Concernant jusqu’ici les produits de première nécessité, la nouvelle mercuriale va être orientée, pour les six prochains mois, vers les produits de consommation courante, conformément à la convention signée le 8 août à Libreville.

Les biens alimentaires font partie des produits de consommation courante. © static.thousandwonders.net

 

Fruit de 36 mois de travail entre les techniciens du ministère de l’Economie et les opérateurs économiques, la convention d’application de la nouvelle mercuriale sur le marché a été signé le 8 août à Libreville. «Nous sommes passés d’une définition à une autre. La première reposait sur les produits de première nécessité. Or, là nous sommes passés aux produits de consommation courante. Pour cette raison, il est bon de s’ajuster au fur et à mesure», a affirmé Jean-Marie Ogandaga sur Gabon 24.

Signée entre l’administration publique et les opérateurs économiques, la convention d’application de la nouvelle grille des prix concerne une centaine de produits de consommation courante. «Il est donc bon qu’il y ait une périodicité de révision de cette liste pour faire en sorte qu’elle reflète ce que veulent les consommateurs», a ajouté le membre du gouvernement. Ce dernier a par ailleurs souhaité la vigilance des partenaires sociaux pour le respect des nouvelles dispositions sur les six prochains mois.

Les produits de première nécessité sont un dispositif mis en place par le gouvernement afin de permettre aux familles les plus modestes de s’alimenter correctement. Un bien de consommation courante, quant à lui, est un bien dont la fréquence d’achat est élevée. Il s’agit notamment des biens alimentaires, des produits d’entretien et d’hygiène.

«Nous sommes très contents de la signature de cette convention», s’est réjoui le représentant des opérateurs économiques. «Mais nous tenons quand même à rappeler que notre intérêt à tous est de parvenir à une solution pérenne sur les problèmes de la vie chère, en ce qui concerne notamment les produits de première nécessité», a conclu Jean Sylvain Ndong.

 
 

5 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    L’entreprise est louable car elle fait réfléchir les différents acteurs économiques.
    Malgré tout, l’efficacité de ce genre d’opération est très limitée, la loi du marché est toujours la plus forte.
    On peut signer toutes les conventions, les prix de la plupart des biens de premières nécessités et de consommation courante sont importés , les prix échappent donc aux acteurs gabonais.

  2. AIRBORNE dit :

    “la convention d’application de la nouvelle grille des prix concerne une centaine de produits de consommation courante. «Il est donc bon qu’il y ait une périodicité de révision de cette liste pour faire en sorte qu’elle reflète ce que veulent les consommateurs”», mais jean Marie Ogandaga, toujours toi, tu viens bleuffer les gabonais, sur la nouvelle mercuriale, l’ancienne n’a jamais ete appliqué et puis vous là, vous ne payé pas vos produit chez le detaillant boutiquier qui fixe ses prix en recuperant ce que l’état, la douane, lui prend sans oublié les contrôleurs des prix et les taxes de la mairie ect.. toi tu fais ton marché sur les grandes surfaces commerciale avec des bons d’achats mensuels ou trimestriels, de l’argent qui ne sort pas de ta poche que vous soutirez aux contribuables et recettes des revenus de nos richesse. Nous sommes proche de l’alternance et le Gabon sera mieux demain qu’aujourdh’ui dans une emergence de merde.

  3. Beka dit :

    A quand la publication de cette nouvelle liste ? Et la mesure s’appliquera à partir de quelle date ?

  4. C’est un des plus gros mensonges la mercuriale ils n’en sont pas capables, ça va contre leur positionnement de prédateurs invétérés des ressources pécuniaires du pays.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW