Suite à la nomination, le 4 mai, du président d’Union & Solidarité (US, ex-UPG Loyaliste), des jeunes du Mouvement des jeunes Upégistes (MJU) ne cachent plus, sur les réseaux sociaux, leur déception. Certains, se disent carrément «trahis».

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou (cravate rouge), lors de la cérémonie de prestation de serment, le 7 mai 2018, à Libreville. © Communication présidentielle

 

Prévue pour le mercredi 9 mai prochain au siège du parti à Libreville, la rencontre entre Jean de Dieu Moukagni-Iwangou et les militants de l’US s’annonce tendue. Si ce matin, le nouveau ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur a promis de leur expliquer les raisons l’ayant motivé à accepter d’entrer au gouvernement, au sein du Mouvement des jeunes Upégistes, une structure politique affiliée à son parti, certains se sentent floués. C’est notamment le cas de la présidente dudit mouvement qui, dans un post sur Facebook, ce lundi 7 mai au terme de la prestation de serment de son mentor politique, dit se sentir «quelque peu trahie».

Elza-Ritchuelle Boukandou, présidente du MJU. © D.R.

Si Elza-Ritchuelle Boukandou dit parler en son nom propre, elle annonce par ailleurs une déclaration de son mouvement dans les prochains jours. L’on doute que la position officielle du MJU soit différente de celle de sa présidente, qui dit ne pas soutenir la démarche du président de l’US. Toutefois, elle a indiqué avoir pris acte de la décision d’«homme libre» qu’est Moukagni-Iwangou.

Avant la sortie officielle du MJU, sa présidente constate déjà que le nouveau membre du gouvernement «n’a pas convoqué les organes du parti avant d’aller faire allégeance au monarque, voulant ainsi (les) mettre devant le fait accompli». «Cet acte est personnel et n’engage en rien notre formation politique», déduit Elza-Ritchuelle Boukandou, qui se souvient de la dernière correspondance que leur a adressée le nouveau promu le week-end écoulé. Une correspondance qui laissait croire que l’intéressé avait décliné le poste. Mauvaise lecture.

 
 

15 Commentaire

  1. tchenko dit :

    Vraiment honte à VOUS. L’histoire de notre lamentable démocratie ne Vous a pas beaucoup servi. Vous, homme, assez subtile, intelligent, intellectuel: je ne vous voyais pas si bas. A croire que vous ne faites que du patriotisme folklorique. Vraiment, je ne comprends qu’un illuminé comme Vous, vous vous fassiez facilement prendre par ce pouvoir arrogant et meurtrier (sauf si vous avez perdu la mémoire, subitement???!). Je vais vous aidez: Mba Abessolo, Ndaot, Maganga Moussavou, Ntountoum Ngome, Clémence Mezui, Bilie Bi Nze, Bitougha, ndong Sima, Moubamba,etc…..
    La liste est longue…
    A Votre conscience!

  2. Cédric dit :

    Je suis triste pour les jeunes militants de ce parti qui comme moi ont soif de liberté.
    Il y a eu Judas et aujourd’hui Moukagni et demain qui sais-je encore ?
    Tôt ou tard, “le petit là” va partir et nous n’accepterons pas les larmes de crocodile des traitres !
    Moukagni honte sur vous ! Le sang des gabonais qui a coulé en 2016 entache désormais votre personne.

  3. Philibert dit :

    Moukagni incarne parfaitement le dicton qui dit ‘l’argent corrompt les bonne moeurs’ et aussi aussi celui qui dit ‘l’assassin revient toujours sur le lieu du crime’

  4. Philibert dit :

    On sait ce qu’il fera desormais du dossier de la CPI. Ce dossier doit deja etre entre es main de l’accuse en personne pouis quil lui a fait allegeance et qu’il a preter serment de lui etre loyale et fidele. Il va tuer une deuxieme fois les compatriotes que son patron a lachement fusille.

  5. l'ombre qui marche dit :

    Les jeunes gabonais épris d’une réelle volonté de changer ce pays dans le bon sens doivent penser à mettre sur pied leur propre mouvement ne dit on pas que la valeur n’attend point le nombre d’années? car tous ces faux intellos ont montré leurs limites car les informations qui sortent si elles sont vraies démontrent que la CNR était un machin mal né car comment comprendre que des gens ont monnayé leur soutien à PING? donc leurs intérêts n’étaient pas le GABON QUAND ON SE DÉCIDE A ALLER DANS L’OPPOSITION IL FAUT SE PRÉPARER A UN LONG COMBAT et peut-être on ne verra pas la victoire à l’issue de ce combat parce que l’on serait mort avant! au lieu d’attendre un salaire de PING dans quel pays cela se pratique? Les jeunes doivent comprendre dorénavant quand ils voient ou écoutent tous les soit-disant intello du GABON faire du bruit c’est pour attirer la tension des Bongo pour une place au soleil! quand je pense que Moukagni Iwangou est allé jusqu’à la CPI a dit que ali le biafrais n’est pas qualifié pour être président! comment a t’il pu regarder ce même ali hier? il peut être sûr que ali avait le regard dur du vainqueur! finalement je devrais féliciter BBN qui a compris qu’il avait son salut à côté de quelqu’un qui n’avait pas fait de brillantes études comme lui au moins c’est cohérent! le seul qui tient? BENGONE NSI!

  6. Barro junior dit :

    Où est le mal à travailler pour son pays ? Mr iwangou a fait le bon choix

  7. AIRBORNE dit :

    Moukagni a fait son choix, il a vu qu’il n’avait plus de considération auprès des dinosaures de la coalition et peut être incompris, donc, il est allé aussi tenté sa chance et se faire aussi une santé financière que les autres ont eu avec Bongo pere. Ce qu’il faut retenir, dans la population gabonaise, il y a des peureux et des traitres, cela rappel le peuple gabao dans la Bible..

  8. Gilles N.B dit :

    une opposition frivole et fébrile qui vient de perdre une fois de plus le peu de crédit et de légitimité qui lui restait… une opposition en perte d’identité et de vision à long terme… en d’autres termes une opposition que tout despote souhaiterait avoir. Et ce n’est certainement pas Ali qui me dira le contraire…

  9. Mikouma Paul dit :

    Si Monsieur Iwangou est l’homme de droit qu’il a prétendu être et s’il lui reste une once de dignité, il devrait présenter sa démission aux bureau directeur de sa formation politique et poursuivre dans la voie qu’il a choisi sans compromettre le projet républicain de ces jeunes gabonais qui se sont engagé pour leur pays au mépris des risques…

  10. Ali bongo dit :

    Lisez la bible et souvenez vous du veau d’or, apres plus de 400 ans d’esclavage du peuple juif en Égypte,

  11. Ali bongo dit :

    Le peuple gabonais se libère petit à petit des virus qui l’engrenaient nettoyons la blessure, invoquons le dieu Ali d’enlever tous les nuisibles de l’opposition, afin que le peuple voit clairement ceux qui veulent reelement le changement.

  12. Ali bongo dit :

    L’opposition gabonaise est envahît par des intelligences maléfiques 3 sont déjà partis remercions l’Éternel

  13. Ali bongo dit :

    Pourquoi vous vous lamentez remercier le seigneur car ces s gens ne vous ont pas tué

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW