Le président du Centre des Libéraux réformateurs (CLR), Jean-Boniface Asselé, s’est prononcé sur les récentes mesures gouvernementales. Visiblement, l’ancien commandant en chef de la Police nationale ne les approuve pas. «La fin de tout ça c’est que le mécontentement va grandir et lorsqu’il y aura 100 000 personnes dans la rue, malgré les mitraillettes ça ne changera pas».

Jean-Biniface Asselé, dans une émission radio, a eu la dent dure contre les initiatives gouvernementales austères. © D.R.

 

Invité sur une radio locale, le président du Centre des Libéraux réformateurs, parti de la Majorité présidentielle, s’étonne du bien-fondé des mesures prises par le gouvernement pour réduire le train de vie de l’Etat.

L’oncle maternel du président Ali Bongo s’est insurgé contre ces annonces. «Pourquoi on en arrive là ?», s’est-il demandé avant de répondre : «Parce qu’on n’a plus d’argent. C’est la Banque mondiale ou alors le FMI qui disent que si vous ne faites pas ça, on ne vous donne pas d’argent». «Ils veulent des prêts», a-t-il déclaré, indexant le gouvernement.

Même s’il assure ne pas être de l’opposition et qu’il «est un homme libre et indépendant», l’ancien ministre se demande «Pourquoi ceux qui ont fait des bêtises sont-ils toujours là». «Ceux qui gouvernement sont ceux qui sont responsables de cette situation», a-t-il asséné.

Jean-Boniface Asselé ne comprend pas pourquoi le gouvernement baisse les salaires des personnes ayant déjà du mal à boucler les fins de mois avec le peu qu’ils gagnent. «Maintenant vous voulez baisser les salaires. J’ai ma famille. Je me bats pour la faire vivre avec 250.000 et du jour au lendemain, vous me demandez d’enlever 50% de mon salaire. Vous dites qu’il n’y a plus de recrutement. Pourquoi donc aller à l’école ? Que faire donc avec les diplômes puisque lorsqu’on va venir avec et on ne recrute pas ?», a-t-il interrogé.

Il suggère au gouvernement de laisser les Gabonais ayant eu des diplômes à l’étranger là où ils se trouvent, pour éviter qu’ils ne viennent broyer du noir ici. «Mais laissez-les en France, aux Etats-Unis. Sont-ils responsables de la situation ? Ceux qui sont à l’origine de la situation sont là et vous allez encore les voter ces messieurs», a-t-il dénoncé, non sans relever que «le peuple est responsable de cette situation».

Le président du CLR estime qu’il y a «des hommes politiques qui font des Gabonaises et des Gabonais leur sujets». Il s’agit, pour lui, d’esclavagisme. Tout cela devrait, in fine, avoir des répercussions sur la paix, la stabilité du pays. «La fin de tout ça c’est que le mécontentement va grandir et lorsqu’il y aura 100 000 personnes dans la rue, malgré les mitraillettes ça ne changera pas», a-t-il lancé. «Il faut éviter cela. Quelqu’un qui est responsable dans un pays doit en tenir compte», a-t-il mis en garde, assurant que «si les Gabonais avaient de quoi se nourrir et de quoi nourrir leurs parents, s’ils pouvaient aller trouver un travail, etc., il n’a y aurait plus de grèves», et autres désordres.

 
 

15 Commentaires

  1. jean- jacques dit :

    M.ASSELÉ, vous avez tout dit, on supprime les recrutements, les concours, or il ya une limite d’age pour être à la fonction publique qui est 35 ans. pourquoi reduire les maigres salaires des gabonais au lieu de reduire les salairs des ses ministres?

  2. Nanus dit :

    Non mais c’est pas possible que ce nain de tonton reconnaisse aujourd’hui que son soit disant neveu est l’ennemi des Gabonais et du gabon

  3. Gayo dit :

    Regardez-moi celui-là les premiers à faire les bêtises sont de ta famille. Notamment ton neveu que tu soutiendras toujours jusqu’au génocide. N’est ce pas toi qui a permis au PDG de reprendre la mairie de Libreville et le résultat tu le boudes notamment cette mairesse. Il faut vraiment être courageux pour que du haut de ton égoïsme et de ton hypocrisie tu oses donner des leçons aux gabonais.

  4. Diana calendre dit :

    Monsieur Assele vous en faites partie, des gens qui ont pillés ce pays. Vivement que nous nous soulevons. Aujourd’hui, vous parlez de faire de l’esclavage mais vous aussi vous l’avez bien fait cette esclavage. D’où vous est venue votre richesse ?, Pas du fruit de votre dure labeur mais par des liens de famille. Si vous êtes tellement concerné par le sort des Gabonais ; commencez par RESTITUER ces 1000 hectares que vous possédez. Au delà de ça arrêtez de faire l’avocat du diable.

  5. Mounanga joe dit :

    Très bonne déclaration faite par le président du CLR..

  6. FULO dit :

    “Ceux qui sont à l’origine de la situation sont là et vous allez encore les voter ces messieurs», a-t-il dénoncé”,vous le savez aussi bien que tous les Gabonais que la souverenete du peuple que vous faites allusion n est pas respectee ils se sont levee en 2016 pour voter Jean Ping la suite vous etes bien placee pour la relater vous faites de beaux discours pour essayer d attirer la sympathie des Gabonais alors que vous faites partir du mal profond de ce pays votre ” neveu” a tue les Gabonais juste parce qu ils reclamaient leur vote est ce que vous vous etes prononce pour autant ?Et pourtant comme vous aimez a dire que vous etes traditionnaliste au soir de la tuerie vous l aurez honni et expose et eriger une barriere entre vous parce que dans nos societes ON NE TUE PAS …Et pourtant …. Votre derniere sortie se justifie par le fait que vous vous sentez desormais a l’ ecart et VOUS voulez surfer avec la misere du peuple WA YO MONO

  7. Axelle MBALLA dit :

    Bonimenteur…et terrible hypocrisie. Personne n’oublie tout le mal sue tu as fait aux gabonais. Tu as certes tenté de faire certaines choses. Mais elles sont en deçà d’immenses pillages auxquels ton patronyme est intimement lié. Tes soudaines vertus humaines ou humanisantes feront toujours de toi un comptable de la destruction et du pillage du Gabon, et surtout des comptes à rendre un jour.

  8. Ikobey dit :

    Quand on a un oncle maternel comme ça on a plus besoin d’ennemi !
    Homme libre et indépendant ? il est surtout bête et corrompu !
    L’austérité , ce n’est pas un CAPRICE , c’est une nécessité de SURVIE.
    Que dit-il ? Si les Gabonais n’était pas pauvres il n’y aurait pas de problème. Affligeant , notre ancien chef de la police vient de découvrir l’eau tiède !
    Ah! il a belle mine de parler des pauvres de son opulente retraite!
    Qu’aurait-il été sans sa soeur ? un 2 v qui rançonne les taximen de Mont-bouet ?
    Assélé ! si tu n’as pas de tête, aie au moins la reconnaissance du ventre !

  9. BOUCHE COUSUE dit :

    ASSELE prend la parole en pensant plutôt à lui, il fait partie du problème du GABON, il dit certes des choses sensées mais c’est sa famille qui de bout en bout a foutu le pays dans la merde.

    Je constate juste que petit à petit chacun de nous commence à réfléchir. Un jour ce GABON reviendra à ses fils et filles.

  10. Shaka Loubedi dit :

    Vraiment, de qui se moque tonton associé? Ok, comme il connait qui est responsible de cette situation, qu’il aille donc le degommer.

  11. Aymeric dit :

    Un moment de lucidité tonton associé.Étant donné que vous pouvez rencontrer le chef de l’exécutif, donnez lui quelques conseils…

  12. SERGE MAKAYA dit :

    Il n’est pas pour autant un modèle, lui-même. Il a fait aussi BEAUCOUP de mal aux Gabonais. Je crois que le temps du changement est tout proche…

  13. tara dit :

    Le train de vie de l’état doit etre revue à tous les niveaux de la présidence à la mian d’oeurvre non permanente des ministeres.

    Maintenant mr ASSELE on doit continuer de former les gabonais parceque on ne forme pas les gabonais nécessairement pour la fonction publique comme on nous a mis ça dans les tetes depuis 1960.

  14. BIBOUBOUA dit :

    Au lieu de le critiquer, il faut plutôt féliciter Tonton Associé, qui a toujours été objectif et original dans certaines situations. En effet, combien dans sa famille, sont capables de tenir un tel discours aujourd’hui…? Encourageons-le plutôt à hurler avec nous notre désarroi, notre colère. D’autres comme lui entreront peut-être dans la danse et ainsi nous parviendrons peut-être à préserver nos maigres intérêts. Car, plus on est nombreux, …

  15. jean- jacques dit :

    Celui est à l’origine de toutes ses declarations qui peuvent faire eclater le pays c’est ses deux myénés qui n’aiment pas les gabonais, les deux ministres(OGANDAGA et OTANDAULT) avec le soutien de ce PM qui est nul.Pourquoi quand FMI et Banque Mondiale leur parle de la masse salariale , nos dirigeants visent seulement les salaires des gabonais et cette Banque Mondiale a le courage de publier les inormations sur le taux du chômage au Gabon sachant que c’est ceux qui demandent au gouvernement de suspendre les recrutements. les economies qu’ils exigent c’est dans les mains de tous ses ministres incompetants, que le prsident reduise les salaire pour tous les membres du gvnt pas question des ministres d’Etat. tout le monde salaire unique 1000.000 c’est tout pas les maigres salaires des quelques fonctionaires, d’ici on va meme supprimer les bourses, les quelques allocations familiales. le chao n’est pas loin dans notre pays. les opposants qui passaient leur temps à accuser Accombessi. ce dernier n’est le DC.Le malheur du Gabon c’est pas un accident mais c’est un choix de nos dirigeants.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW