C’est en fin de journée, vers 19 heures, le mardi 16 octobre, que les flammes on commencé, recommencé pourrait-on dire, à ravager le marché de Mont-Bouët.

Incndie à Mont-Bouët, sans doute criminel - © D.R.

Arrivés sur les lieux un peu plus rapidement que d’habitude, les pompiers n’ont cependant guère pu agir avant de longues minutes étant arrivés sur les lieux avec des citernes d’eau… sans eau. Le feu a rapidement dévasté la partie nord du marché, soit, d’après les pompiers, le tiers de la surface totale de ce qui est le plus grand lieu d’échanges commerciaux du Gabon.

De nombreuses causes probables étaient évoquées par les badauds et les commerçants présents sur les lieux, observant le désastre, du court-circuit électrique dû aux branchements sauvages qui foisonnent, à la cigarette mal éteinte. Mais rapidement, les enquêteurs de la police ont laissé entendre qu’ils s’orientaient plutôt vers une piste criminelle.

Ce n’est pas la première fois, hélas, que ce marché construit de planches et autres matériaux très combustibles est détruit par les flammes. Tout le monde garde en mémoire les deux embrasements d’août et septembre 2009 qui avaient déjà réduit à néant Mont-Bouët et ruiné ses commerçants. En pleine campagne présidentielle, puis le lendemain de la proclamation de victoire d’Ali Bongo Ondimba, ces deux incendies avaient été mis au crédit de l’opposition défaite, sans preuves bien entendu. Mais les accusations de distribution de cartes d’électeurs aux étrangers pour le premier et les violentes émeutes qui avaient précédé le second étaient pointées du doigt comme étant de sérieux mobiles.

Il n’a donc pas fallu longtemps pour que la nouvelle se répande et que bruisse les réseaux sociaux. Après une journée politique chargée et tendue qui avait vu l’UFC (Union des forces du changement) faire le siège de la Cours constitutionnelle, le président Ali Bongo commémorer ses 3 ans de règne contesté par ses opposants et la commémoration du décès de Pierre Mamboundou, il n’en fallait pas plus pour déclencher les rumeurs et les accusations les plus diverses, les plus farfelues même.

Pour le moment, alors que l’incendie est à peine éteint et que Mont-Bouët fume encore, personne ne sait vraiment ce qui a pu se passer, mais il y a fort à parier que la journée de demain sera riche en conjectures.

 
 

8 Commentaires

  1. CLG dit :

    Le kongossa va s’afflamer alors que nous savons tous que c’est un désordre total à Mont-Bouët… Nous espérons qu’il n’y a pas de morts.

  2. C’est ça le Gabon émergent!!! Ridicule oui. Des soldats du feu qui vont lutter contre le feu sans son contraire. Franchement, cela me rappelle les militaires maliens qui vont combattre les islamistes ayant occupé le nord du pays sans munitions. Quel résultat voulez vous pour ces pauvres pompiers descendus sur le terrain, qu’ils fassent un miracle ? C’est décevant de voir la capitale d’un pays où l’eau est à profusion manquer de bouches d’incendies pouvant être utilisées dans de telles situations. A mon connaissance rien que dans le centre ville vous n’en trouverez pas au coin d’une rue. Non on attendra les pompiers du pont nomba pour intervenir entre temps dame feu aura fait sa sale besogne de destruction. Allez y dans les pays des autres pour voir que ce machin (Bouche d’incendie) est utile. Ngounda ngounda pour à rien.

  3. Nelson Mandji dit :

    Le marché est mal construit. Et s’il n’est plus totalement en bois, tous les lundis, les bricoleurs manipulent des fils électriques. Les immondices sont mal gérées et ce feu n’est qu’un des multiples incendies de ce marché. Faut pas chercher à indexer l’opposition gratuitement. D’ailleurs, quel bénéfice peut-elle tirer de ce sinistre? Allons-y, spéculez et dites comment l’opposition peut capitaliser cet incendie? Trop facile. aurait pu inviter ce type d’insinuations tenant du procès d’intention. Si l’incendie à un lien avec la date du 16 octobre, alors faut chercher du côté du Franc-maçon mort et de celui qui célébrait ses 3 ans de pouvoir. On connait leurs pratiques. On vous connait !!!

  4. Nguiebogho dit :

    Mais ils auraient du se rassurer que leurs citernes contenaient de l’eau avant de se deplacer! A mon sens ce n’est pas un argument de taille pour defendre les soldats du feu. C’est un manque de professionnalisme avere.

  5. Henri MEZUI dit :

    Avant de penser à un incendie criminel, il faudrait aussi jeter un coup d’œil sur la construction plus qu’anarchique de notre marché avec ces installations électriques qui ne respectent aucune norme de sécurité.Et quand le pire arrive, on pense tout de suite à un sabotage, c’est trop facile.

  6. scha dit :

    TSUOHHH!!pauvre marché!!! encore!!

  7. Yves dit :

    C’est bizarre, les émergents n’ont pas encore accusé Mba Obame ou encore Marc Ona, Paulette Oyane Ondo ou Jean Christophe Owono Nguema d’être à l’ origine de cet incendie. Mais cela na saurait tarder. Peut être dans le prochain numéro de La Griffe.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW