La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) sera en grève générale illimitée le 6 janvier prochain si les points contenus dans son préavis ne sont pas pris en compte.

SEEG81

Le mois de janvier prochain pourrait être noir pour le pays, les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) ayant déposé, le 24 décembre dernier, un préavis de grève sur la table du Premier ministre. A travers ce préavis qui expire exactement le 6 janvier prochain, le Syndicat des personnels du secteur eau et électricité du Gabon (Sypeg) revient sur l’échec des négociations relatives à l’application du protocole d’accord de juin 2011, les prélèvements de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et la réforme du secteur de l’énergie. Si rien n’est fait pour satisfaire ces revendications, c’est la grève dans deux semaines.

Sur le premier point, le Sypeg fustige la nonchalance du gouvernement et de la direction générale de la SEEG. Le syndicat leur conseille donc de «prendre leurs responsabilités pour éviter les possibles conséquences de l’enlisement de cette affaire sur la vie de l’entreprise et des populations, déjà confrontées à d’énormes difficultés d’accès à l’énergie et à l’eau potable». Concernant le deuxième point, les agents s’élèvent contre les prélèvements de la CNAMGS, en plus de ceux de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Une colère d’autant plus justifiée que ces prélèvements sont effectués sans que les salariés et leurs ayant-droits ne soient pris en charge. Fort de ce constat, le Sypeg exige «l’arrêt immédiat et sans délai des prélèvements CNAMGS, le remboursement intégral des sommes abusivement prélevées et la redéfinition du taux de prélèvement», en concertation avec les partenaires sociaux. Sur le dernier point, le Sypeg évoque les risques liés à la réforme du secteur de l’énergie. Celle-ci pourrait, en effet, provoquer «un affaiblissement du service public, une remise en cause des acquis et une dégradation des conditions de travail génératrices de risques psychosociaux». Le syndicat réclame des «explications sur la politique des réformes engagées par le gouvernement dans le secteur de l’énergie, et sa participation effective dans la démarche d’accompagnement de ces réformes». Le gouvernement sera-t-il sensible à ces doléances ou alors, comme très souvent, réagira-t-il après le lancement effectif de la grève ? Affaire à suivre…

 

 
 

13 Commentaires

  1. Que de grèves, et dans un secteur aussi sensible que l’énergie. Comment et pourqui en arrive-t-on la? Le Gouvernement n’a-t-il pas mis en place des rencontres permanentes avec les forces les syndicats afin de trouver des solutions communes et éviter les opérations d’urgences? Pourquoi toujours tout pitiser alors que des difficultés profondes et réelles exiestent! Quelles sont les stratégies que l’exécutif proposent pour palier aux différents problèmes? Que d’interrogations, l’exécutif doit travailler plutôt que de faire de la politique devant les missions qui sont les leur.

  2. LaForce dit :

    Problèmes ++, bienvenue à la fête du gouvernement Mr Ona Ondo. Tu croyais que cette nomination était une balade de santé. Quand on dirige avec guide le diable, il t’envoie en même temps le trouble. Seul Dieu peut arrêter ça. Mais tu n’as rien à voir avec alors, paye le prix de ton péché!

  3. TARA dit :

    Déjà que vos services c’est pas vraiment ça et vous voulez entrer en grève ce qui est plutôt légitime mais le motif qui fonde votre grève est trop léger. Les gabonais veulent plonger dans la paresse la CNAMGS qu’on vous vous prélève vous bénéficierez tôt ou tard car votre assurance privé ne s’occupera jamais de vous à la retraite de plus comme toujours l’homme gabonais est très égoïste vous refusez de contribuer pour vos frères qui n’ont pas d’emploi , qui sont pour d’autres démunis, et donc économiquement faibles c’est une forme de solidarité nationale les “riches” cotisent pour les “pauvres” mais lorsque ses “riches” seront “moins riches” ils bénéficieront de leurs cotisations. mais nous quand tout va bien chez nous en s’en fou des autres qui souffrent.

    Les reproches qu’on pourrait faire à la CNAMGS c’est que certains ne cotisent pas les députés… ils votent des lois ils s’exclus eux même c’est pas du tout sérieux. l’autre bémol de celle-ci c’est la lenteur de ses services.

  4. tara dit :

    ce n’est pas toujours aisé avec vous Déjà que vos services c’est pas vraiment ça et vous voulez entrer en grève ce qui est plutôt légitime mais le motif qui fonde votre grève est trop léger. Les gabonais veulent plonger dans la paresse la CNAMGS qu’on vous vous prélève vous bénéficierez tôt ou tard car votre assurance privé ne s’occupera jamais de vous à la retraite de plus comme toujours l’homme gabonais est très égoïste vous refusez de contribuer pour vos frères qui n’ont pas d’emploi , qui sont pour d’autres démunis, et donc économiquement faibles c’est une forme de solidarité nationale les “riches” cotisent pour les “pauvres” mais lorsque ses “riches” seront “moins riches” ils bénéficieront de leurs cotisations. mais nous quand tout va bien chez nous en s’en fou des autres qui souffrent.

    Les reproches qu’on pourrait faire à la CNAMGS c’est que certains ne cotisent pas les députés… ils votent des lois ils s’exclus eux même c’est pas du tout sérieux. l’autre bémol de celle-ci c’est la lenteur de ses services.

    chers amis rester travailler.

    • Hope dit :

      le problème est que lorsqu’ils n’assurent pas convenablement leur tache, personnes ne marche, personne ne conteste, service minable à des moments, rien à dire, une seule caisse ouverte et une longue file, nada, pas de réactions!! ce que la population aurait du faire c’était de les mettre au chômage tant qu’ils n’avaient pas améliorer leurs prestations!!

  5. le gabonais d'en bas dit :

    Après l’ONEP, la SEEG rentre dans la tango que va devenir le pauvre Gabonais face à ces multiples grèves surtout qu’il s’agit des secteurs névralgiques du vécu quotidien.

  6. j’ajoute que pour tromper le peuple, il a voulu faire croire qu’il etait 9, mais chaque jour je lui rappel qu’il est tous sauf 9. Psychologiquement, il est en perpétuel renouvellement mental, seulement cette fois, la patrie a les yeux ouvert. Cert1 cancres pedemergemt pensent qu’il s’appellera ali16 en 2016..kkiiiaakkiiiaiaiakiakia, ceux la save même pas pourquoi il c’est fait appele ali le 9 en 2009, espèces de couillons va,y aura jamais d’ali16 ce mec est tellement givrer qu’il fera tout pour encore se faire appeler ali le 9 en 2016…je jure sur sur ma vie que ne je serais heureux dans ma patrie que lorsque je me serais débarrasser de toi, espece de cancre……le roi est nu vive le roi!!!

  7. OWALI dit :

    Vous avez tout à fait raison de grève nous sommes dépasser de prélèvement de la CNAMGSS quand tu vas à l’hôpital on ne te reçois pas dans des bonnes condition on préfère ce débrouiller nous même tous cet argent qu’on prélève à tous les fonctionnaires vas où et il ya combien de milliards par an? Nous sommes fatigue il ne reste que l’armée vas bientôt se mettre sur la route pour qu’on puisse change

    • mouthou dit :

      Les moutons de l’armée, il ne faut pas compté sur nos militaires. De vrais peureux…….!

      • Le citoyen libre dit :

        oui tu as raison mouthou quelle armée ? de vrais peureux oui si un pays nous envahit les militaires jetteront les ténues et iront se cacher au quartier quelque souvenir des années 60 reviennent en mémoire le peuple avec les calibres 12 devra se débrouiller pour défendre le pays cette armée fait le ngounda ngounda que parce que les militaires savent qu’en face le peuple est mains nues en rdc par exemple l’armée réfléchi deux fois avant de s’aventurer dans certaines zones

  8. fatoumata dit :

    Oh je ne reconnais pas le Gabon là

  9. l'ombre qui marche dit :

    j’ai un fils dans l’armée je lui ai dit il n’y a pas longtemps je suis triste il m’a demandé pourquoi? je lui ai répondu parce que en 2016 une des balles que tu tireras pour mater le peuple qui aura pour seule arme que la protestation à mains nues me tuera car je serai dans le peuple même si je gagne par mois 15 fois le smig

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW