alors un temps d’antenne proportionnel à leurs représentativité.
    C’est aux Partis d’opposition de faire valoir leurs droits et à Radio de se conformer à la loi. Ce n’est pas une faveur qu’ils feraient à l’opposition qui sont avant tout des gabonais avec les mêmes droits ( partout il y a des crapules )

    Ali Bongo Ondimba est le Président du Gabon, son temps temps d’antenne ne peut pas être décompté dans un camp. Jean Ping est un citoyen Lambda il fait quoi avec du temps d’antenne en dehors des périodes électorale ?

    • interlocuteurdetocard dit :

      Un citoyen lambda interdit de quitter le territoire ? et quand tes frères ont étés tués le 31.08, c’était conforme à quelle loi ?

      ali est président du gabon conformement à quelle loi ? man, si tu confonds ton intestin grele et tes cordes vocales change de mode d’expression.

      • Kevin Marc dit :

        Que répondre à tant de médiocrité qui plus est à un lâche inculte. Si vous ne savez pas lire j’en suis navré mais je ne me rabaisser pas à arguer avec des petites gens sans culture sur internet. trouvez-vous un travail ou reprenez des études BYE !

  7. Dibale Koumba serge dit :

    En ce moment vous êtes obligé de vous lamenter, puisqu’il vous manque des information et c’est bien comme sa. Prenez un peu l’exemple avec les chaines voisines des autres pays qui ont de bonne émission pour éduquer et instruire le peuple. Bon on sait Radio Gabon et Gabon 24 appartient au PDG et vous ne pouvez plus rien enlever dans la tête de la population Gabonaise. Du vivant du feu Président encore les gabonais regardaient leurs chaine

  8. Milangmissi dit :

    Si ça fait plaisir au DG de Radio Gabon de croire que sa chaine est équitable vis-à-vis de l’info grand bien lui fasse.
    Mais Bilie by Nze son ministre de tutelle a déclaré “«Je le répète encore une fois : il est hors de question, sur les chaînes publiques, de donner la parole à quelqu’un qui ne reconnaît pas les autorités en place. Il ira s’exprimer ailleurs que sur les chaînes publiques» confère Gabonreview https://www.gabonreview.com/blog/medias-publics-reconnaitre-pouvoir-place-rien/

    Le rapport de OIF sur les élections au Gabon est extrêmement clair le groupe Gabon TV et Radio Gabon n’ont aucune idée de ce que c’est l’équilibre de l’information, Gabonreview est d’ailleurs leader sur ce critère

    “Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie.” Jorge Luis Borges

  9. Moutouki dit :

    Ces voyous n’attendent que ça pour serrer les vrais opposants, censurer encore plus ou leur coller les motifs pour les mettre en prison.
    Garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus près, si tu connais leurs pensées et intentions, tu auras toujours une longueur d’avance par rapport à eux.

  10. Ndong dit :

    Alain-Claude, le Kovo brille trop déjà à cause de l’intelligence, frotte un peu les cirages des godasses comme Vivien Pea.

  11. Issipock dit :

    Moi, je rappel simplement à mon confrère, Bertrand Ebiaghé Angoué, devenu patron de Radio Gabon par la force de son frère (cousin) AC Billé-Bi-Nze, que, la déontologie de notre métier recommande que, c’est le journaliste qui va en réalité à la recherche de l’information. Cela m’amène à lui poser cette question: Comment fait le quotidien L’Union pour ne pas rater les activités des opposants, radicaux ou non, et même de la société civile dite virulente?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW