Le Parti démocratique gabonais (PDG) s’est exprimé, le 30 juin 2018, à son siège de Louis, sur les récentes mesures d’austérité prises par le gouvernement, tout en invitant les Gabonais à les soutenir.

Le porte-parole du PDG, Stéphane Iloko Boussengui lisant la déclaration du parti au pouvoir sur les récentes mesures gouvernementales, le 30 juin 2018. © Gabonreview

 

Face aux critiques et aux potentielles grèves qui pourraient survenir dans les prochains jours, pour s’opposer à la cure s’austérité décidée par le gouvernement, le parti au pouvoir veut rassurer. Dans une déclaration faite le 30 juin, Stéphane Iloko Boussengui, l’un des porte-paroles du PDG, demande à «l’ensemble des Gabonais d’adhérer à cet engagement du président de la République en privilégiant l’intérêt général».

Le PDG assure sans sourciller que ces décisions ont été prises après «analyse profonde de la situation de notre pays et sur la base d’un projet de vie pour les Gabonais, tant dans l’instant que sur la durée». «Au regard de la crise internationale et de son impact dans plusieurs pays, y compris le Gabon, il est en effet inévitable d’accélérer les réformes nécessaires au redressement économique de la situation», argumente le parti d’Ali Bongo.

Selon Stéphane Iloko Boussengui, «sous d’autres cieux, à la vielle d’une élection législative capitale, certains auraient usé de démagogie et de populisme en différant l’application de ces mesures contraignantes qui visent d’abord et avant tout les gros salaires et épargnent les plus vulnérables».

Pour espérer convaincre, le PDG soutient que «l’action publique repensée dans une gouvernance adaptée au contexte économique et financier actuel, doit être considérée comme une stratégie courageuse visant à écarter le risque d’une dégradation accrue de notre modèle social, dans un avenir très proche». D’où son invitation à un «sursaut patriotique jamais égalé», qui permettra au pays «de sortir des difficultés actuelle pour des lendemains meilleurs».

Le parti au pouvoir demande enfin au gouvernement une «évaluation constante de la mise en œuvre de ces mesures et à plus de rigueur dans l’usage des économies budgétaires réalisées».

 
 

10 Commentaires

  1. Foya dit :

    La crise est dues avant tout à la mauvaise gestion d’Ali Bongo, un enfant gâté dépensier. Il ne sait c’est quoi l’effort et que cet argent est le fruit de nos laveurs. Le pdg, syndicat des voleurs et voyous du Gabon ne peuvent que continuer à tolérer et à subir passivement leurs crimes économiques et les conséquences qui s’en suivent.

  2. Nkembo dit :

    Je vous attends chez moi pour venir imposer vos tarifs des loyers. Et par la même occasion, venez avec les documents d’attribution de bourses à mes enfants qui sont à l’étranger parceque c’est à avec ces loyers que je m’occupe d’eux sinon…

    • Fayo dit :

      Pédégiste. Sans le pdg et son clientélisme tu aurai eu ces loyers. Le temps est venu de rendre au pdg ce qu’il t’a donné pour la survie du pouvoir que tu sers.

      • Nkembo dit :

        De grâce, je suis prêt à te montrer chez moi. Je ne suis pas paresseux comme toi qui attend tout des politiques. J’ai été forgé par une enfance difficile, je n’ai jamais compté sur les gens, j’ai appris à me débrouiller seul. J’ai construit un bâtiment que j’ai séparé d’abord en chambres puis en studio. C’est ce qui permet de financer les études de mes enfants. Je n’ai jamais milité dans un parti politique, et je ne le ferai jamais.

  3. LE SOLDAT dit :

    Stephane Iloko est doté d’une intelligence ramassée et conçue à partir des débris du savoir.

    C’est toujours bien d’être du coté des plus fort et venir canarder le plus grand nombre avec des paroles et mesures à la con.
    Même OTINTIN qui a le verbe de l’insulte facile redoute un chaos à l’horizon par la sauvagerie de ces mesures.

    Quelle est l’étude qui a conduit Ali à prendre de telles mesures savant que le cout de la vie n’a pas bougé.

    j’augmente le prix du gaz et je te réduis ton salaire… comment appelle-t-on ce truc en économie?

    Nous au quartier on appelle ça, tant que les bongos vivront, les gabonais seront toujours dans la merde.

    nous allons vous emmerder avec notre merde.

  4. GABON dit :

    Je ne m’inscris pas dans vos mesures.Vous avez gaspillé l’argent en vous remplissant les poches et en le déposant dans les paradis fiscaux.Le Gabon n’a rien eu avec cet argent, donc supportez vous même les mesures prises. A quoi serviront ces mesures ? Encore une fois de plus, à voler encore voler toujours voler. Je n’ai pas confiance en une équipe qui a démontré son incapacité dans la gestion des choses publiques. Vous n’êtes que des voleurs, vos péchés vont vous rattraper. Un voleur reste un Voleur c’est ce que vous êtes.

  5. Liebe dit :

    Papa laisse nous,Le PDG devrait plutôt serrer leurs ceintures. Le gabonais est soutenu par les bretelles car nos vies sont suspendues depuis 2009.

  6. In'challah dit :

    Donc selon le pédé-g :
    «Au regard de la crise internationale et de son impact dans plusieurs pays, y compris le Gabon, il est en effet inévitable d’accélérer les réformes nécessaires au redressement économique de la situation»

    Quelle belle opportunité que vous ratez de vous taire cher ikoko. Le nullissime est vraiment votre partage dans votre parti.
    Donc l’austérité est du à l’a crise international, Jésus marie Joseph…. C’est le mari et le père de qui svp????

  7. Rhody Junior dit :

    Faites nous d’abord le point sur vos caisses noires… Sur ce pan entier du budget du Gabon qui s’en va au Pdg et vous permet de débloquer des sommes faramineuses pour acheter tout le monde (30.000 Fcfa pour se faire enrôler à tel ou tel endroit).

    Ensuite les fonds qui vont dans vos services secrets car n’ayant pas pu satisfaire le peuple, vous chercher avant tout à taire par la force ses justes revendications.

    Messieurs du Pdg et du gouvernement, vous serez toujours inaudibles des populations, tant que vous et nous savons que la rudesse de cette crise n’aura d’égal que le gaspillage des ressources qui l’a précédé lorsque les cours du pétrole étaient en hausse.

    Un président qui a géré les plus gros budgets que ce pays n’a jamais eu, et qui roule en Rolls, Ferrari, et autres Bentley au vu de tous, je lui souhaite toute la chance du monde pour venir faire comprendre quoi que ce soit à ceux qui même en temps de vaches grasses étaient déjà eux toujours maigres.

    Et au fait on en parle plus (au Royaume des slogans mensongers c’est ainsi), Mr les pdgistes, l’émergence c’est toujours pour 2025? Merci de nous dire.

  8. Asphalt dit :

    Vous mettez le pays au sol par des politiques approximatives et détournements à outrance et demandez au gabonais de serrer la ceintures alors que votre incapacité à gérer le pays est plus que avérée.Le comble est que vous allez solliciter les gabonais dans quelques temps pour vous donnez la majorité au parlement pour continuer le plan de destruction de ce pays.Les gabonais sont-ils si idiots que ça?!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW