Plus de six ans après le décès de Pierre Mamboundou, ses héritiers politiques réunis au sein du courant «Les Mamboundouistes», annoncent qu’ils tenteront, dans les prochains jours, de «briser le mystère» autour de la disparition du fondateur de l’Union du peuple gabonais (UPG).

Pierre Mamboundou (ici en août 2009 à Libreville) est décédé en octobre 2011. © AFP/Wils Yanick Maniengui

 

A l’UPG, et pour ceux ayant fait partie de son entourage, le décès de Pierre Mamboundou, le 15 octobre 2011, «reste une épreuve insurmontable» et surtout une perte inexpliquée six ans après. «Les Mamboundouistes» n’entendent pas laisser inexpliquée plus longtemps la mort de celui dont ils se disent héritiers. Le nouveau courant politique créé, samedi 17 février, au sein du parti dirigé par Mathieu Mboumba Nziengui annonce des actions en vue de faire éclater la vérité.

«Afin de faire bouger les lignes, nous vous informons de ce que Les Mamboundouistes vont se constituer partie civile dans ladite affaire pour tenter de briser le mystère. Nous souhaitons vivement qu’une enquête arrive à son terme pour la première fois dans notre pays», a annoncé ce week-end Jules Boulende, le porte-parole du courant.

L’initiative des Mamboundouistes fait suite à la plainte déposée par la famille de Pierre Mamboundou au Gabon, visant à «élucider les conditions de (sa) disparition». «La famille au Gabon avait saisi les juridictions compétentes, lesquelles sont à ce jour en enquête, dont l’issue est incertaine comme dans d’autres affaires», a regretté le porte-parole du nouveau courant politique.

Officiellement, le fondateur de l’UPG est décédé à 65 ans des suites d’une «crise cardiaque» à son domicile de Libreville. Ses partisans continuent de prétendre à un «assassinat» supposément planifié par le pouvoir,  avec la complicité de quelques membres de sa famille biologique et des cadres de son parti.

 
 

2 Commentaires

  1. MBOUNGUE -TAB dit :

    Plus de 6 ans après sa mort, le Président Pierre MAMBOUNDOU, Président fondateur de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), son Parti Politique crée, le 14 juillet 1989 à Paris, personnage politique historique et, leader de premier plan dans notre pays le Gabon, est présenté de plus en plus dans tous les cercles comme une référence politique et comme un leader intègre, déterminé, intelligent et courageux. Le Président Pierre MAMBOUNDOU a été retrouvé mort chez lui, dans des conditions mystérieuses jusqu’à ce jour non encore élucidées, parce qu’il avait toujours en tête la grande idée de diriger ce pays et le moment était déjà presqu’arrivé. C’était un homme qui menait une politique engagée et décidée dans son pays, orientée vers les besoins de développement de son pays, pour la satisfaction des populations du Gabon, tout en œuvrant pour un Gabon meilleur.
    De nombreux témoignages, souvent en provenance de tous les milieux, mettent en cause le système politique en place et certains membres influents de sa famille dans sa mort.
    Afin d’éviter cette confusion qui met en mal l’image de certains membres de la famille du Président Pierre MAMBOUNDOU, et en vue de connaitre la vérité sur cette question, nous estimons qu’il faudra rejoindre les MAMBOUNDOUISTES, afin de les soutenir dans cette démarche, car disent-ils, il dans leur déclaration, vont dans les prochains jours, intenter des actions juridiques aux côtés du Parquet.
    Que les MAMBOUNDOUISTES demandent à l’Etat Gabonais d’élucider l’assassinat du Président Pierre MAMBOUNDOU, et de fournir à la famille et aujourd’hui aux MAMBOUNDOUISTES, les moyens d’une justice impartiale, de et de divulguer publiquement la décision des enquêtes.

  2. Jean-Jacques MBOUROU-COLOMBO dit :

    Etant le responsable de Pierre MAMBOUNDOU-MANBOUNDOU dans l’Ogooué-Maritime aux heures de gloire de l’UPG dans ma région aucune crainte n’avait défiée le système par la probabilité de la prise des 4 sièges parlementaires dans la commune de Port-Gentil en sus la Mairie de la ville de Port-Gentil étant désigné par Pierre MAMBOUNDOU-MANBOUNDOU comme Maire de cette Ville de Port-Gentil,les complots avaient déjà commencés pour nuire en la personne de Pierre MAMBOUNDOU-MANBOUNDOU et la mienne,dans le parti que dans la famille les anti-Manboudouistes ne toléraient le contrôle du parti par d’autres personnalités autres que celles qui leurs étaient recommandées par le système en place ainsi flouant le leader de l’UPG,PMM avait déjà le pouvoir pour dirigé ce pays,”une anecdote qui me laisse glacé jusqu’à ce jour,c’est quand PMM lors d’une réunion avec mon staff de l’Ogooué-Maritime au siège à Awendjé nous informe que Nicolas Sarkozy avait jugé mieux qu’il soit le Vice-Président du Gabon après son séjour médical pris en charge par le même Nicolas Sarkozy,Président de la France cette anecdote m’a toujours intrigué,du simple fait que la France avait obligée un rapprochement sans garantie pour PMM,moi personnellement je n’ai pas cru à cette Vice-Présidence reformée avec des semi-pouvoirs présidentiels ,la cause de la mort de PMM vient de là,merci pour l’occasion que vous me faites pour réagir à cette pénible obstruction d’une dignité du Gabon,Pierre MANGANGA MOUSSAVOU advenue Vice-Président peut dormir sur ses lauriers cette légitimité du partage du pouvoir n’a pas été son pain bénit. Merci encore pour l’occasion de pourfendre ma colère contre les parents et les collabos qui ont laisser faire comme étant une affaire de famille a interdire toute protestation contre cette élimination de PMM.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW