Désormais, et sur instructions fermes d’Alain-Claude Billie-By-Nze, les personnalités politiques refusant de reconnaître le pouvoir d’Ali Bongo n’auront plus accès aux médias publics.

Alain-Claude Billie-By-Nze, le ministre de la Communication. © D.R.

 

La nouvelle instruction donnée aux responsables des médias publics gabonais par le ministre de la Communication est claire : seuls les Gabonais qui reconnaissent le pouvoir en place auront accès à leurs chaînes de télévision ou de radio. «Je le répète encore une fois : il est hors de question, sur les chaînes publiques, de donner la parole à quelqu’un qui ne reconnaît pas les autorités en place. Il ira s’exprimer ailleurs que sur les chaînes publiques», a déclaré Alain-Claude Billie-By-Nze, lundi 28 août, au terme de sa visite à Gabon Télévisions.

Difficile de ne pas voir dans les propos du membre du gouvernement une allusion aux membres de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), n’ayant jamais reconnu la légitimité des autorités en place. Le ministre de la Communication entend donc interdire d’antenne Jean Ping et ses compagnons appartenant à l’opposition dite «radicale». Une bien curieuse décision, d’autant que, bien qu’étant opposés au pouvoir, ces Gabonais à qui il envisage de nier leur droit et leur liberté d’expression, restent des contribuables. Ce sont leurs impôts, entre autres, qui permettent de financer en partie les télévisions et radios publiques. Seulement, Alain-Claude Billie-By-Nze semble n’en avoir cure.

En réalité, ces instructions ne datent pas d’aujourd’hui. Depuis plusieurs mois, les opposants ayant jusqu’à lors refusé de reconnaître la légitimité d’Ali Bongo à la tête du Gabon n’ont plus droit au chapitre sur les antennes publiques. Presqu’aucune de leurs activités n’est relayée par ces médias, ils ne sont plus invités sur les plateaux de débat. Ils sont tout simplement blacklistés. Si des mois avant la présidentielle d’août 2016, Jean Ping et ses soutiens faisaient déjà l’objet de dénigrement systématique sur les médias publics, ayant refusé de participer au dialogue politique convoqué par Ali Bongo, tout en continuant de contester sa réélection, ils semblent définitivement écartés cette fois. C’est à peine si le ministre de la Communication ne les reconnaît plus en tant que Gabonais bénéficiant des mêmes droits que leurs compatriotes de l’opposition dite «modérée».

Pourtant, donneur de leçon, Alain-Claude Billie-By-Nze n’a pas manqué d’exiger des journalistes du groupe Gabon Télévisions qu’ils fassent «convenablement» leur métier. Le ministre a notamment exhorté les journalistes du public à offrir aux téléspectateurs et aux auditeurs «une information juste, vérifiée et équilibrée». Il s’agit, a-t-il précisé d’«une information qui offre la diversité à l’antenne, donc qui donne la parole à toutes les sensibilités qui peuvent s’exprimer. Pour peu que ces sensibilités soient d’une part légalement constituées, et d’autre part républicaines». Contradiction, dites-vous ?

 
 

41 Commentaires

  1. Les Copains d'abord dit :

    On s’enfout comme de l’an 3000 des medias publics gabonais. A l’ère de Canal Plus que vaut RTPDG1 ou Gabon 24, la pâle copie de France 24? Il y a eu une petite trêve Billy Be Trucmuche..et le revoilà avec des conneries. Ilfaut enlever le mot République à votre foutu truc de Pays. Il faut mettre Etat islamique du Bongoland!

  2. Mr le ministre je suis d’accord avec vous. Le Gabon doit et va changer celui que ne veux pas cet sont problème qu’il aille vivre ailleurs. On est pas la pour écouté des intox provenant de ces soi-disants opposants.

  3. LB dit :

    Sauf erreur de ma part, c est deja le cas.
    Les medias publics sont au service d Ali et sa bande donc rien de nouveau sous les coworkers.
    Et puis, qui regarde encore les chaines publiques gabonaises tant les programmes et la qualites des images restent a desirer ?

  4. Ange BOUSSAMBA dit :

    Allô Radio Moscou ? Allô La Pravda ?

  5. DNSerge Okogo dit :

    Bilié Bi Nzé, où sont passés les millions de francs CFA que tu as détournés à Gabon télévision ? Les journalistes, qui te sont inféodés auront ils le droit d’en parler ?

  6. Ah bon???? dit :

    Ah donc il confirme que l’histoire d’Aba Minko qui a quasiment menacé de poser des bombes en direct des chaînes public était un grossier mensonge.Merci pour la démonstration cher porte parole..On a la preuve
    Que si c’était Jean Ping qui avait envoyé ce gars,il n’aurait jamais eu accès à ces média pour délivrer son fameux message…merci à la communauté internationale moins la France d’en prendre note.

  7. C'est moi dit :

    peut-il seulement évaluer le nombre de gabonais en proportion qui s’intéressent encore aux programme de ces médias là???c’est un coup d’épée dans l’eau..ces médias sont au service exclusif des bongo et leur amis cela ne changera rien.la légitimité ne se décrète pas. vous pourriez décréter toutes les interdictions que vous voulez, emprisonner tout le monde tuer autant que vous pouvez, cela ne changera rien. vous n’êtes pas légitime. et chaque jour les actes que vous posez illustrent bien votre personnalité…une bande de voyous!!!

  8. La vérité est bonne à dire! dit :

    Il n’a même pas honte et dire qu’il a fait l’école ,si le public n’est plus public alors a quoi sa sert ! En plus rien de nouveau Mr Bili ces chaînes la montrent quoi même toujours dans des bureaux signant tels ou tels papiers,pas dans les rues montrant les réalités du pays pff n’importe quoi ce pays franchement

    • Maroga dit :

      “gunènge gingulu, pikile divage”- Réussir à l’école n’est pas synonyme d’acquisition de la sagesse. (proverbe gisir)- Et si je ne me trompe il me semble que ce type à abrégé son parcours à l’UOB pour rentrer dans la contestation du pouvoir des Bongo (contester c’est …se faire remarquer. ..pour mieux se faire acheter . c’est le cas pour cet opportuniste). Nos parents et aïeuls bien que ” peu scolarisés” ou parfois pas du tout détenaient un savoir vivre largement au dessus de l’arrogance affichée par ce type.

  9. rogers dit :

    Qui regarde même ces médias publiques la. kiakiakiakia !!! ah vraiment il me fait vraiment rire. donc il ne comprend toujours pas que le peuple est déterminé et que rien ne pourra nous arrêter. pas même les médias moutouki.
    vous n’allez plus dormir sur vos bons oreillés tant que vous serrez toujours. privé nous de tout, mais notre conviction et détermination reste intact.

  10. DNSerge Okogo dit :

    Après avoir lu les propos tenus par Bilié Bi Nzé,on peut se poser la question de savoir qui est Aux de l’état Gabonais ? Comment peut on admettre de tels propos dans un état qui se dit ouvert au dialogue. Bilié Bi Nzé, comme a ses habitudes, vient il repérer ce que pense BOA ?
    En tout cas, la peur a changé de Camp.Les faits sont la pour le démontrer

  11. DNSerge Okogo dit :

    Lire :qui est aux commandes de l’état…

  12. Gabonais dit :

    Une intervention qui ternit davantage l’image assombri du Gabon. C’est leur arrogance qui donne les conditions d’émergence en 2025 sans le peuple et sans partenaires. Au royaume des larbins comme Bilié, règne la sotise. Bilié Bi Nzé est-il devenu l’autorité de régulation des médias publiques? Qui lui a donné ce mandat? Est-il là dans son rôle en république banananière? Que veut dire liberté de la presse pour ce Mr ténébreux? Le fait de parler de l’illégitimité d’Ali Bongo et son gouvernement nous prive désormais de nos droit en tant que citoyens et de plus contribuables en plus. L’une des raisons pour lesquelles rien au Gabon ne réussi dans les règles de l’art est que ce genre de directeurs et ministres sans compétences reels ne savent les limites de leurs prérogatives, ce qui n’est pas de leurs responsabilités. Être directeur ou ministre au Gabon signifie que vous êtes mieux placés pour apprendre et dicter aux professionnels et techniciens dans des domaines d’expertises qui sont les leurs et que vous ne maîtrisez en tant que ministre. En ce qui me concerne, le simple fait de voir Gabon 24, Gabon Télévision ou Télé Africa affiché sur ma télé me donne des démangeaisons. Je me contente des chaînes privées, les chaînes câblés et infos Kinguélé malgré ses fake news. La vu de ces chaînes de propagande me rend malade. Je n’attend aucune bonne nouvelle des gouvernements des Bongo et du PDG avec des personnages comme Ali Bongo. Je prends même plus de plaisir à regarder la télévision burkinabé ou même béninoise pour pas m’abrutir avec l’extrême politisation du débat publique dans le mensonge et la bêtise à cause des Bongo qui ne comprennent pas que leurs 50 ans de mauvaise gouvernance rend le pays malade et qu’ils sont le microbe qui rend le pays fièvreux.

    • Guy Romuald Mabicka dit :

      Je pense que le chef de l’Etat a surtout un problème avec une partie de son entourage parce que je connais des aînés qui ne soutiennent pas cette idée de fermer les publics à ceux qui ne reconnaissent pas les autorités en place. Le service public de ce genre n’est pas la propriété d’un camp politique, c’est l’argent du contribuable qui finance Gabon télévision et non pas l’argent d’un parti politique. Soyons un peu sérieux, aimons notre pays et montrons à la face du monde que ce que nous faisons cadre avec nos discours de rassemblement et de pacification du pays.

  13. Ivan-Clarck dit :

    je suis complètement d’accord avec cette décision car ne pas reconnaître La légitimité du Président Ali revient à mépriser nos institutions et donc la république et le rôle du gouvernement est aussi de veiller à ce que nos institutions soit respectés

    • Les Copains d'abord dit :

      Mr. Pour parler du respect de nos institutions, il faut d’abord éclaircir le problème de l’acte de naissance de votre Président! Sinon, il est le prmier à violer l’article 10 de notre Loi fondamentale. C’est un crime contre la république. Et comme tout crime celui-ci doit être puni et bien puni!

  14. Dieu est Grand dit :

    Conneries dans un pays de dictature ou le pauvre n’a rien à manger. Continuez ! Dieu s’élèvera un jour et même si c’est pas vous qui payez, vous enfants le paieront

  15. AGORA dit :

    Le blagueur ….s’en fout de tes chaînes publiques.

  16. Célestin Ngue Bie dit :

    Les journalistes des chaines du ministre de la communication sont donc à partir de maintenant priés de ne plus se présenter aux manifestations organisées par ces pestiférés qui refusent de se soumettre à l’imposture.

  17. Airborne dit :

    Voila un ministre qui interdit aux autres gabonais de s’exprimer sur les chaines et medias de la republique, c’est une decision personnelle, une loi ou un decret que l’on sache.Je crois que le deuxieme septennat de BOA il y aura beaucoup de bavure à l’exemple de Billy. J’ai comme l’impression que ce dernier viendra nous annoncez que le Gabon va changer d’appelation au lieu de Republique Gabonaise(RG), lire Republique Islamique du Gabonais (RIG)et le gabonais qui reconnaissent l’autorité de BOA devont se rebatisser en nom musulman sinon ils seront sanctionnés.Dictature nous tiens que personne ne se plaignent meme ceux qui sont avec BOA.

  18. mooble01 dit :

    Ya quel média public dans ce foutu pays ?

  19. VERITE dit :

    Billie Bi Nze je n’ai pas envie de m’abrutir ou encore d’etre contaminé par le virus du MENSONGE, alors je ne suis pas vos chaines et cela depuis près de 8 ans. Tu peux donc te les garder les chaînes publiques même si elles payées par l’argent public c’est à dire l’argent des gabonais.

  20. Milangmissi dit :

    Même Ali Bongo quand il veut communiquer appelle Alain Foka. On s’étonne que les gabonais ne regardent pas Gabon TV.

    “L’ennui en ce monde, c’est que les imbéciles sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes.Bertrand Russell”

  21. Mimbo dit :

    Que vaut Gabon télévision,Gabon 24 et Radio Gabon face aux réseaux sociaux ?.Ce discours démontre le niveau de réflexion qui s’étale au mogabo.

  22. le revelateur dit :

    pardonnez, Billie est le prototype même d’un parvenu. De plus, je reste convaincu que cet ancien tolard a gardé des séquelles tant ses interventions sont aussi bancales que celles de son glouton de president.mais au fait, des bêtises de cet adultérin. A qui profite réellement le crime. Billie sert-il vraiment le pouvoir BONGO ou il a seulement l’intention de barrer la route à Jean PING pour se donner lui-même plus chance à devenir le prochain pr…….Les jours prochains nous le diront

  23. abel koumba dit :

    M. Le Ministre, vos abus gènent gravement l’action du Président de la République.Retenez-vous parfois svp.

  24. Gabonais de Rien dit :

    Ni Jean Ping, ni Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, ni Laurence Ndong ne sont jamais passés dans les “Merdias” publics de Bongo depuis 2016 !!!

    Pourtant tous les Gabonais les connaissent et les suivent… C’est la preuve que les Gabonais ne suivent plus vos choses

  25. wanis dit :

    bienvenu au pays de la bêtise, la république bananière du bongoland ou les droits fondamentaux comme la liberté d’expression sont baffoués.toute a une fin et c’est la fin qui justifie la sentance, le veerdict de la vie

  26. abel koumba dit :

    M. Le Ministre, vos abus gènent gravement l’action du Président de la République.Retenez-vous parfois svp.Nous savons combien être éternellement Ministre vous tient à coeur.Petit dictateur vous l’avez toujours été.Mais n’entâchez pas plus gravement l’image d’un homme dont la réélection reste discutable mais que les institutions reconnaissent comme Président.Et cela pour votre bel avenir au gouvernement.Sachez parfois raison garder.Retenez-vous,retenez-vous vraiment retenez-vous pour le bien de M. Ali Bongo Ondimba!!!

  27. Olsen dit :

    Qu’es-ce-qui peut encore nous surprendre venant de ce type? Mais pour sa gouverne le 3/4 de la population est câblée et n’a que faire de ses torchons que sont GABON TV, GABON 24 et désormais KANAL 7 donc qu’il aille au diable. On a été incapable d’achever son cursus universitaire, on a établie de faux diplômes pour justifier sa présence aux instances décisionnelles et ça vient la ramener en public. Vraiment on touche le fond dans ce pays avec BOA et ses sbires.

  28. le pecheur dit :

    Monsieur BILLIE,
    Pour votre information, les media internet drainenet beaucoup plus de personnes que Gabon24 ou gabon television et votre “Pauvre” poussera encore plus de Gabonais vers les media internet et les reseau sociaux…Regardez vous meme la vitesse avec laquelle une infos se propage via whatsapp ou facebook. Vous ne faites que confirmer la disctature et l’etat de siege. LAISSEZ comme ca ! Internet a pris le relais depuis 10 ans et a un impact mondial…Vous venez juste de chasser le peu de Gabonais eclaires qui vous suivaient encore…Attention a etre pourchasses dans les rues car cela va arriver !!!

  29. Pur gabonais dit :

    On s’enfout ..sachez que le jour ou le chien muselé se retrouve libre sans sa muselière il mordra..

  30. Ah ces mogabistes… même quand on a plus envie d’entendre parler d’eux; ils font toujours des efforts pour se faire remarquer négativement!!!

  31. OKAZAKI dit :

    Bien entendu les enfant de tous ceux qui ne reconnaissent pas le regime d’ali bongo ne pourront plus s’inscrire dans les écoles publiques et universités publiques, ils ne pourront plus bientot se soigner dans les hopitaux publics propriété de la famille Bongo. Voila ce qui arrive quand on ne finit pas ses études. c’est cette stupidité qui donne la force aux résistants et qui nous montre que ce regime doit etre combattu jusqu’à sa chute.

  32. mouguili dit :

    Ce ministre qui ne ressemble à rien si ce n’est continuer à faire honte aux gabonais de par ses prestations digne d’un vrai repris de justice en manque d’inspiration et de son milieu habituel qu’est la prison centrale de Libreville à défaut de l’interner dans un établissement psychiatrique pour des soins intensifs. Pourquoi en être étonné que depuis 2009 le Gabon a atteint les sommets de l’abîme jamais atteints lorsqu’on a des insignifiants au sommet de l’état comme Billy sans oublier son minable, usurpateur, tueur, faussaire et inculte mentor. B. Nzé, le faux et l’immoralité sont ses traits de caractère qui ont toujours façonné son existence et cela depuis son enfance! à la fois, il incarne les pires déchets de la race humaine excusez du peu…

  33. le parleur dit :

    Pathétique, je ne comprends pas ce qui se passe dans la tête de ce type. On dit toujours “parfois l’école c’est bon lorqu’on ne peut avoir la bon sens naturellement” comment peut-il confondre un état(où le gabonais est contribuable à tous les niveaux, pour résumer tout: le gabonais est client et celui ci est roi, et la chose privée: celle qui appartient à un individu lambda.Je veux dire, s’il ne veulent plus que les autres servent de ces médias publiques, qu’ils les exonèrent de leurs contribustions et de surcroit de ceux qui sont derrière eux. S’ils le font, c’est tout le peuple qu’ils vont exclure. Où on a vu ça!C’est une prise de position qui est au compte de la méconnaissance ou l’ignorence du fonctionnement d’un état dans un pays démocratique. ça fait honte d’avoir des tels personnes au plus haut de l’état.

  34. Alix dit :

    MAIS ENFIN… on se demande finalement qui est pathétique… parce que quoi de plus normal que de demandé que l’on reconnaisse les institutions pour pouvoir utiliser les médias qui découlent de ces institutions là… mais enfin, je n’ai pas entendu parler d’interdire les critiques ou d’interdire l’opposition mais simplement de respecter et de reconnaître les institutions en place… et puis si la télévision gabonaise ne vaut plus rien, vous avez là l’occasion d’aller critiquer, insulter, médire sous d’autres cieux qui vous sont ouverts…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW