La confédération syndicale Dynamique unitaire et ses alliés n’entendent pas renoncer à la marche de protestation pacifique des agents publics, baptisée «ne touche pas à mon bout de pain !». «La marche est inéluctable et l’affrontement aussi», a affirmé Jean Remy Yama, le 13 août 2018, au stade d’Awendjé.

«La marché est inéluctable», assure Dynamique unitaire. © Gabonreview

 

La grande marche noire annoncée par Dynamique unitaire (DU) n’a pas eu lieu ce 13 aout, comme initialement prévu. La confédération syndicale assure que ses membres et ses alliés n’ont pas battu le pavé, non pas pour attendre les conclusions de la Cour constitutionnelle, comme certains le prétendent, mais pour mieux affiner leur stratégie.

Jean Remy Yama a assuré les fonctionnaires gabonais de l’effectivité de cette grande marche dans une date ultérieure. Pour le président de DU et ses acolytes, «la marche est inéluctable et l’affrontement aussi».

© Gabonreview

«Nous fixerons la date de la prochaine marche. Pour cette date-là, nous devons nous entourer d’un maximum de garanties. Prenons notre mal en patience et restons mobilisés. Qu’il pleuve ou qu’il neige nous marcherons», a promis Jean Remy Yama, lors de l’assemblée générale extraordinaire tenue le 13 août au stade d’Awendjé.

Contrairement à ce que pensent certaines centrales syndicales, et mêmes les hommes politiques opposés à la logique de Dynamique unitaire, du Syprocom, du Synafopra et du Samtac, Jean Remy Yama et ses frères d’armes ne seraient pas contre la réduction du train de vie de l’État. Les quatre organisations syndicales dénoncent «le plan macabre» du gouvernement vis-à-vis des travailleurs et dont l’objectif est la «précarisation du travailleur gabonais».

«Les plans du gouvernement sont identifiés et clairs. Nous avons identifié le coupable qui est Ali Bongo. Quand nous saisissons la Cour constitutionnelle, c’est pour nous donner plus de manœuvres dans l’espoir qu’elle va dire que ces mesures ne reposent pas sur la loi», expliqué Jean Remy Yama. «Nous sommes plus intelligents que le gouvernement. Il vient de nous donner l’occasion de mieux nous préparer. Notre marche se fera et ce jour, c’est Dieu qui nous accompagnera», a renchéri le secrétaire général de Dynamique unitaire, Louis Patrick Mombo.

 
 

12 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    J’ai été VRAIMENT déçu de voir peu de monde le 13 à Awendje. C’est dommage ! Les flics se sentaient forts tout d’un coup. Je vous jure que si nous sommes 100000 manifestants à la marche qui sera prochainement fixée, le régime totalitaire de BOA et son clan va tomber pour toujours.Prolétaires du Gabon, levons-nous et liberons notre pays de plus de 50 ans de servitude. C’est possible, c’est réalisable, c’est faisable. Nous avons même des modèles que nous pouvons copier : la révolution dans les pays suivant: Le Burkina Faso, la Tunisie… Levons-nous et CHASSONS Le dictateur-usurpateur-assassin-tyran qu’est BOA et sa bande de voyous comme lui. En passant, je tiens à remercier et féliciter le travail des gabonais de la diaspora. Merci à vous, parce que vous nous donnez la FORCE de poursuivre le combat de la libération totale du Gabon.

  2. Paul Bismuth dit :

    Voilà! C’est de cette façon que les révolutions sont nées. Songez à la révolution française : un tiers-état très pauvre et qui devait payer toute sorte d’impôts. Là nous avons des travailleurs gabonais, dont la plupart survivent au quotidien, à qui on demande de faire des efforts sur leurs salaires et traitements ; des retraités qui, après avoir longtemps servi leur pays, ne peuvent pas entrer en possession de leur pension comme il se doit. Des réalités qui tranchent avec le confort des “vénérables du sommet” (épargnés par l’austérité eux) qui se permettent des vacances à près d’ 1 milliard de fcfa et des achats de véhicules pour 650 millions de fcfa.
    Bref. On parle d’Omar Bongo comme l’homme qui a su préserver la paix au Gabon. Moi je pense que c’était un imposteur. Tout ce qu’il a su faire c’est acheter le calme en distribuant des prébendes à des leaders politiques. Maintenant que les sous se font rare (parce que les dirigeants se sont rempli les poches et ont oublié de “jober” à la construction d’une économie solide), le système vacille. Et c’est le “tiers-état” qui commence à payer la facture très salée (plus que d’habitude) . Il y a comme un odeur de révolution. Je ne sais pas si elle va se dissiper, mais notre pays est une vraie bombe à retardement.

  3. SERGE MAKAYA dit :

    Méthode pour chasser l’usurpateur BOA du Gabon. Copier bêtement le Burkina Faso… 100000 personnes dans les rues de Libreville et Port-Gentil (surtout)… C’EST QUAND MÊME TRISTE DE CONSTATER QUE MÊME AU BURKINA FASO, L’ARMÉE ÉTAIT UN MOMENT DU COTE DU DICTATEUR-USURPATEUR-ASSASSIN Blaise Compaoré… Pauvre armée qui obéit aveuglement à des régimes sanguinaires… https://youtu.be/MUC_WEVZ0vM

  4. AIRBORNE dit :

    «Nous fixerons la date de la prochaine marche. Pour cette date-là, nous devons nous entourer d’un maximum de garanties. Prenons notre mal en patience et restons mobiliser. Qu’il pleuve ou qu’il neige nous marcherons», bien dit Yama,ne soyez pas intimider par ces personnes peut crédible qui repose leur forces sur des agents qui ne connaissent pas les textes de loi que les gouvernants piétines, la peur a change de camp.Il suffit que cette marche rassemble un effectif de plus deux milles personnes puisse que ceux qui sont considérés comme fonctionnaires fantômes sont six milles, alors les forces de l’ordre seront débordés et comprendront que nous aussi nous seront victime de ces mesures plutatrd

  5. NC4 dit :

    Bla bla bla comme toujours ‘Ha!Louboua’

  6. SERGE MAKAYA dit :

    ASSASSIN – USURPATEUR – VOLEUR – TYRAN – ETC…https://youtu.be/urSmek5_nwo

  7. DRH-Jofani dit :

    Serge MAKAYA,

    Les incitations à la révolution, la barricade, et aux émeutes ne fonctionnent pas au Gabon. Car, c’est un pays de paix et d’harmonie. Nous acceptons de discuter , parler et/ou faire la politique. Mais pas de nous entré tuer.
    Ne gaspille pas à ton tour l’image de dynamique unitaire qui manifeste pacifiquement.

    Pour ce qui est des interventions militaires en matière du maintien de l’ordre et son rétablissement, c’est lorsque les manifestants n’ont pas respecter les procédures en matière de contestation. C’est un pays régi aux normes en vigueurs.

    • Paul Bismuth dit :

      Cette image du Gabon que vous dressez n’est pas tout à fait conforme à la réalité. Si ce pays a toujours été à l’abri de la guerre civile c’est surtout parce qu’il y avait de l’argent et des prébendes à distribuer aux principaux leaders politiques. La conjoncture est difficile et l’argent est rare. C’est tout le système, encore une fois, qui est remis en question. Le meilleur moyen de causer une révolution est de continuer à précariser le peuple. Je ne souhaite pas l’affrontement civil dans ce pays. Mais ce n’est pas en évitant de nommer les problèmes qu’on parvient à les éviter.

    • SERGE MAKAYA dit :

      Pathétique votre message. Je crois rêver… BOA, “homme de paix”, lol !!!

    • Mboung dit :

      Et 1 autre faquin tente de remettre ca ….
      Mais Ce que (tous?) les faquins ne réalisent (toujours?) pas, C’est que ces fonctionnaires, ont complètement démythifié leurs pseudos autorités et surtout leur (fameux?) bulletin de solde de la fonction publique et les décisions de ce système (de pacotille?)et son gouvernement d’opérette. Qui aujourd’hui est incapable d’assumer les conséquences de ses errements criminels dans tous les domaines. La priorité était (et demeure) à la politicaillerie et à la gloriole on constate les résultats car les faits sont LA et ils sont têtus. La répression est la 1ère preuve de l’affaiblissement du pouvoir, le 1er pas vers la reconnaissance d’1 noble cause. La répression valide toutes nos réclamations. En face le (distingué ? sic alors)faquin de service et ses mandants de pacotille n’a plus aucune réponse intelligible à proposer. Ils sont tous acculés, dos au mur, tétanisés comme tous les voleurs pris en flagrant délit, via la répression brutale on veut faire enfiler aux innocents (Ceux qui ont accepté pendant au moins 8ans de travailler sans moyens, sans nouvelle salle et sans le moindre nouveau banc) la défroque des coupables mais sans la moindre avancée (toujours ?)le coup de pied de l’âne va se retourner contre son auteur …Tout cela pendant que le navire ‘Gabon’ entre en collision avec 1 obstacle qu’on appelle indifféremment ‘l’ingrate réalité’ ou le nguembé…

      L’utile n’est et ne sera jamais où ne se trouve pas l’honnête ; quiconque doute de cette vérité peut être regardé comme déjà criminel. J-É-J Forestier

  8. Martin Luther dit :

    J’ai fait un rêve d’une personne qui s’est levée pour manifester sa frustration. Puis cette personne a été rejointe par d’autres personnes. L’ensemble a pris et la marche est devenue incontrôlable. Les marcheurs ont décidé d’aller chercher le responsable de leurs maux. Mais ce dernier a été exfiltré par ses gorilles. Il a quitté le pays avec une caisse en bois sur la tête.

    Attention quand même à l’excès de confiance et de zèle de certains face aux souffrances et aux cris de la majorité.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW